La vérité sur Alice de Jennifer Mathieu

La vérité sur Alice ban

★★★★★ (5/5) — « « Il paraît ». Deux mots lourds de conséquences quand on a 16 ans et qu’on vit dans une petite ville du Texas, alors j’ai voulu, moi aussi, savoir ‘La vérité sur Alice’. »

La vérité sur Alice

« Les gens ne deviennent pas méchants du jour au lendemain. Mais laissez leur un temps d’adaptation, et ils seront capables du pire. »

⇢ FICHE TECHNIQUE

Titre original  : The truth about Alice
Titre français : La vérité sur Alice
Auteur : Jennifer Mathieu
Editeur : Pocket Jeunesse
Genre : Jeunesse, littérature étrangère
Parution originale : 03 juin 2014
Parution française : 04 février 2016
Traductrice : Cécile Tasson
Nombre de pages : 224

A voir aussi
+ retrouvez Jennifer Mathieu sur son site et Twitter

⇢ QUATRIEME DE COUVERTURE

« Les gens ne deviennent pas méchants du jour au lendemain. Mais laissez leur un temps d’adaptation, et ils seront capables du pire. »
Au lycée de Healy la vérité est une question de point de vue.
Alice Franklin est une traînée. Tout le monde le sait. C’est forcément vrai puisque c’est écrit partout sur les murs du lycée. On dit qu’elle a couché avec deux garçons d’affilée…
Tout le monde a sa vérité sur Alice : son ancienne meilleure amie, son admirateur secret…
Quelle sera la vôtre ?

⇢ AVIS

8
MARION
Note : ★★★★★ (5/5)

Tout le monde a connu une Alice. Alice c’est cette jeune fille que l’on croise dans les couloirs de son lycée et sur le passage de laquelle on se retourne en chuchotant « Tu as entendu ? Il paraît que…« .

Alice a 16 ans, Alice est en première, et Alice est jolie. Et finalement c’est peut-être ce qui lui a porté préjudice, car « il paraît » qu’elle a couché avec deux garçons. Lors de la même soirée. Peut-être même en même temps. Et « il paraît » aussi qu’elle est responsable de l’accident qui a causé la mort du quaterback vedette de la ville, « il paraît » qu’elle le harcelait de sextos… Toute la ville est au courant. On ne parle que de ça.
« Il paraît ». Deux mots puissants quand on a 16 ans, et qu’on vit dans une petite ville.
Ne laissant la parole à Alice que pour clore joliment ce livre, l’auteure choisit de nous raconter la descente aux enfers de la jeune fille au travers du regard de quatre de ses camarades de classes. Chacun raconte sa vision de la chose, ce qu’il sait, ce qu’il devine, ce qu’il a entendu dire, et j’ai trouvé que ces quatre points de vue très différents les uns des autres permettent une approche à la fois douce et sans concessions de la ‘vérité’.

Si Alice est le fil rouge de cette histoire, je pense que Elaine, Kelsie, Josh et Kurt sont finalement tout aussi importants qu’elle, voire peut-être même plus : leurs regards croisés permettent de mettre en lumière de façon très réaliste le microcosme scolaire.
Jennifer Mathieu y explore avec brio le sujet des rumeurs et on-dits, et par ricochets, elle aborde également les difficiles sujets de l’ostracisme, du sexisme et de la misogynie, tout en gardant l’œil à la fois désabusé et parfois un peu cynique des adolescents. Son style est fluide et très agréable, et je voulais faire une mention spéciale pour la traductrice qui a, je trouve, très bien réussi à retranscrire la façon de parler des adolescents sans en faire trop.

L’auteure nous offre donc ici un livre à la fois léger et facile à lire, tout en abordant de front et sans avoir l’air d’y toucher des sujets difficiles, et je me suis prise à vouloir, moi aussi, savoir ‘La vérité sur Alice’.

⇢ ACHETER

Broché — Amazon (16,90€)
Ebook — Amazon, Fnac (11,99€)

Laisser un commentaire