On regrettera plus tard d’Agnès Ledig

ba

★★★★★ (5/5) — « La plume d’Agnès Ledig aura encore une fois eu raison d’Erika et Nadège, qui ont toutes deux beaucoup apprécié ce dernier roman de l’auteure. Une très belle histoire et des personnages aussi touchants qu’attachants leur font vous recommander ce récit qui ne pourra que vous plaire également. »

9782226320933-j

« Agnès Ledig sait tenir son récit, donner du naturel à des situations du quotidien et émouvoir sans démonstration. Ses dialogues sont crédibles, l’émotion passe. Et, finalement, on ne regrette rien. » — L’express

⇢ FICHE TECHNIQUE

Titre : On regrettera plus tard
Auteur : Agnès Ledig
Editeur : Albin Michel
Genre : littérature française, roman
Parution : 02 mars 2016
Nombre de pages : 320

A voir aussi
+ en savoir plus sur Agnès Ledig
+ découvrir d’autres livres de chez Albin Michel

⇢ QUATRIEME DE COUVERTURE

Cela fait bientôt sept ans qu’Eric et sa petite Anna Nina sillonnent les routes de France. Solitude choisie. Jusqu’à ce soir de juin, où le vent et la pluie les obligent à frapper à la porte de Valentine. Un orage peut-il à lui seul détourner d’un destin que l’on croyait tout tracé ?
Avec la vitalité, l’émotion et la générosité qui ont fait l’immense succès de Juste avant le bonheur et Pars avec lui, Agnès Ledig explore les chemins imprévisibles de l’existence et du cœur. Pour nous dire que le désir et la vie sont plus forts que la peur et les blessures du passé.

⇢ AVIS

8
ERIKA
Note : ★★★★★ (5/5)

Etant une grande fan d’Agnès Ledig, j’avais vraiment hâte de lire son nouvel ouvrage. Paradoxalement je m’inquiétais de lire trop vite et de n’avoir ensuite plus rien à savourer de sa plume. Mais lors de notre rencontre à ‘Livre Paris’ elle m’a dit que d’autres petites choses sortiraient et donc que je n’aurais pas à attendre un an avant de pouvoir lire une de ses nouvelles histoires. Je me suis donc lancée dans ‘On regrettera plus tard’ dès que j’ai pu !

Ce roman raconte deux histoires différentes qui finiront évidemment par se croiser à un moment. Il y a premièrement celle dont parle la quatrième de couverture, l’histoire de Valentine, Eric et Anna-Nina. Eric et sa fille seront accueillis par Valentine après qu’un orage ait ruiné leur maison-roulotte et de là se tisseront des liens qui pourraient bien changer l’avenir qu’ils pensaient tous avoir déjà tracé. Puis il y a de l’autre côté ce récit datant des années 40 qui relate la vie de Suzanne, Léon et cet adolescent bienveillant pendant la Seconde Guerre Mondiale. J’ai eu du mal à bien saisir cette séparation et ce choix de raconter deux histoires différentes. Je me doutais qu’il y avait une raison et qu’à un moment les deux finiraient par se rejoindre quelque part pour que cela prenne du sens, mais jusqu’à plus de la moitié du roman, je ne voyais pas où était la connexion.

A ces deux histoires s’ajoutent également celle de Gaël, le meilleur ami et frère de coeur de Valentine. L’homme est tourmenté par ses sentiments pour une femme qui n’est pas son épouse et même si nous n’avons aucun chapitre de son point de vue, nous vivons son aventure amoureuse par le biais de Valentine. Cela n’a peut-être pas énormément d’importance pour tous les lecteurs mais ça en avait pour moi car c’est la finalité de son histoire à lui qui m’a le plus émue. Aussi, c’est un des personnages que j’ai le plus aimés avec Gustave et Anna-Nina. Voici d’ailleurs un échange entre Gaël et Valentine que j’ai apprécié et donc relevé :

– T’imagines les conséquences ? Il serait obligé de se sédentariser. Quand je te dis que c’est peut-être l’homme de ta vie.
– Arrête donc. C’est pas mon genre.
– Je ne connais que deux genres, le masculin et le féminin. Que je sache, tu n’es pas attirée par les filles.

