La sélection, tome 1 de Kiera Cass

selectionban

★★★★★ (4,75/5) — « Erika et Marion ont des avis très similaires au sujet de ce premier volet. Elles en ont apprécié la lecture et attendent bien des rebondissements pour la suite. Un récit addictif qui a su les convaincre. »

laselection

« À mi-chemin entre Hunger Games (la chasse à l’homme en moins) et le Bachelor (la chasse à l’homme en moins), cette trilogie est un pur régal. » — Publishers Weekly

⇢ FICHE TECHNIQUE

Titre original : The Selection
Titre français : La sélection, tome 1
Auteur : Kiera Cass
Editeur : Robert Laffont
Collection : R
Genre : littérature étrangère, dystopie, young adult
Parution originale : 24 avril 2012
Parution française : 12 avril 2012
Nombre de pages : 360

A voir aussi
+ en savoir plus sur Kiera Cass (site en anglais)
+ découvrir d’autres livres de chez Robert Laffont

⇢ QUATRIEME DE COUVERTURE

35 candidates
1 couronne
La compétition de leur vie.

Trois cents ans ont passé et les Etats-Unis ont sombré dans l’oubli.
De leurs ruines est née Illeá, une monarchie de castes.
Mais un jeu de téléréalité pourrait bien changer la donne.

Elles sont trente-cinq jeunes filles : la « Sélection » s’annonce comme l’opportunité de leur vie. L’unique chance pour elles de troquer un destin misérable contre un monde de paillettes. L’unique occasion d’habiter dans un palais et de conquérir le coeur du prince Maxon, l’héritier du trône.
Mais pour America Singer, cette sélection relève plutôt du cauchemar. Cela signifie renoncer à son amour interdit avec Aspen, un soldat de la caste inférieure. Quitter sa famille. Entrer dans une compétition sans merci. Vivre jour et nuit sous l’oeil des caméras…
Puis America rencontre le Prince. Et tous les plans qu’elle avait échafaudés s’en trouvent bouleversés…

Tout jeu comporte des règles, et les règles sont faites pour être transgressées.

⇢ AVIS

8
ERIKA
Note : ★★★★★ (5/5)

J’ai beaucoup entendu parler de cette série et comme je lis peu de dystopies, j’avais envie de me laisser tenter par celle-ci qui me faisait terriblement envie. J’étais très excitée à l’idée de commencer ma lecture et comme j’ai dû attendre pour pouvoir en faire une commune avec Marion, ça a attisé encore plus mon excitation.

On se retrouve ici dans un schéma assez classique et propre au genre dystopique où les êtes humains sont classés en fonction d’une caractéristique et d’un statut social. Dans ce roman, c’est America que nous suivons, et c’est elle qui nous raconte son histoire. Elle nous parle de sa relation amoureuse avec Aspen, des difficultés financières de sa famille dans la caste Cinq, et de comment elle devra renoncer à l’un pour aider l’autre. Pour diverses raisons, elle prendra part à la Sélection qui met trente-cinq candidates en compétition pour gagner le cœur du prince, et partager sa couronne.

Si certaines cherchent à trouver l’amour, d’autres sont là pour l’appât du gain, et quelques rares ne sont pas là par choix. C’est dans cette catégorie que se classe notre héroïne et c’est évidemment un point qui va la rendre charmante au lecteur. Je l’ai personnellement beaucoup appréciée et j’ai ensuite été très prise dans son affaire avec le prince Maxon. Ils ont une relation singulière qui ne ressemble en rien à celle que je m’attendais à découvrir. J’ai vraiment aimé la voir évoluer et je suis curieuse de la finalité, même si je ne peux m’empêcher d’en avoir une petite idée.
Vient ensuite Aspen qui m’a lui rapidement charmée, alors que les deux autres m’ont plus convaincue sur la durée. Il n’est pas extrêmement présent dans ce premier volet mais j’en attends beaucoup de lui dans les prochains. J’espère que l’auteure aura réalisé mon souhait.
Pour finir, il y a tous les personnages secondaires, notamment les autres candidates. Si comme beaucoup, je pense, j’ai détesté Celeste, je n’ai pas ressenti grand chose pour les autres. Le secret de Marlee m’intrigue mais sans que cela m’obsède. Le seul protagoniste qui m’interpelle réellement dans ce premier tome, c’est la Reine. Je suis curieuse de connaître son histoire !

Quoi qu’il en soit, Kiera Cass nous offre un certain nombre de personnages qui en séduiront plus d’un, et si je ne peux pas dire que j’y suis très attachée, je ne peux nier qu’ils ont réussi à me faire plonger dans leur histoire.

L’histoire, justement. Elle n’est pas incroyable mais elle reste originale et son côté moins brutal que les autres dystopies que je connais m’a totalement satisfaite. J’ignore si c’est la face luxueuse, l’ambiance, l’héroïne unique ou encore le thème qui m’a conquise, mais j’ai été vraiment happée par ce roman. Je l’ai dévoré en un rien de temps et je lui trouve un côté addictif. C’est un véritable page-turner. Ce conte des temps modernes dépeint subtilement une vérité intéressante qui est celle des relations entre femmes. Kiera Cass a fait un très bon portrait de certains comportements assez féminins (sans vouloir être sexiste) et j’ai bien apprécié ce point.

