Treize Raisons de Jay Asher

13raisonsban

★★★★★ (4,6/5) — « Erika et Steven ont tous les deux apprécié leur lecture même si le second a été plus sensible aux personnages. Ils s’accordent néanmoins à dire que c’est un récit fort qui se doit d’être lu. »

9782226399311-j

« Elle est morte. Pour treize raisons. Tu es l’une d’elles. »

⇢ FICHE TECHNIQUE

Titre original : Thirteen Reasons Why
Titre français : Treize raisons
Auteur : Jay Asher
Editeur : Albin Michel
Collection : Wiz
Genre : littérature étrangère, drame, jeunesse
Parution originale : 18 octobre 2007
Parution française : 01 mars 2010
Réédition : 03 avril 2017
Nombre de pages : 288

A voir aussi
+ en savoir plus sur Jay Asher (site en anglais)
+ découvrir d’autres livres de chez Albin Michel

⇢ QUATRIEME DE COUVERTURE

Clay Jensen reçoit sept cassettes enregistrées par Hannah Baker avant qu’elle ne se suicide. Elle y parle de treize personnes qui ont, de près ou de loin, influé sur son geste. Et Clay en fait partie. D’abord effrayé, Clay écoute la jeune fille en se promenant au son de sa voix dans la ville endormie. Puis il découvre une Hannah inattendue qui lui dit à l’oreille que la vie est dans les détails. Une phrase, un sourire, une méchanceté ou un baiser et tout peut basculer…

⇢ AVIS

8
ERIKA
Note : ★★★★★ (4,5/5)

Quand j’ai entendu parler de la série, j’ai été très intéressée par le sujet et j’ai immédiatement voulu la voir. Mais comme Sofia du blog Lire en bulle m’a fait les louanges du livre, j’ai décidé de le lire avant d’essayer son adaptation. Je ne regrette pas ce choix car j’ai trouvé ma lecture vraiment intéressante.

Hannah s’est suicidée mais elle a tout de même laissé quelque chose. Elle a enregistré sept cassettes contenant des enregistrements dans lesquelles elle explique les treize raisons qui l’ont poussée à mettre fin à ses jours. Ces cassettes vont passer entre les mains de tous les concernés, jusqu’au dernier. Et si un seul a le malheur de briser cette chaîne morbide, Hannah a prévu d’autres cassettes qui seront rendues publiques et mettront en lumière les actes odieux de tous les concernés.

Le récit est partagé entre la narration de Clay, un des destinataires des cassettes, et Hannah elle-même via ses enregistrements. J’ai trouvé cette double narration vraiment sympathique même si parfois je me suis un peu perdue, peut-être parce que je n’étais pas assez concentrée.

L’histoire en elle-même est intéressante et se lit très rapidement car c’est assez prenant, en particulier grâce à la méthode de narration, justement. Cela offre un récit vivant et rythmé. Mais si j’ai immédiatement aimé le thème du livre et la manière dont il est abordé, je n’ai pas accroché au personnage principal. Hannah m’a d’abord laissée indifférente et ça a donc été un gros problème sachant que j’avais besoin d’être touchée par sa peine pour bien me plonger dans son histoire. Je ne minimise pas sa souffrance, loin de là, d’ailleurs je l’ai bien comprise à la fin, mais au début elle ne m’a pas touchée. Heureusement pour moi, Clay, lui, m’a de suite plu et m’a permis d’apprécier immédiatement ma lecture.

Je n’ai pas accroché à la plupart des personnages de l’histoire, peut-être parce qu’ils sont présentés sous leur mauvais jour. Mais j’ai quand même aimé Clay, puis Tony, auxquels j’ai été sensible. Puis, vers la fin, j’ai enfin compris Hannah et j’ai pu compatir. Je trouve d’ailleurs que tout a pris bien plus de sens pour moi quand j’ai enfin pu comprendre l’héroïne.

« Les signes étaient tous là, partout, pour quiconque prêt à les voir. »
(Traduit depuis l’anglais, la version française peut différer.)

Je trouve que les thèmes abordés sont très importants et je pense que ça a été bien travaillé. J’espère sincèrement que ce livre permettra aux gens d’être plus attentifs à ce qui les entourent, plus à l’écoute des signes et peut-être moins enfermés dans leurs bulles. Personnellement, c’est ce que je vais essayer de faire. Et c’est surtout pour cette leçon que j’ai aimé le livre car les récits que je préfère sont ceux qui me font réfléchir, me poussent à changer et me donnent envie de m’améliorer.

SPOILER
(Passez votre souris en maintenant le bouton gauche enfoncé pour voir le texte apparaitre.)

J’ai beaucoup aimé la fin. Je n’avais pas de suite compris mais en me renseignant j’ai saisi que l’auteur a voulu faire passer un message positif avec un changement chez Clay qui se met plus à l’écoute, prêt à aider si besoin.

