Comme certains le savent, Colleen Hoover est mon auteure préférée et puisqu’elle est actuellement en tournée en France avec l’auteure Anna Todd, j’ai saisi l’occasion pour la rencontrer à Paris. Je reviens aujourd’hui sur ce bel événement qui a malgré tout manqué d’un petit quelque chose.

⇢ COLLEEN HOOVER

Comme je l’ai fait pour mes précédentes rencontres, je vais présenter brièvement cette auteure de romance contemporaine et new adult qui s’est fait un nom et a réussi à se faire particulièrement apprécier par les fans français de ces genres littéraires.

colleen-hoover-408567071_banner
Crédit photo : Jen Sterling

En quelques mots
Colleen Hoover est une auteure américaine née le 11 décembre 1979, elle est mariée et a trois enfants. Elle est connue depuis son premier livre, ‘Slammed’ (Indécent en VF) mais rencontre surtout du succès en France avec ses deux romans ‘Maybe Someday’ et ‘Ugly Love’.

Liens utiles
+ site officiel (en anglais)
+ compte Twitter
+ page Facebook
+ compte Instagram

Mes chroniques de ses livres

+ Indécent
+ Incandescent
+ This Girl
+ Hopeless
+ Losing Hope
+ Finding Cinderella
+ Ugly Love
+ Maybe Someday
+ Maybe Not
+ Never Never – tome 1
+ Never Never – tome 2
+ Never Never – tome 3
+ Confess
+ November 9

⇢ MON EXPERIENCE

Je me suis rendue à Paris hier, le jeudi 7 avril, afin de rencontrer mon auteure préférée : Colleen Hoover. La séance de dédicaces se tenait avec la très populaire Anna Todd, auteure de la saga ‘After’, au Publicis Drugstore, sur les Champs-Élysées. L’événement avait lieu de 17h à 20h et nous sommes arrivées avec mon amie à 15h30. Nous avons eu la surprise de découvrir déjà une belle file d’une cinquantaine de personnes environ. (C’est très approximatif, je ne suis pas douée pour évaluer ce genre de choses…) Nous nous sommes donc mises au bout de la queue en attendant notre troisième amie ainsi que ma meilleure amie, qui elle ne venait pas pour la séance mais pour moi, et a donc servi de photographe !

20160407_175437

L’attente a été plutôt longue et moyennement agréable car nous gênions le passage des clients et des employés, ce qui a eu pour résultat de les forcer à nous demander en permanence de nous décaler. Mais les fans présentes étaient très sympathiques. J’ai entendu les filles derrière nous discuter alors qu’elles ne se connaissaient pas toutes initialement et nous avons aussi échangé un petit peu avec une jeune femme très gentille devant nous. Je m’attendais à un public assez jeune et féminin, et autant j’avais raison sur le sexe, autant je me trompais sur l’âge ! Il y avait des jeunes filles, bien entendu, mais aussi beaucoup de jeunes femmes entre 20 et 30 ans, comme nous.

Après pas mal d’attente, nous sommes arrivées près des auteures et nous avons compris ce qui prenait du temps, elles faisaient des photos avec les fans. C’était très gentil de leur part et de celle du staff de l’autoriser, et mes amies et moi en avons profité également. (Je ne partagerai cependant pas la photo parce que je suis loin de me plaire dessus…)

J’ai donc pu rencontrer Colleen Hoover qui est devenue en peu de temps mon auteure préférée. Je n’avais pas de réelles attentes concernant cette rencontre mais j’ai tout de même ressenti une certaine déception. Même si je suis très heureuse d’avoir pu la voir et lui remettre ma bouteille de vin ainsi que ma lettre, j’ai trouvé la rencontre vraiment expédiée et j’ai senti l’auteure un peu mal à l’aise. J’ignore si c’était le fait d’être dans une position inconfortable (debout, à se tourner d’un côté puis de l’autre tellement ça allait dans tous les sens) ou si c’était la gêne d’être entourée de personnes qui parlaient une autre langue, ou encore si elle n’était tout simplement pas dans l’ambiance, mais je ne l’ai pas sentie vraiment réceptive. Elle est loin d’avoir été désagréable, bien au contraire ! Elle a été très gentille, a discuté avec moi pendant une minute (je m’estime heureuse), a fait une photo et m’a beaucoup remerciée pour le cadeau, mais j’ai senti une certaine gêne. C’est la première fois que je la rencontre donc c’est peut-être sa façon d’être mais c’est vrai qu’en comparaison avec ma rencontre avec James Dashner, j’ai senti une nette différence. D’ailleurs, même si moi j’ai osé parler, même brièvement, mes amies n’ont pas vraiment pu échanger avec elle. Je pense qu’elles étaient un peu gênées déjà de base mais en plus comme l’échange en lui-même était très court, c’était presque impossible de discuter, surtout si on est timide.

20160407_181515

20160407_181523 20160407_181533 20160408_161449

J’ai vraiment un goût d’inachevé suite à cette séance de dédicace. J’ai récupéré un livre dédicacé, oui, mais quel intérêt ? Je ne vais pas à ce genre d’événement pour obtenir des signatures, j’y vais pour rencontrer un auteur que j’aime et pour échanger avec lui. La dédicace n’est que le souvenir physique de ce moment passé avec une personne que j’admire. J’aurais aimé que les choses soient un peu mieux organisées afin de pouvoir échanger réellement avec Colleen Hoover et pas seulement obtenir une jolie signature sur mon livre coup de cœur, ‘Maybe Someday’.

Même si je suis reconnaissante envers Hugo & Cie et Publicis Drugstore pour cet événement qui m’a permis de rencontrer mon auteure préférée, je pense que l’organisation aurait pu être meilleure, comme une file dans la rue et non dans la boutique, plus d’espace pour les auteurs et des traducteurs présents à côté d’elles parce que même si je n’ai pas de soucis à ce niveau, tout le monde ne parle pas anglais. (J’ai vu une traductrice mais elle n’était pas toujours là et certaines fans ont dû l’appeler pour qu’elle vienne les aider. Les auteurs ont donc parfois été face à des personnes qui parlaient uniquement français et il n’y a rien de plus perturbant que de ne pas comprendre ce qu’une personne est en train de nous dire…)

Cependant, je ne pense pas que cette séance de dédicaces soit la pire. Je n’en ai pas fait beaucoup mais globalement j’ai trouvé que cela c’était bien passé, juste moins bien que celles que j’ai déjà vécues. Et puis, c’est peut-être moi qui n’ai pas bien compris le principe de l’événement. Comme je le disais plus haut, je suis venue dans l’espoir d’échanger avec mon auteure préférée et pas juste pour passer comme un fantôme et obtenir une signature, mais peut-être que c’est moi qui me trompe et en demande trop. Je ne suis pas habituée à ce genre de choses alors je ne suis pas sûre. Quoi qu’il en soit, j’ai au moins eu le temps de lui demander si elle aimait Paris (oui, elle en est folle et veut revenir avec ses enfants) et de lui expliquer que je venais d’une ville connue pour le vin, d’où mon cadeau. Pour les autres choses que je voulais dire à propos de ses livres, elle aura ma lettre !

En conclusion, je suis ravie d’avoir pu voir Colleen Hoover, en dépit de la rencontre que j’ai trouvée beaucoup trop courte, et j’espère vraiment avoir une autre occasion d’être face à elle en France pour peut-être gommer ce sentiment d’inachevé et de presque déception.