T’aimer, encore… de Federico Moccia

★★★★☆ (3,5/5) — « J’ai apprécié cette lecture, qui fut belle et touchante, avec sa dose de romantisme qui m’a fait du bien. Malheureusement, je regrette l’absence de rebondissements qui auraient pu pimenter l’ensemble. »

« Peut-on aimer encore, comme si c’était la première fois ? »

⇢ FICHE TECHNIQUE

Titre original : Tre Volte Te
Titre français : T’aimer, encore…
Auteur : Federico Moccia
Editeur : City Editions
Genre : littérature contemporaine, littérature étrangère, romance
Parution originale : 18 avril 2017
Parution française : 05 juillet 2017
Nombre de pages : 826

A voir aussi
+ découvrir d’autres livres de chez City Editions

⇢ QUATRIEME DE COUVERTURE

Beau gosse au cœur tendre, le coup de poing facile, l’âme rebelle, Stefano était une légende vivante aux yeux de sa bande de copains romains. Mais c’était il y a dix ans… Aujourd’hui, le jeune homme est rentré dans le rang, devenu producteur de télévision à succès, il va se marier et avoir un enfant. Sa vie semble toute tracée. Jusqu’au jour où par hasard, lors d’une exposition à la Villa Medicis, il croise le chemin de Babi, la femme qui a été son premier amour. Cette rencontre fait voler en éclats toutes ses certitudes. Est-il vraiment heureux ? Babi n’est-elle qu’un souvenir agréable ou un feu que le temps n’a pas réussi à éteindre ? Et lorsqu’elle lui révèle un secret issu de leur passé, Stefano va devoir faire un choix. La vie réserve toujours de ces surprises qui la rendent si belle…

⇢ AVIS

8
NADEGE
★★★★☆ (3,5/5)

Ce roman signe des premières retrouvailles avec Federico Moccia pour moi, après ma lecture il y a quelques années de ‘J’ai failli te dire je t’aime’. J’avais beaucoup aimé cette lecture, j’espérais donc aimer tout autant celle-ci. Finalement, je sors assez partagée de ma lecture.

« Peut-on aimer encore, comme si c’était la première fois ? » Je trouve que cette phrase résonne parfaitement avec ce roman. Elle s’applique ici à Stefano, ancien bad boy ayant mis à l’ombre ses vieux démons pour se lancer dans la production télévisuelle et Babi, jeune femme à présent mariée et mère d’un petit garçon. La vie les avait éloigné, jusqu’à ce que Babi décide de contrer le destin et reprenne contact avec Stefano. Leurs sentiments, les souvenirs du passé… resurgiront et bousculeront tout sur leur passage.

L’histoire autour du premier amour m’a touchée et plu ! Stefano et Babi nous prouvent qu’un tel amour peut être très fort et ‘survivre’ aux années qui passent. Mais nos deux ‘tourtereaux’ ne sont pas les seuls à nous faire rêver avec leur histoire, puisque nous suivons plusieurs autres couples en parallèle : Renzi et Teresa (et Dania), Pallina et Bunny, Sebastiano et Daniela… Autant de relations différentes, formant une fresque sentimentale intéressante.

En parallèle de l’amour, l’auteur aborde deux autres sujets à la fois ‘profonds’ et complexes : l’infidélité et la maladie. Je n’émettrai pas d’opinion sur le premier, mais tout ce que je peux dire, c’est que malheureusement je n’ai pas pu rester totalement objective face à ce dernier – ce qui a pu entacher ma vision que j’avais des personnages concernés – tout comme avec le second finalement, qui m’aura arraché quelques larmes. Cependant, je trouve que Federicco Moccia a réussi à les aborder avec une certaine justesse, ce que j’ai apprécié. Malheureusement, je regrette que face à ces thématiques (assez riches), il ne se passe pas davantage de choses, tout du moins avant la fin de l’histoire, qui fut prenante. Avec un roman de plus de 800 pages, autant dire que c’est dommageable pour l’histoire.

Les personnages sont quant à eux nombreux et très différents, ce que j’ai aimé. Parmi ceux-ci, nous avons Stefano, producteur télévisuel et véritable génie dans son domaine. Ancien colérique et bagarreur, on peut le qualifier d’homme rangé, même si ses vieux démons restent dans les parages. Babi est une jeune femme et mère, malheureuse dans son couple, elle ne vit que pour son amour et ses souvenirs pour et avec Stefano. Renzi est l’associé de Stefano, un homme extrêmement doué (dans tous les domaines). Il m’a épaté par son côté ‘je pense à tout et je réussis tout’. Gin est le personnage que j’ai le plus apprécié. Fiancée de Stefano, c’est une femme de caractère, brillante, solaire, véritable soutien pour son fiancé. Face à certaines évènements, elle va rester très digne et j’ai trouvé cela vraiment admirable.
Nous côtoyons d’autres personnages, dont beaucoup sont issus du milieu de la télévision et autant j’ai trouvé divertissant de découvrir l’envers du décors, autant j’ai trouvé que l’auteur avait su bien retranscrire l’hypocrisie qui y est légion aussi.

En ce qui concerne l’auteur et son style, j’ai trouvé sa plume très vivante, fluide et mélodique (cela doit venir de son origine italienne). Malheureusement, j’ai trouvé la traduction assez approximative, avec la présence de fautes et coquilles à de nombreuses reprises, ce qui me gêne beaucoup durant une lecture. Mais j’ai apprécié la manière dont il a alterné les points de vue tout au long de l’histoire, permettant de suivre la vie et l’évolution de chacun des personnages. Tout comme ce chapitre ‘pré-final’ qui nous donne des nouvelles de chacun d’entre eux.

Finalement, j’ai apprécié cette lecture, qui fut belle et touchante, avec sa dose de romantisme qui m’a fait du bien. Malheureusement, je regrette l’absence de rebondissements qui auraient pu pimenter l’ensemble, qui ne fut, en définitive, pas aussi passionnant que je l’aurais espéré. Mais pour les amateurs, je pense que l’histoire de Stefano et Babi (sans oublier, les autres personnages) ne pourra que vous plaire !

2 commentaires

  1. J’ai réellement apprécié le livre non pas parce que step et babi c’est la base mais parce qu’il a su montrer l’amour véritable entre deux êtres. Ils se sont trompés comme tout le monde, ont fait des erreurs, mais ils ont su rester fidèles l’un à l’autre quand ils se sont remis ensemble. Ils ont juste mal choisi leur moment et j’ai adoré quand babi a demandé pardon à pallina et également quand babi a su mettre son amour de côté pour que step reste avec sa femme et sa fille même comme il a douté de ça. L’auteur aurait dû nous montrer aussi comment babi a vécu leur rupture et si elle a finalement divorcé. Sinon très bon livre ! J’ai adoré !

    Reply
    • Je suis d’accord avec toi, j’ai beaucoup apprécié l’amour que Step et Babi se témoignent car il est sincère et profond. J’ai juste regretter que celui-ci soit au dépend de Gin et du mari de Babi.

      Reply

Laisser un commentaire