★★★★★ (5/5) — « Ce troisième et dernier tome s’est révélé tout à fait à la hauteur des précédents, et cette trilogie est un vrai coup de cœur du début à la fin. Pas de temps morts, une histoire menée de main de maître de bout en bout, c’est une saga qui s’est placée directement parmi mes préférées. »

Smaragdgrün 3

« Bien que le passé soit déjà passé dans le présent, il faut veiller soigneusement à ne pas mettre en danger les choses présentes par les choses passées en les rendant présentes. « 

⇢ FICHE TECHNIQUE

Titre original : Smaragdgrün
Titre français : Vert Émeraude
Auteur : Kerstin Gier
Editeur : Milan (collection Macadam)
Genre : fantasy, young adult
Parution originale : 8 décembre 2010
Parution française : 21 septembre 2016 (première parution le 14 mars 2012)
Nombre de pages : 420

A voir aussi
+ En savoir plus Kerstin Gier (site en allemand)
+ Chronique de ‘La trilogie des Gemmes, tome 1 : Rouge Rubis’
+ Chronique de ‘La trilogie des Gemmes, tome 2 : Bleu Saphir’

⇢ QUATRIEME DE COUVERTURE

Gwendolyn a-t-elle jamais été une lycéenne comme les autres ?
Pour son premier vrai chagrin d’amour, en tout cas, elle aimerait bien faire comme toutes ses copines : pleurer des heures au téléphone et se gaver de chocolats. Mais pas question, les Veilleurs du temps ont besoin d’elle. Pire, c’est avec Gideon lui-même, celui qui lui a brisé le cœur, qu’elle doit repartir en plein… XVIIIe siècle, affronter un drôle de comte, prétendument immortel.
Plus question de pleurer, il faut agir !

⇢ AVIS

8
MARION
Note : ★★★★★ (5/5)

Comme tout tome final d’une saga, j’ai abordé celui-ci avec une certaine hâte, et en même temps, une énorme appréhension. En effet, bien que pressée de connaître le dénouement final, je redoutais tout de même le moment où il me faudrait reposer le livre et laisser partir les personnages.
Cette saga a été un réel coup de cœur pour moi, je ne me suis pas ennuyée un instant et maintenant que je l’ai terminée, je suis un peu triste de devoir quitter cet univers que j’ai vraiment beaucoup apprécié.

L’intrigue de ce dernier volet est très bien ficelée : jusqu’aux derniers chapitres, la tension monte, monte, monte, et le lecteur, fort des éléments déjà connus et de ceux que nous découvrons (enfin !) grâce à Leslie l’enquêtrice de choc, ne peut que se laisser emporter par l’envie de savoir enfin le pourquoi du comment, et la façon dont nos héros vont s’y prendre pour déjouer les plans du machiavélique comte de Saint-Germain. Ce dernier est en effet toujours aussi mystérieux et malsain, et j’ai trouvé que l’auteure se débrouillait très bien pour nous embrouiller toujours un peu plus alors même qu’il s’agit du dernier tome. Les réponses n’apparaissent que petit à petit, et si certaines arrivent assez rapidement, comme toujours avec Kerstin Gier elles ne manquent pas de soulever d’autres interrogations présentes ou passées, ou de faire miroiter un danger toujours plus grand pour notre Rubis.

Ici plus que jamais, et malgré les hauts et les bas de leurs relations, Gwendolyn et Gidéon vont devoir apprendre à se faire confiance et à œuvrer de concert s’ils veulent s’en sortir indemnes. En attendant, c’est avec beaucoup de plaisir que nous voyons les proches de Gwen, Mum, Nick, Caroline, tante Maddy, Xemerius et même Mr Bernhard, se liguer contre l’agaçante Charlotte qui fourre son nez partout. D’ailleurs, c’est une des composantes du roman qui m’a bien plu, cette façon qu’a eu Kerstin Gier de dépeindre les rapports familiaux et amicaux d’une façon tout à fait réaliste, sans perfection et sans en faire trop, juste comme cela pourrait très bien se passer dans la « vraie vie ». Gwendolyn, malgré son étrange capacité à sauter dans le temps, est une adolescente presque comme les autres, qui s’amuse, va à des fêtes de lycée, a des peines de cœur, téléphone des heures durant à sa meilleure amie et ne se laisse pas marcher sur les pieds, et ce constant rappel de la ‘réalité’ rend notre héroïne d’autant plus attachante et vraie.

De plus, comme je le disais plus haut, l’auteure continue de faire monter le suspense dans la première moitié du roman, et au moment des révélations finales, j’ai beaucoup aimé qu’elle éclaircisse également des détails tout à fait insignifiants des précédents tomes, auxquels on ne pense plus forcément mais dont on se dit ‘Ah mais oui c’est vrai ! ‘ en les lisant.
Même si certains points se laissent deviner relativement facilement, Kerstin Gier mène tout de même sa barque d’une main de maître. Détail qui a son importance, les pages de garde de chacun des chapitres des trois tomes, tout en nous livrant des éléments clés ou qui nous permettent simplement de mieux comprendre certains points, sont un petit plus particulièrement bien trouvé.
Le méli-mélo des époques, des personnages, des prophéties et des mystères est un melting pot savamment travaillé et dans lequel on se laisse emporter avec grand plaisir. Mon seul bémol serait peut-être une fin qui aurait mérité qu’on s’y arrête un peu plus longuement, car même si certaines choses coulent de source, il reste assez agréable du point de vue du lecteur de les voir écrites noir sur blanc.

À mes yeux donc, ce troisième et dernier tome s’est révélé tout à fait à la hauteur des précédents, et cette trilogie est comme je le disais plus haut, un vrai coup de cœur du début à la fin. Pas de temps morts, une histoire menée de main de main de bout en bout, c’est une saga qui s’est placée directement parmi mes préférées.
Et l’ultime révélation de l’épilogue concernant l’un des personnages secondaires est comme un petit bonus supplémentaire, qui nous permet de refermer le livre avec un dernier petit sourire…

UN MOT SUR LE FILM

Cette fois-ci, j’ai été moins emballée par le film.
Certes, scénaristiquement parlant, ça colle, et les acteurs sont tout à fait crédibles, mais je l’ai trouvé bien en deça de son équivalent livresque. Si certaines scènes clés ont été reprises, elles m’ont souvent semblé arriver comme un cheveu sur la soupe, ce qui les dénature un peu et leur faire perdre beaucoup de ‘puissance’ émotionnelle ; quant à la seconde partie de l’histoire, elle n’a vraiment pas grand chose à voir avec le livre, et j’ai eu un peu de mal à me détacher de l’oeuvre originale pour l’apprécier comme il le fallait, mais je pense que ça ira mieux avec le temps et les revisionnages.
J’ai également trouvé que le scénario dévoilait une bonne partie des éléments clés bien trop précocement, et qu’il ne restait du coup plus réellement de suspense comparé à la façon dont les choses se passent dans le livre, bien que certains ajouts contre-balancent un peu ce manque de surprise. Comme je le soulignais précédemment, l’ensemble reste très cohérent et une fois que l’on a réussi à se détacher du livre, on passe un moment divertissant.
J’ai cependant trouvé le scénario livresque moins attendu, et finalement, les livres gardent ma préférence malgré la présence toujours appréciée de Jannis Niewöhner à l’écran 😉 .

⇢ ACHETER

Broché — Amazon (14,50€)
Poche — Amazon (8,40€)