Une braise sous la cendre, tome 1 de Sabaa Tahir

★★★★★(5/5) — COUP DE ♥ — « J’ai découvert un monde sauvage et sans pitié, des personnages attachants, touchants, mystérieux, voire parfois même cruels, et j’ai adoré la façon dont l’auteure gère son suspense avant de nous laisser affamés de la suite. Finalement, mon seul regret à propos de ce roman est de devoir en attendre les tomes suivants ! »

Une braise sous la cendre

« C’est un livre qui nous retient bien longtemps après l’heure du coucher » — Robin Hood

⇢ FICHE TECHNIQUE

Titre original : An Ember in the Ashes
Titre français : Une braise sous la cendre
Auteur : Sabaa Tahir
Editeur : Pocket Jeunesse
Genre : dystopie, fantasy, littérature étrangère, young adult
Parution : 15 octobre 2015
Nombre de pages : 528

A voir aussi
+ en savoir plus Sabaa Tahir

⇢ QUATRIEME DE COUVERTURE

« Je vais te dire ce que je dis à chaque esclave qui arrive à Blackcliff : la Résistance a tenté de pénétrer dans l’école un nombre incalculable de fois. Si tu travailles pour elle, si tu contactes ses membres, et même si tu y songes, je le saurai et je t’écraserai. » 

Autrefois l’Empire était partagé entre les Érudits, cultivés, gardiens du savoir, et les Martiaux, armée redoutable, brutale, dévouée à l’empereur. Mais les soldats ont pris le dessus, et désormais quiconque est surpris en train de lire ou d’écrire s’expose aux pires châtiments. Dans ce monde sans merci, Laia, une esclave, et Elias, un soldat d’élite, vont tout tenter pour retrouver la liberté… et sauver ceux qu’ils aiment.

⇢ AVIS

8
MARION
Note : ★★★★★ (5/5)
COUP DE ♥

Je ne sais pas bien par où commencer. Ça faisait longtemps que je n’avais pas eu un tel coup de cœur pour un livre, un univers, des personnages, et un style d’écriture. Si Maggie Stiefvater restera pour un bon moment encore mon auteure préférée pour sa narration si particulière pleine d’images et d’émotions, Sabaa Tahir n’est vraiment pas loin derrière si elle garde son style simple mais puissant, cette façon de raconter un monde tout en ne racontant que l’histoire de ses personnages, sans rien de superflu ou de ‘trop’.
Ça faisait très longtemps (depuis février en fait) que je n’avais plus connu cette fièvre qui s’empare de nous quand on veut savoir, qu’on veut lire, avancer dans une histoire pour découvrir ce qui va s’y passer ensuite. J’ai dévoré la première moitié du livre – je lisais en mangeant, dans mon jardin, dans mon canapé, jusque dans ma voiture en attendant ma collègue sur l’aire de covoiturage ! – pour ensuite devoir me retenir d’aller trop vite afin de ne pas finir trop rapidement ces quelques 500 pages. Et une fois fini, je l’ai directement relu. Comment mieux vous dire à quel point je l’ai apprécié ?

J’ai certes retrouvé beaucoup de mécaniques classiques des dystopies, le système de sociétés divisées en classes, le peuple savant opprimé par le peuple guerrier, les individualités qui cherchent à se rebeller contre le système établi… Mais étrangement, alors que finalement certains passages m’ont rapidement rappelé Divergent (notamment le nom d’ ‘Érudits’), ou encore Hunger Games pour le côté guerrier/épreuves (coucou Finnick), l’univers de ‘Une braise sous la cendre’ est unique. Prenant. Et très difficile à quitter. Jamais encore une dystopie ne m’avait à ce point embarquée dans son monde.

De plus Sabaa Tahir a choisi une narration alternée, dont je suis particulièrement friande : un chapitre pour Laia, l’esclave érudite, un chapitre pour Elias, le Mask, soldat d’élite des Martiaux. Le tout est très bien équilibré, très rythmé, et surtout très addictif. On plonge directement dans l’action, sans aucun répit, et même les moments calmes amènent leurs lots de réflexion, de tension et d’interrogations. L’univers est parfaitement maîtrisé, dur, brutal, nous laissant sans cesse sur le qui vive et dans l’attente de ce qui pourrait arriver aux héros ; les personnages sont parfaitement développés, profonds et plein de mystères qui ne demandent qu’à être éclaircis, tout en nous apprenant en parallèle les points de vue de deux peuples ennemis ; quant à la romance, elle est présente, mais pas étouffante, comme effacée au profit de l’action et du développement de l’histoire. Chaque chapitre donne envie de lire le suivant, et le rebondissement final est non seulement très bien amené mais aussi complètement inattendu. En tout cas personnellement, je n’ai rien vu venir !

‘Une braise sous la cendre’ est un livre magnétique, qui m’a envoûtée et tenue en haleine jusqu’au bout. J’ai découvert un monde sauvage et sans pitié, des personnages attachants, touchants, mystérieux, voire parfois même cruels, et j’ai adoré la façon dont l’auteure gère son suspense avant de nous laisser affamés de la suite. Finalement, mon seul regret à propos de ce roman est de devoir en attendre les tomes suivants ! Un premier volet à ne pas manquer donc, qui tient toutes ses promesses et que je ne peux que vous recommander chaudement.

⇢ ACHETER

Ebook — Amazon, Fnac (13,99€)
Poche — Amazon, Fnac (18,90€)

4 commentaires

  1. Mais j’entend tellement de bien de ce premier livre que je me demande encore pourquoi je ne l’ai pas encore dévoré ! Et ta chronique montre à quel point tu as aimé. Tu réussis à retranscrire tous les ressentis que tu as eu et du coup, je ne me pose qu’une question : mais qu’est-ce que j’attend pour le lire ?!?!

    Reply

Répondre à Marion Annuler la réponse.