En conclusion, si j’ai eu un peu de mal avec Hannah au début, Clay m’a immédiatement touchée et m’a permis d’apprécier immédiatement ma lecture. J’ai trouvé le récit très bien travaillé et vraiment captivant, et j’espère qu’il agira de manière positive sur les lecteurs car il y a beaucoup à tirer du suicide d’Hannah et de ses cassettes. Et contrairement à ce qu’on pourrait penser, il n’y a pas que les jeunes qui ont de quoi apprendre dans ce livre. Je vous le conseille vivement, et de mon côté je vais me laisser tenter par la série même si j’ai vu des avis très mitigés à son sujet.

8
STEVEN
Note : ★★★★★ (4,75/5)

Comme beaucoup, c’est grâce à l’adaptation réalisée par Netflix que j’ai découvert ce roman. Fortement attiré par la série télévisée, et malgré son genre littéraire, je voulais quand même pouvoir comparer les deux œuvres.

Je ne m’attendais pas, en entamant cette lecture, à ressentir toutes les émotions par lesquelles je suis passé en quelques heures seulement. En effet, le thème délicat qu’est le suicide abordé par l’auteur est dur et osé. Peu habitué, j’ai vraiment trouvé parfois cette lecture parfois inconfortable. Pourtant, jamais Jay Asher ne se permet de juger cet acte de désespoir qui peine de bien trop nombreuses familles quotidiennement. L’auteur ne tente pas non plus de livrer une quelconque morale mais offre avec poésie et justesse une histoire pleine de sincérité et de sensibilité à laquelle j’ai été absolument réceptif ! Même si je n’ai pas versé de larmes, j’ai souvent eu les yeux humides devant l’histoire de notre héroïne, Hannah. Ce petit bout de femme, à l’aube de sa jeunesse se voit salie par une réputation peu élogieuse que bien des rumeurs alimentent jour après jour. Arrivée au bout de ce qu’elle peut endurer, elle décide de mettre fin à ses jours mais, surtout, de confronter les coupables à leurs crimes. C’est ainsi que Clay reçoit un colis rempli de cassettes audio enregistrées par notre défunte. Quel rôle ce garçon sans histoires peut-il tenir dans cette tragédie ?
Sans m’en rendre compte, je me suis senti concerné par cette histoire et je n’ai su où me placer tout au long de cette lecture. Chacun peut s’identifier aussi bien à Hannah qu’à ses tortionnaires. Qui n’a jamais fait ou subi de remarques, aussi minimes soient-elles ? En ce sens, je n’ai pas lu Treize raisons mais je l’ai littéralement vécu. Pendant ma lecture j’ai été entièrement coupé du monde et seule l’histoire tragique de notre protagoniste occupait mes pensées. Je n’ai cessé de me questionner sur ce sujet et sur le courage qu’il faut aux victimes. Car oui, il s’agit bien là de courage pour parvenir à cette terrible conclusion. C’est pourquoi je conseille ce roman à tous. Bien que Jay Asher ne livre aucune réponse dans son récit, il permet de comprendre ce qui peut traverser l’esprit des personnes condamnées par la vie. L’avertissement sur les conséquences de la persécution et du harcèlement présent au sein du système scolaire est traité avec habilité et bien que de nos jours ce sujet soit de moins en moins tabou, il le reste encore énormément.

Il est donc évident que j’ai adoré la plume de Monsieur Jay Asher. J’ai vraiment été surpris que ce roman soit écrit par les mains d’un homme. Non pas qu’un genre soit plus sensible que l’autre mais j’ai vraiment été épaté par son style à la sensibilité et à la délicatesse débordante et enivrante. Chaque mot est choisi avec soin et réflexion. Par conséquent, et fort heureusement, il ne tombe jamais dans le mélodrame et offre un récit pur, sincère et criant de vérité. Son oeuvre est à l’image de ses personnages qui se dévoilement complexes et intelligemment bien construits. Je ne sais pas si c’est parce que ce roman est a des années lumières de ceux que je lis habituellement mais chaque ligne a raisonné en moi jusqu’au plus profond de mon être. J’ai même l’impression d’y avoir laisser une partie de moi et d’en ressortir quelque peu grandi. Je remercie sincèrement l’auteur pour cette claque !

Treize raisons est donc un roman plein de vérité et de sensibilité que je recommande à tous les amoureux de la vie qui peuvent parfois la trouver insurmontable. J’ai vraiment été réceptif à la plume délicate de Jay Asher qui m’aura bien trop souvent ému jusqu’aux larmes. Je ne peux l’affirmer mais je pense ressorti grandi de cette lecture.

⇢ ACHETER

Broché — Amazon(14,50€)

2 commentaires

  1. Je suis ravie de voir que tu as aimé la lecture, Erika! Je suis d’accord avec tous les points que tu soulèves, du personnage d’Hannah aux personnages secondaires (justement ils sont nettement moins présents que dans la série, mais ce n’est pas dérangeant au final qu’ils ne soient que secondaires.) Et oui, le message de l’auteur et les questions sont ce qu’il y a de plus important à retenir!

    Reply
    • Au final je n’ai toujours pas regardé la série… J’allais m’y mettre mais j’ai eu une folle envie de regarder Un dos tres lol Du coup je m’y pencherai plus tard ^^

      Reply

Laisser un commentaire