Puisque je fais mention des personnages, je dois avouer que cette fois je ne me suis pas attachée plus que ça aux deux protagonistes qui nous sont présentés. Comme je l’ai dit j’ai bien aimé Gaël, Gustave et Anna-Nina, mais je n’ai pas accroché plus que ça à Eric et Valentine et j’ignore pourquoi. Je pense que c’est pour ça que je suis aussi moins attachée à ce roman. Je n’ai rien de négatif à dire à son sujet, c’est encore un très bon livre signé Agnès Ledig, mais en même temps il ne m’a pas envoûtée comme l’avaient fait ‘Juste avant le bonheur‘ ou ‘Marie d’en haut‘. Si je devais faire un classement, il serait au même niveau que ‘Pars avec lui‘ peut-être.

Il y a des moments que j’ai beaucoup aimés, notamment celui du cimetière avec la bêtise innocente d’Anna-Nina et son amie. Je mentionne ce passage parce que ma cousine et moi avons fait la même chose lorsque nous étions enfants et je m’en souviens encore. Aussi, on retrouve comme toujours le style unique d’Agnès Ledig, sa poésie et ses lignes envoûtantes. Et bien évidemment, j’ai eu la joie de me laisser transporter à nouveau par les mots toujours bien trouvés de l’auteure. Il y a peu d’écrivains comme elle qui ont un style si unique que je pense pouvoir les reconnaître dans n’importe quel texte et c’est en partie pour ça que j’en suis tellement fan.

Il y a cependant un élément inédit dans ‘On regrettera plus tard’ et c’est le fait que l’auteure aborde le sujet qu’est le sexe. Elle y entre en détails à plusieurs reprises et elle le fait très bien en dépit des difficultés qu’elle mentionne dans la vidéo ci-dessous où elle parle de ce nouveau roman :

Autre point positif qui est aussi quelque chose de récurent dans les livres d’Agnès Ledig, j’ai eu quelques surprises vers la fin du roman. Avec ce type de lecture je m’attends toujours à quelque chose de linéaire mais Agnès me surprend à tous les coups d’une façon ou d’une autre.

Si je devais mentionner un éventuel point négatif, cela serait la fin ouverte qui me laisse perplexe. Si elle annonce une suite comme le pense ma camarade Book Ouioui, alors j’approuve, mais si c’est réellement la fin du livre c’est un peu plus dérangeant pour les gens comme moi qui préfèrent les fins franches et précises. Et en même temps, c’est une belle représentation de ce qu’est la vie, on ne sait pas de quoi est fait demain donc on ne peut pas écrire la fin à moins que ça ne soit la mort.

Quoi qu’il en soit, on retrouve vraiment l’auteure dans chacune de ses histoires et c’est intéressant de voir que ses livres représentent si bien l’image qu’elle renvoie (de ce que j’en ai vu), de la douceur, de l’émotion, de la sensibilité, mais aussi une grande force, et bien sûr, de l’espoir. C’est comme ça que je présenterais Agnès Ledig.

Même si ce n’est pas mon livre préféré de l’auteure, je ne peux nier que ce fut une agréable lecture et que c’est une nouvelle histoire que je n’oublierai pas de si tôt. Je la recommande donc chaudement aux fans mais aussi à ceux qui ne connaissent pas encore ses écrits car si moi je n’ai pas accroché aux personnages principaux outre mesure, cela sera peut-être différent pour vous. Il a une multitude de qualités qui sauront sans nul doute vous séduire et c’est de toute façon, comme tous les romans de l’auteure, un immanquable.

barre

8
NADEGE
★★★★★ (5/5)

‘On regrettera plus tard’ est le second roman que je découvre d’Agnès Ledig. C’est une histoire touchante, comme je m’y attendais et qui m’a beaucoup plu. Cependant, ce roman me laisse une impression moins forte, que celle que j’ai eue avec ‘Pars avec lui’. Cela reste malgré tout une magnifique lecture avec laquelle j’ai passé un doux moment.

Agnès Ledig nous raconte ici l’histoire de trois âmes en peine et d’une petite lueur d’espoir. Par une nuit d’orage, Valentine accueille un père et sa fille qui souffre d’une grosse fièvre. Qui aurait pu penser que ces deux personnes allaient bouleverser sa vie ? Encore moins elle. Au fil des jours, une relation affective se tisse entre Valentine et la petite Anna-Nina, tandis qu’Eric, le père, assiste impuissant à cette attache qui l’empêchera de repartir dans sa roulotte, sillonner les routes de France.

