Maintenant qu’il est trop tard de Jessica Warman

★★★☆☆ (3/5) — « Ce qui me surprend c’est que je ne sais vraiment pas si j’ai apprécié ce roman ou non. Même si j’ai apprécié l’histoire racontée, je ne me suis pas senti concerné. C’est comme si l’auteure ne voulait pas que je rentre totalement dans son univers. »

maintenant

« Tu savais que la vérité ne comptait pas ? Ce qui compte, c’est ce que les gens veulent croire. »

⇢ FICHE TECHNIQUE

Titre : Maintenant qu’il est trop tard
Auteur : Jessica Warman
Editeur : Editions PKJ
Genre : jeunesse, thriller
Parution : 15 octobre 2015
Nombre de pages : 279

A voir aussi
+ en savoir plus sur Jessica Warman (site en anglais)
+ chronique de ‘Reste avec moi

⇢ QUATRIEME DE COUVERTURE

Les adultes font la fête à l’étage, le soir du nouvel an. Samantha veille avec Remy, son meilleur ami, sur sa petite soeur, Tabitha. Elle dort paisiblement à leurs côtés. Soudain le père Noël entre dans la pièce, attrape Tabitha et l’emporte sous leur regard impuissant. À 17 ans, Sam revient avec sa famille sur les lieux du drame. La jeune fille retrouve Remy. Ensemble, ils réalisent qu’ils ont peut-être envoyé la mauvaise personne en prison…

⇢ AVIS

8
STEVEN
Note : ★★★☆☆ (3/5)

Quand je me suis décidé à sortir ce roman de ma PAL je ne savais pas vraiment à quoi m’attendre. En effet j’ai déjà lu auparavant ‘Reste avec moi’ de la même auteure mais j’avais été mitigé face à cette lecture même si j’avais apprécié l’atmosphère assez glauque du récit. Et puis il faut avouer que la couverture m’a totalement intrigué ce qui m’a poussé à l’achat.

‘Maintenant qu’il est trop tard’ raconte l’histoire d’une famille brisée suite à l’enlèvement d’une de leur petite fille le soir du nouvel an. Ce soir-là, Sam, notre héroïne, est couchée avec son ami d’enfance Rémy ainsi que sa petite sœur surnommée Tortue. Alors qu’ils tentaient de s’endormir paisiblement, les deux jeunes enfants ont été les témoins directs de l’enlèvement de la petite Tortue. A la suite de cet événement le reste de la famille a déménagé mais doit revenir dans son ancienne maison à cause de différents soucis familiaux.

Nous retrouvons donc dix années plus tard, Sam, nous racontant son aventure et surtout le calvaire qu’elle a vécu et que malheureusement elle vit encore. Ne vous attendez pas à une enquête criminelle mais plutôt aux conséquences psychologiques qu’ont dû traverser cette famille pour tenter de réapprendre à vivre après un tel drame.
Sam est devenue une adolescente et tente de vivre comme tout le monde mais n’y parvient pas. Ce sentiment est encore plus poussé quand elle est en présence de sa sœur aînée à qui tout réussit et plus encore lorsqu’elle retrouve son ami d’enfance transformé par les étapes de la vie. Comment réussir à oublier quand tout ramène à la perte d’un être cher ? C’est sur ce sentiment que s’appuie l’auteure pour créer un univers triste et déprimant à souhait. Malheureusement nous n’en apprenons pas plus sur ce personnage ou sur ceux qui gravitent autour d’elle, tout n’est que question d’enlèvements et/ou de meurtres et l’auteure fait le vide, volontairement ou non, du reste.

J’ai apprécié de découvrir l’envers du décor d’une enquête criminelle mais surtout que l’aspect psychologique soit mis en avant plutôt que le côté policier. De ce fait ce roman est unique et dévoile comment le malheur des uns peut faire le bonheur des autres. Entre les journalistes cherchant le moindre scoop à brandir, le voisinage cherchant à être utile à tout va et les interrogatoires qui tournent en rond mais surtout un corps non retrouvé, j’ai eu plus d’une fois envie d’hurler contre le sort qui s’acharnait sur cette famille ‘tout le monde’. Je me suis mis aussi à la place de notre héroïne pour essayer de la comprendre car comme on peut le lire à travers les lignes de ce roman ce genre de drame n’arrive pas qu’aux autres et des milliers de personnes y sont malheureusement confrontées.
D’un autre côté l’aspect voyeurisme est vraiment poussé à son maximum ce que j’ai trouvé un peu glauque, j’ai eu l’impression de mettre mon nez dans des affaires qui ne me regardaient absolument pas et d’être un vautour cherchant le moindre indice quant à cette affaire.