Sans pour autant avoir un style d’écriture incroyable, l’auteure a su trouver les mots justes et le bon rythme pour me captiver et m’empêcher de refermer le livre. J’ai été un brin perturbée par l’insertion d’une royauté dans des temps modernes car même si c’est parfaitement crédible je ne peux m’empêcher d’associer la royauté à une autre époque. J’ai donc été plusieurs fois perturbée par les éléments actuels qui ont été mentionnés dans le texte, tels que les avions ou les téléphones portables. Mais outre ce détail qui n’est pas réellement un point négatif, je n’ai absolument rien à reprocher au premier tome de ‘La sélection’. C’est un premier volet très prometteur et j’attends beaucoup de rebondissements pour la suite, avec la venue de nouveaux personnages peut-être. Je suis impatiente de me plonger dans le second volet, et en attendant qu’il arrive, je pense m’abstenir de commencer une nouvelle histoire afin de rester dans l’ambiance.

Même si je suis probablement une des rares personnes qui n’avaient pas encore lu ce livre, je me permets de le recommander car si vous accrochez autant que moi, vous passerez vraiment un excellent moment. Je ne regrette absolument pas de m’être enfin plongée dans cet univers.

barre

8
MARION
Note : ★★★★★ (4,5/5)

Comme beaucoup, j’ai été attirée en premier lieu par les couvertures et les tranches de cette série. Ne sont-elles pas juste magnifiques ?!
Il a cependant fallu qu’Erika se lance pour que je me décide à l’accompagner dans la lecture de cette trilogie à l’occasion de quelques jours de repos.

Et ma foi, je n’ai pas été déçue par les promesses du quatrième de couverture, tout y est exactement conforme, et ça se lit très facilement et sans déplaisir aucun. Le style est efficace et agréable, et même si quelques détails de traduction m’ont parfois fait un peu bizarre, ça reste fluide et entraînant. Au niveau de l’univers en lui-même, là encore quelques détails m’ont perturbée, notamment les téléphones portables, mais finalement pourquoi pas, ce n’est rien de bien méchant.

Nous suivons donc America qui, de par sa naissance ‘commune’ (en caste Cinq dans une société qui en compte huit), est plutôt impertinente et ne mâche pas ses mots, ce qui la rend immédiatement très sympathique. C’est une jeune fille déterminée et franche, qui sait ce qu’elle veut et ne le cache pas.
Nous découvrons ensuite Aspen, dont elle est très amoureuse, un beau jeune homme de caste inférieure, mais qui à mon grand regret n’est finalement pas très présent dans ce tome-ci – j’espère bien en découvrir plus à son sujet dans le tome suivant ! –, et le prince Maxon, qui bien qu’un peu coincé au début se révèle un personnage très intéressant et que j’ai énormément apprécié.
Nous faisons également connaissance avec quelques unes des différentes Sélectionnées, dont notamment Marlee, qui se lie rapidement d’amitié avec America, ainsi que Céleste, hautaine et sûre de son bon droit, que les lecteurs adorent détester et qui cache très bien son jeu pour parvenir à ses fins. Je trouve cependant que son personnage, quoi que parfaitement cernable et détestable, n’est pas tellement exploité dans ce premier tome, et j’avoue attendre beaucoup plus d’elle dans le second volet.
Finalement, à part ceux que je viens de citer, les autres personnages ne m’ont pas tellement marquée, sauf peut-être la Reine, elle-même issue d’une précédente Sélection, et dont l’histoire m’intrigue beaucoup.

Comme dans la plupart des dystopies, on retrouve une société qui a évolué en castes bien distinctes, et comme souvent, une héroïne issue d’une caste plus ou moins inférieure. On retrouve également l’Événement avec un grand ‘E’ qui va bouleverser la vie de notre héroïne, à la manière des Jeux de la Faim de ‘Hunger Games’ ou encore de la Cérémonie du Choix de ‘Divergente’.
Ce qui distingue cependant cette dystopie de celles que je viens de citer est l’absence de conséquences violentes qui auraient pu découler de cet événement, et le fait que ce premier tome se déroule finalement dans un huis clos assez chic. Tout se passe ici dans le cadre feutré et hyper luxueux d’un palais royal dans lequel les Sélectionnées sont confinées, et l’auteure préfère s’intéresser aux relations même entre ces jeunes filles et explorer les codes et les éventuelles vicissitudes des interactions féminines. L’univers n’est cependant pas exempt de violence puisque le palais fait régulièrement l’objet d’attaques d’opposants au régime, et je me doute que ces opposants vont bien finir par avoir un rôle quelconque à jouer dans les tomes à venir. Après tout, tout ne peux pas rester tout rose, n’est-ce pas ?

En quelques mots comme en cent, ce fut un premier tome très agréable à lire, qui met les choses en place tout en douceur et présente efficacement les protagonistes et le contexte de l’histoire. Bien que certains personnages soient à mon goût assez peu développés, je m’attends à en apprendre beaucoup plus dans le tome à venir, et c’est avec une grande impatience que je vais d’ailleurs m’y plonger !

⇢ ACHETER

Broché — Amazon (16,90€)
Ebook — Amazon, Fnac (12,99)

6 commentaires

  1. J’arrête pas de voir cette série partout dans les magasins et bien que le côté strass et paillettes ne m’attirent pas des masses, le côté dystopie m’intrigue et je suis curieuse de savoir de quoi il en retourne exactement.
    Avec vos deux avis, il se pourrait bien que je craque plus vite que prévu XD

    Reply
  2. Comme je l’ai dit à Erika, le début m’a énormément fait penser à Hunger Games aussi… Heureusement, au fil de ma lecture, j’étais tellement prise dans l’histoire que j’en ai oublié toutes les comparaisons possibles ^^
    L’histoire est prometteuse et la plume de l’auteure est fluide ! C’est un livre qui se lit vraiment tout seul, on ne voit pas le temps passé ^^

    Reply
    • C’est une saga qui a ses défauts mais qui a un côté terriblement addictif ! Je pense que si tu te laisses attraper au premier tome, tu n’en ressors pas après xD

      Reply

Laisser un commentaire