Susan Hopper, tome 1 : Le parfum perdu d’Anne Plichota et Cendrine Wolf

susanhopper1couv

★★★★★ (5/5) — « Lorsque je me suis plongé dans ce roman, je ne m’attendais pas à être autant captivé et ensorcelé par un univers si mystérieux, porté par une héroïne tant extravagante qu’émouvante, qui séduira à coup sûr petits et grands. »

141012082726741404

Susan Hopper, un conte noir où les cauchemars prennent vie, est signé par Anne Plichota et Cendrine Wolf, les auteurs de la célèbre série Oksa Pollock, traduite dans 27 pays.

⇢ FICHE TECHNIQUE

Titre : Susan Hopper, tome 1 : Le parfum perdu
Auteurs : Anne Plichota et Cendrine Wolf
Editeur : XO Editions
Genre : jeunesse, fantastique
Parution : 21 mars 2013
Nombre de pages : 387

A voir aussi
+ découvrir d’autres livres de chez XO Editions

⇢ QUATRIEME DE COUVERTURE

Chacun de ses rêves est plus terrifiant que le précédent…
A l’âge de trois ans, Susan a perdu ses parents dans un terrible incendie. De sa mère, il ne lui reste qu’un foulard, toujours mystérieusement imprégné de son parfum.
Après onze longues années passées dans un orphelinat écossais, Susan va croiser le chemin d’Helen Hopper, une femme qui porte le même parfum que sa mère. Dès lors, elle n’a plus qu’une obsession : vivre chez les Hopper. Cette famille est faite pour elle et pour personne d’autre ! Les manœuvres de l’adolescente finissent par payer et la vie pourrait devenir simple si Susan ne se réveillait chaque nuit dans un inquiétant cimetière où des voix lui ont révélé la terrible malédiction qui pèse sur sa famille. Accompagnée par Eliot, le fils des Hopper, son grand-père Alfred et Georgette, la facétieuse petite chienne, Susan décide de plonger dans les abysses du passé. Entre son amour pour Eliot, sa conquête de l’affection d’Helen et les démons qui la hantent, pourra-t-elle un jour apprendre à devenir ce qu’elle est vraiment ?

⇢ AVIS

8
STEVEN
Note : ★★★★★ (5/5)

Lorsque je me suis plongé dans ce roman, avant tout du fait qu’il se déroule en Écosse, je ne m’attendais pas à être autant captivé et ensorcelé par un univers si angoissant et pesant porté par une héroïne tant extravagante qu’émouvante.

Bien que ce roman soit considéré comme de la lecture jeunesse, je l’ai trouvé très mature dans sa façon d’évoquer certaines notions assez dures telles que la mort ou la solitude. Je ne comprends d’ailleurs pas ce choix de classification car ce roman peut plaire aux petits comme aux grands et certaines scènes se démontrent être assez cauchemardesques pour un public non averti.
En effet l’histoire prend place au sein d’un orphelinat où nous rencontrons notre jeune héroïne, Susan. Elle y a été admise suite au décès tragique de ses parents dans un incendie, alors qu’elle n’avait que trois ans. Nous la découvrons à l’aube de son quatorzième anniversaire, quelque peu perdue et complètement meurtrie par la vie. Ce qui est le plus surprenant pourtant c’est que les auteurs la présentent comme une adolescente hautement détestable. Elle n’hésite pas à effrayer et à régner en chef sur ses autres compagnons afin d’être placée à son tour en famille d’accueil. Et alors qu’elle ne croyait plus en sa bonne étoile, la famille Hopper fera renaître en elle ce sentiment d’espoir lorsqu’elle les rencontrera pour la première fois. Grâce à un certain parfum émanant de cette mère de famille, Helen, Susan se sentira inexplicablement attirée par elle et usera de toutes les astuces pour leur plaire.
La vie lui offre enfin une nouvelle chance et alors qu’elle détient tout pour être heureuse, Susan découvrira, au travers de ses nombreux rêves, la vérité sur son passé ainsi que sur l’étrange malédiction dont elle est victime et qu’elle devra déjouer. Heureusement, elle pourra compter sur le soutien d’Eliot et de son grand-père Alfred.

