Éternels, tome 6 : Pour toujours d’Alyson Noel

★★★★☆ (4,25/5) — « Avec cette conclusion j’oublie totalement les nombreux défauts et les certaines longueurs que j’ai pu déceler dans cette saga. A coup sûr, je fais partie à présent des fidèles lecteurs d’Alyson Noel, et je me pencherai prochainement sur ses autres œuvres. »

ETERNELS_T6

⇢ FICHE TECHNIQUE

Titre : Éternels, tome 6 : Pour toujours
Auteur : Alyson Noel
Editeur : Michel Lafon
Genre : fantastique, jeunesse
Parution française : 22 mars 2012
Nombre de pages : 344

A voir aussi

+ en savoir plus sur Alyson Noel (site en anglais)
+ en savoir plus sur la saga Éternels
+ découvrir d’autres livres de chez Michel LAFON
+ chronique Éternels, tome 1 : Evermore
+ chronique Éternels, tome 2 : Lune bleue
+ chronique Éternels, tome 3 : Le pays des ombres
+ chronique Éternels, tome 4 : La flamme des ténèbres
+ chronique Éternels, tome 5 : Une étoile dans la nuit

⇢ QUATRIEME DE COUVERTURE

Ever et Damen ont passé des siècles à faire face à des rivaux amers, des amis jaloux et à affronter leurs pires craintes, tout cela dans l’espoir d’être ensemble pour toujours. Maintenant, dans Everlasting, leur destin est enfin à portée de main. Seront-ils unis ou déchirés à jamais ? Les lecteurs vont enfin découvrir la vérité dans cette conclusion très attendue !

⇢ AVIS

8
STEVEN
Note : ★★★★☆ (4,25/5)

C’est avec un certain empressement que je me suis plongé dans cet ultime volet. J’avais hâte de savoir comment Alyson Noel allait conclure sa saga.

Ce qui m’a le plus étonné lors de cette lecture est la direction inconnue prise pas l’auteure. Alors qu’elle nous avait habitués à une trop grosse prévisibilité des événements à venir, je ne voyais vraiment pas où elle cherchait à me transporter cette fois-ci. Elle reprend les ingrédients principaux de ses précédents écrits et nous les sert de manière beaucoup plus mystérieuse, à la limite du mystique. Cette aventure est bercée depuis le départ par la magie, mais ce tome en déborde exclusivement, ce qui le rend unique et lui permet de conclure la saga avec force et rédemption. Même si certains aspects de l’histoire qui nous est contée reste assez tirés par les cheveux et assez complexes, j’ai vraiment apprécié en apprendre encore plus sur l’origine de l’immortalité tant convoitée que critiquée dans cette oeuvre.
En effet nous suivons l’ultime voyage en l’Été éternel initié par la quête d’identité d’Ever et, indirectement de Damen, et en apprenons plus sur la première vie qui leur était destinée avant que leurs destins basculent dans de nombreux tourments. Par conséquence à la suite de cette quête et de ses nombreuses découvertes sur la véritable condition de vie des Éternels, Ever devra choisir entre l’immortalité de son âme ou celle de son corps. Ce terrible dilemme la retranchera dans le plus profond de son âme qui se révélera à nous à l’état pur.

Ainsi j’ai découvert un personnage totalement transformé et apaisé. Alors que je l’avais souvent trouvée immature et assez égoïste dans les précédents tomes, je la retrouve grandie, sage et surtout d’une maturité palpable. Cette transformation n’est pas anodine et suit le schéma orchestré par l’auteure. J’ai vraiment eu l’impression de la redécouvrir et même de la voir renaitre de ses cendres. Ce sentiment est pleinement exploité tout au long du récit, ce qui la rend extrêmement touchante et attachante. Elle s’est construite sur ses erreurs et compte bien en faire une force avant de se les pardonner. À l’image du lotus évoqué par Alyson Noel, j’utiliserais celle de la chenille qui se transforme sous nos yeux en ce qui concerne ce personnage.
Il est d’ailleurs principalement question de ce protagoniste dans ce tome, ce qui ne m’a pas déplu mais j’aurais aimé en découvrir encore davantage sur Jude et sa propre quête qu’il a parcourue en parallèle de celle d’Ever. Cependant l’auteure se rattrape en parvenant à moindre mots et de manière légitime à l’émanciper à son tour de son passé.
En faisant ressortir certains fantômes du passé, elle fait amende honorable à ses personnages et leur offre ainsi une seconde chance et promet de beaux jours à tous peu importe leurs formes, leurs passés ainsi que les choix qu’ils ont réalisés.

J’ai de nouveau apprécié retrouver la plume d’Alyson Noel qui, encore une fois, alterne avec justesse les moments remplis d’action et ceux débordants d’amour. Ce dernier tome se lit avec la même fluidité que ses prédécesseurs même si j’avoue avoir pris mon temps pour le lire, afin de dire au revoir à un monde des plus magiques et maléfiques que j’ai pu lire. Avec cette conclusion j’en oublie totalement les nombreux défauts et certaines longueurs que j’ai pu déceler dans cette saga. A coup sûr, je fais partie de ses fidèles lecteurs et je me pencherai prochainement dans ses autres œuvres en commençant par le spin-off de cette saga, ‘Radiance’, où celle-ci met en avant le personnage de Riley, la sœur d’Ever.

Je ne peux que conclure cette chronique par un immense merci à l’auteure de nous avoir ouvert les portes de l’Été éternel ainsi que celles des Pays des ombres qui ne sont pas sans nous rappeler nos propres notions d’enfer et de paradis qui dictent parfois et inconsciemment nos choix lors de notre propre traversé au sein de ce monde qui, lui, semble éternel.

⇢ ACHETER

Broché — Fnac, Amazon (16,20€)
Poche — Fnac, Amazon (7€)

2 commentaires

    • Je ne peux que te le conseiller. Il conclu de manière très belle cette saga totalement addictive.
      Dans l’ensemble cette saga m’a vraiment plu excepté un tome.

      Reply

Répondre à Fifty Shades Darker Annuler la réponse.