Au travers du récit, l’auteure nous dévoile quelque passages du roman : ’48 minutes pour douter’ qu’un journaliste a écrit sur cette affaire. Plus nous avançons dans l’histoire et plus nous découvrons que l’accusé, en attente de peine de mort, à tout du coupable idéal mais comment ouvrir les yeux lorsqu’ils sont remplis de peine et de haine ? L’aspect de la présomption d’innocence est justement abordée et fait réfléchir aux conséquences psychologiques sur les familles, elles aussi victimes, des accusés et coupables.

Le final rattrape à lui seul les quelques défauts du livre et même s’il est un peu trop tiré par les cheveux les derniers mots me rendent perplexe quant à la compréhension que j’ai eu de ce roman. Ai-je bien compris où tout simplement je ne souhaite pas comprendre ? Comme il est dit dans le texte : « ce qu’il compte c’est que les gens veulent croire ».

Ce qui me surprend et me dérange surtout c’est que je ne sais vraiment pas si j’ai apprécié ce roman ou non. Je m’explique même si j’ai apprécié l’histoire racontée, les faits de l’enquête criminelle et surtout l’aspect psychologique très bien exploité par l’auteure, je ne me suis pas senti plus concerné et affligé par ces atrocités, même si je me suis, par moments, mis à leurs places. C’est comme si l’auteure ne voulait pas que je rentre totalement dans son univers et créait une barrière invisible que je ne pouvais franchir.
Pourtant sa plume est encore une fois assez fidèle à son autre roman, juste, efficace quand il le faut et vraiment addictive car ce roman se lit facilement mais il manque un je ne sais quoi pour vraiment être happé par l’histoire. Je comprends à présent pourquoi les avis divergent tant par rapport à ce roman.

En conclusion même si j’ai passé un bon moment avec ce récit, je n’ai pas été touché outre mesure par ce qui est arrivé à notre héroïne et sa famille. J’étais un peu comme le voisin de celle-ci, témoin et impuissant face à ce qu’ils pouvaient traverser et ressentir. Je pense tout de même garder un œil sur les futurs écrits de l’auteure rien que pour l’ambiance si particulière de ses romans.

⇢ ACHETER

Broché — Fnac, Amazon(15€90)

14 commentaires

  1. Jolie chronique ! J’ai failli me laisser tenter mais les réserves que tu émets, associées au fait que je n’avais pas du tout accroché à Reste avec moi, me poussent plutôt à passer mon chemin.

    Reply
  2. Et bien, tu sors de ta zone de confort ?
    Ta chronique est comme d’habitude, très bien écrite ! Tu détaille beaucoup de choses sans en faire trop et spoiler … c’est efficace !
    Pour ce livre franchement il ne me tente pas haha, c’est vraiment pas mon genre!

    Reply
    • C’est vrai qu’en ce moment je lis beaucoup de oneshot plutôt que de longue saga, exceptée ‘Outlander’ qu’il va vraiment falloir que tu débute…
      Merci du compliment, c’est pas évident de ne pas trop en dire mais d’en dire juste assez pour permettre à la personne qui me lire de se faire son propre avis et de savoir si oui on non elle se laissera tenter.

      Si tu veux un peu de thriller tout en restant dans le genre ‘jeunesse’ (que je n’aime pas ce terme) je te conseille du même auteur ‘Reste avec moi’ qui se lit très rapidement.

      Reply
  3. J’aime énormément les histoires de disparitions, surtout quand on revient sur une affaires des années après. Du coup, ce livre (dont je n’avais jamais entendu parler auparavant) m’intrigue vraiment. Merci pour cette belle chronique !

    Reply
    • Alors ce roman devrait te plaire mais je préfère te le préciser c’est surtout l’aspect psychologique et comment les personnes font face qui est mis en avant avec ce roman.
      Merci du compliment.

      Reply
  4. Ce livre me tente depuis sa sortie mais je ne sais pas, il y a quelque chose qui me freine et je crois que par ta chronique, je comprend que je ne sais pas vraiment à quoi m’attendre avec ce genre de récit.

    Reply

Répondre à Kaecilia Annuler la réponse.