J’ai vraiment apprécié l’histoire du début à la fin. Le tout commence de manière calme et douce, où je me suis laissé prendre d’affection pour ce petit être abandonné, se sentant coupable de la mort de ses parents. Derrière son caractère infâme et ses pensées bien souvent abjectes mais pas moins drôles, se cache un personnage bien plus complexe qui se révélera au lecteur au fil des pages.
Son évolution commence dès lors où elle cohabitera avec sa nouvelle famille d’accueil. Des sentiments nouveaux naîtront en elle, ce qui créera un véritable décalage entre ce qu’elle est et ce qu’elle semble être. Aidée par son nouvel ami Eliot, elle apprendra de nouveau à faire confiance et à aimer tout simplement. De ce fait le récit alternera sans aucune pause entre des moments forts remplis d’émotions, d’angoisse et d’action. Ce roman ne m’a pas effrayé mais est parvenu à me plonger au cœur d’une atmosphère pesante et oppressante, et paradoxalement, touchante.

Tout comme cette aventure, les personnages présents sont éblouissants et attachants. J’ai aimé découvrir, en même temps que notre adolescente, la famille dans laquelle elle évoluera. Comme dans bien souvent des cas, elle se compose de personnes totalement opposées mais indéniablement soudées. Il faut dire qu’entre le grand-père, Alfred, décrit comme un ‘vieux fou’ et la mère, Helen, décrite comme ‘Mme Parfaite’, Susan aura bien du mal à se faire sa place sans froisser personne. Seuls Eliot, malgré sa différence, et son père paraissent être les plus proches de la normalité tant convoitée par notre héroïne.

Il faut dire que les plumes de Anne Plichota et Cendrine Wolf sont remarquables. En à peine quelques pages j’ai été transporté dans ce manoir écossais rempli de secrets. Les quelques descriptions qu’elles ont réalisées ont suffit à me faire voyager même si j’aurais apprécié en lire davantage. L’univers qu’elles dépeignent est fortement mystérieux et les nombreuses scènes d’angoisse où il est question de fantômes et de cimetières ont retenu toute mon attention et quelques fois, même, mon souffle. Faire évoluer son aventure au sein de l’Ecosse est un choix totalement judicieux car ce pays déborde de légendes en tout genre. De plus la dimension apportée aux rêves de notre héroïne est si forte que j’ai souvent cru être face à la réalité. J’ai d’ailleurs souvent eu, moi même, l’impression de rêver éveillé tellement j’ai été submergé par ce roman. En axant celui-ci pour un jeune public, sa facilité de lecture est totale. Les mots coulent et les pages défilent sans que le lecteur s’en aperçoive.

Vous l’aurez compris, ce premier tome m’a totalement captivé. Je l’ai insatiablement dévoré et je regrette seulement le fait qu’il soit catégorisé ‘roman jeunesse’ car je suis certain que sa magie séduira petits et grands. J’ai d’ores et déjà hâte de me plonger dans le deuxième tome afin d’en apprendre encore plus sur cette tragique malédiction écossaise et sur l’évolution de cette famille atypique.

⇢ ACHETER

Broché — Fnac, Amazon (16,90€)

4 commentaires

  1. Faut vraiment que j’arrête de lire tes critiques. On a des goûts trop similaires, tu vas finir par me ruiner à me donner envie d’acheter tous ces livres ! XD

    Reply
  2. Une saga qui me fait terriblement envie. J’ai découvert les auteures avec Oska Pollock et, même si je n’ai pas continué plus par manque d’opportunité qu’autre chose, elles m’avaient fait forte impression. A la base c’était surtout l’aspect écossais qui me tentait dans celle-ci, mais je suis ravie de voir qu’il y a une belle ambiance développée derrière, je sens que ça peut vraiment bien passer avec le côté manoir et légendes écossaises.

    Reply
    • J’ai, comme toi aussi, découvert ces auteures avec Oska Pollock que j’avais trouvé assez enfantin à l’époque alors qu’avec cette série beaucoup moins malgré les quelques similarités.
      J’espère que apprécieras cette petite aventure qui promet un tome 2 génial que je devrais vite me procurer.

      Reply

Laisser un commentaire