Avec cette seconde lecture, je me suis à nouveau attachée aux personnages, surtout à la petite Anna-Nina. La petite lueur d’espoir, c’est cette petite fille à l’apparence infantile, mais qui semble beaucoup plus grande à l’intérieur. Elle a la sensibilité de l’enfant, une clairvoyance qu’on devrait avoir, nous adultes. Elle a une soif de savoir, sans pareil. Elle est adorable et je rêverais d’avoir une petite fille comme elle.
Valentine, c’est la première âme en peine. C’est une boule de nerfs, dont le rythme et les mouvements sont son quotidien. Elle ne s’arrête jamais. Tout le contraire d’Eric, la seconde âme. Et alors qu’ils semblent si différents, ils se ressemblent pour ce qui est de ne pas savoir s’engager, bien que leurs raisons soient différentes. La souffrance d’Eric est compréhensible et je la partage un peu. Perdre un être cher est une épreuve plus que difficile à surmonter. Son côté taciturne face à sa logeuse m’a amusée, tandis que j’ai été attendrie par cette tendresse qui l’accapare dès qu’il est avec sa fille.
Gaël, que vous devinez être la troisième âme, c’est le ‘frère’ (comme Valentine) que je rêverais d’avoir. Leur amitié, leur compréhension de l’autre m’ont fait rêver ! D’une certaine manière, je partage avec ce personnage, cet esprit destructeur. Sa souffrance m’a beaucoup parlé.
Gustave, c’est celui qui est en retrait, qu’on entraperçoit sans vraiment le voir. Et pourtant… Je pense que c’est mon personnage préféré de cette histoire. Sa sagesse m’a profondément touchée et sa dernière conversation avec Eric résonne encore dans ma tête. Car elle m’a parlé, me parle encore et me parlera beaucoup encore longtemps.
Solbach semble être une petite région, mais qui regorge de petites pépites humaines, comme j’aimerais pouvoir en rencontrer du côté de chez moi. Des personnages et des personnalités que j’associe très facilement à Agnès Ledig, même si je n’ai lu que deux romans d’elle.

En dehors de ces personnages, nous faisons également la connaissance de Suzanne. Une jeune femme que l’on rencontre alors qu’elle subit les pires tortures pour une jeune future maman, par les nazis. Son amour pour Léon est ce qui lui donnera la force de se battre jusqu’au bout. On suit ce personnage, entre deux chapitres au présent (2010). La raison de ces extraits est très belle et le parallèle entre les personnages m’a beaucoup plu. J’ai d’ailleurs beaucoup apprécié aussi qu’on entende la voix des deux personnages principaux : Valentine et Eric. Leurs points de vue permettent de savoir ce qu’ils ne disent pas dans leurs conversations. C’est ainsi que je me suis rendue compte qu’ils sont tous deux complémentaires, même s’ils ne s’en rendent pas compte.

Avec ce roman, j’ai également retrouvé ce message derrière l’histoire. Un message d’amour, d’espoir. Pour moi, Agnès Ledig ne nous donne pas de leçon, mais nous donne des pistes pour voir la vie autrement. On peut tirer un apprentissage de ce récit, c’est au lecteur de choisir ce qu’il veut en faire. Je garde personnellement tout ça, dans un coin de ma tête.

Comme avec ‘Pars avec lui’, j’ai trouvé à la plume de l’auteure, un aspect ‘brut’, que je qualifierai maintenant de sincère aussi. Elle a un style qui va droit au but, et ne s’alourdit pas de figures littéraires inutiles. Et c’est ce que j’aime autant chez elle. Et cet aspect s’illustre parfaitement dans les scènes de sexe (une nouveauté chez cette auteure si j’ai bien compris), qui sont belles dans la manière dont elles sont écrites. Mais à côté de cela, je trouve son écriture douce, pleine de tendresse. Exactement ce que j’ai ressenti quand j’ai rencontré l’auteure à l’occasion de Livres Paris. Je suis ravie d’avoir toujours cette même impression, car c’est ce que j’aime autant chez elle.

‘On regrettera plus tard’ est un très beau roman, qui m’a bercée tout au long de ma lecture. Une très belle histoire entre deux personnages en mal d’amour. Agnès Ledig nous offre encore une fois une belle leçon de vie, qui pourra servir à certains d’entre nous. Vous aussi, laissez parler votre coeur.

⇢ ACHETER

Broché — Fnac, Amazon (19,50€)

8 commentaires

    • Je ne sais pas ce que tu en penseras mais personnellement j’ai préféré les autres, notamment ‘Juste avant le bonheur’ qui était mon premier de l’auteure ^^ En tout cas je suis sûre que tu apprécieras ces autres romans !

      Reply

Laisser un commentaire