Martin Servaz, tome 1 : Glacé de Bernard Minier

★★★★★ (4,5/5) — « Ce roman n’a pas que son nom de Glacé. L’ambiance, l’atmosphère ainsi que la plume de Bernard Minier n’ont cessé de me le glacer, le sang… Ainsi, le blanc pur de ses montagnes enneigées contraste totalement avec la noirceur de son talent. Amateurs de polars, vous serez servis ! »

glacé

« De répit, point, ni pour les personnages ni pour nous. Une réussite ! » — Le Point

⇢ FICHE TECHNIQUE

Titre : Martin Servaz, tome 1 : Glacé
Auteur : Bernard Minier
Editeur : XO Editions
Genre : littérature française, jeunesse
Parution française : 24 février 2011
Nombre de pages : 553

A voir aussi
+ en savoir plus sur Bernard Minier
+ découvrir d’autres livres de chez XO Editions

⇢ QUATRIEME DE COUVERTURE

Décembre 2008, dans une vallée encaissée des Pyrénées. Au petit matin, les ouvriers d’une centrale hydroélectrique découvrent le cadavre d’un cheval sans tête, accroché à la falaise glacée. Le même jour, une jeune psychologue prend son premier poste dans le centre psychiatrique de haute sécurité qui surplombe la vallée. Le commandant Servaz, 40 ans, flic hypocondriaque et intuitif, se voit confier cette enquête, la plus étrange de toute sa carrière. Pourquoi avoir tué ce cheval à 2 000 mètres d’altitude ? Serait-ce, pour Servaz, le début du cauchemar ?

⇢ AVIS

8
STEVEN
Note : ★★★★★ (4,5/5)

Bien que j’ai fortement apprécié les quelques thrillers et autres polars jeunesses que j’ai pu lire, je ne suis toujours pas fanatique du genre. Pourtant, après qu’une proche m’ait « vendu » ce roman, ma curiosité a vraiment été piquée au vif et c’est en tombant sur une très bonne occasion que j’ai décidé de lui laisser sa chance. Résultat des courses, plus de 700 pages mangées en 48 heures… Merci Antonine !

Je ne m’attendais pas à tomber sous le génie de la plume de Bernard Minier comme j’ai pu le faire. L’histoire qu’il nous conte est tout simplement grandiose ! Tout prend place dans les Pyrénées où le lecteur suivra les traces de Martin Servaz suite à la découverte d’un cheval décapité dans une usine isolée, dans le fin fonds des montagnes, tout près d’un asile dans lequel sont enfermés les plus grands psychopathes d’Europe. Ici même où Diane Berg prendra son tout nouveau poste de psychologue. Quel lien unit ces deux personnages, c’est là tout l’intérêt de ce premier volet. J’ai adoré suivre ce duo ainsi que leurs enquêtes respectives. Ce procédé, totalement unique pour moi, m’a complètement retourné le cerveau. Je n’ai cessé d’émettre des hypothèses toutes plus folles les unes que les autres. Il faut dire que l’auteur crée un cadre aux possibilités importantes et décide de ne laisser que de très maigres indices tout en lançant le lecteur sur de mauvaises pistes. Ainsi, c’est avec beaucoup d’entrain et plein de tension que j’ai parcouru chaque chapitre afin d’en apprendre davantage sur cette monstrueuse énigme. Je n’ai été rassasié qu’à la toute dernière page de ce chef d’oeuvre au rythme addictif, qui laisse bien trop de questions sans réponses pour pouvoir l’effacer totalement de mon esprit.
De plus, outre l’histoire déjà fortement plaisante à lire, je dois avouer que c’est bien la première fois que j’apprécie autant les personnages d’un roman policier. Il faut dire que Bernard Minier ne se contente pas simplement d’une bonne enquête mais dresse le portrait de personnages bien souvent torturés par leur passé, ou bien encore noyés par la vie et ses aléas. Ainsi, le lecteur semble pourvoir s’identifier à l’un des nombreux protagonistes présents. Sans donc forcément parler d’attache, j’ai l’impression d’être devenu plus proche de nos enquêteurs ou tout du moins de mieux les comprendre, surtout en ce qui concerne Martin Servaz. J’ai très envie de continuer à découvrir tous les traits de ce protagoniste, tout comme j’ai très envie de découvrir ce que nous réserve l’auteur avec Julian Hirtmann, cet antagoniste à la fois complexe et réfléchi qui m’a fasciné et régalé.

Bien entendu sans l’intelligence de la plume et la beauté du style de l’auteur, mon engouement n’aurait pu avoir lieu. En effet, il vous faudra avoir le coeur bien accroché et les nerfs solides si vous décidez de sauter le pas et de mener l’enquête. Qu’il s’agisse des décors, de l’ambiance ou de l’atmosphère, tout est fait pour vous glacer le sang. D’ailleurs, je ne me suis jamais aussi peu senti en sécurité au cours d’une lecture et ce sentiment ne m’a pas quitté un seul instant, même lorsque je refermais le roman. Bernard Minier fait les choses en grand et offre de magnifiques – si je peux dire ainsi – descriptions totalement effrayantes et dérangeantes, accentuant encore plus mon malaise. Autre fait particulier, et comme je l’évoquais précédemment, j’ai vraiment apprécié suivre deux enquêtes réalisées simultanément. Ce choix permet à l’auteur d’alterner son récit entre les deux points de vue de ses héros, ce qui permet un rythme de lecture considérable, jouant encore plus avec les nerfs du lecteur.

En conclusion, ce roman n’a pas que son nom de Glacé. L’ambiance, l’atmosphère ainsi que la plume de Bernard Minier n’ont cessé de me le glacer, le sang… Ainsi, le blanc pur de ses montagnes enneigées contraste totalement avec la noirceur de son talent. Amateurs de polars, vous serez servis !

⇢ ACHETER

Broché — Amazon (21,90€)
Poche — Amazon (8,50€)

2 commentaires

  1. Je l’ai dans ma PAL depuis un bon moment déjà. J’avais été complètement envoûtée par le synopsis qui avait piqué ma curiosité. Comme toi, je ne suis pas une grande amatrice de polars mais en ce moment, j’en lis beaucoup. J’aime l’ambiance de ce genre de romans, les caractères profonds et complexes de personnages et le fait que l’on se pose des questions et qu’on reste dans le flou jusqu’aux dernières pages. J’ai bien l’impression qu’avec Glacée, je vais être servie ! Après avoir lu ta chronique, je pense que je vais sortir ce livrez plus tôt que prévu 😉

    Reply

Laisser un commentaire