Not that kind of Girl de Lena Dunham

Not_that_kind_of_Girl_une

★★★☆☆ (2,5/5) — « J’ai acheté ce livre car sa 4ème de couverture promettait tout ce que j’aime dans un roman pour filles : plans drague foireux, accidents sexuels, bannir à jamais le mot régime de notre vocabulaire ! Je tiens à dire que le résumé ne ment pas, car c’est exactement ce que Lena Dunham nous sert dans son livre MAIS j’ai cependant été déçue par ma lecture. »

Not_that_kind_of_Girl_cover

(…)La parution de ‘Not that Kind of Girl’, son premier livre, est un évènement mondial.

⇢ FICHE TECHNIQUE

Titre original : Not that kind of Girl : a young woman tells you what she’s ‘learned’
Titre : Not that kind of Girl : antiguide à l’usage des filles d’aujourd’hui
Auteur : Lena Dunham
Editeur : Belfond
Genre : biographie, chick-lit, littérature étrangère
Parution : octobre 2014
Nombre de pages : 318

A voir aussi
+ en savoir plus sur Lena Dunham (site en anglais)
+ découvrir d’autres livres de Belfond

⇢ QUATRIEME DE COUVERTURE

Un événement ! Le premier livre de Lena Dunham, la géniale créatrice de la série Girls. Une sorte de guide de survie à l’usage des filles/femmes d’aujourd’hui, désopilant, profond, engagé, porté par la voix de celle que les médias surnomment « la fille de Woody Allen et Susan Sontag ».

On peut n’avoir même pas trente ans, avoir créé une série culte, avoir déjà été qualifiée pêle-mêle de « voix d’une génération » et de « fille naturelle de Susan Sontag et de Woody Allen », figurer dans la liste du Times des 100 personnes les plus influentes du monde, avoir vu Joyce Carol Oates chanter vos louanges, avoir décroché un contrat faramineux avec une des plus grandes maisons d’édition américaines, et pourtant être percluse de tocs, de complexes et d’angoisses existentielles.

⇢ AVIS

8
NADEGE
★★★☆☆ (2,5/5)

J’ai lu ce livre dans le cadre du challenge ‘Un genre par mois’, dans lequel le mois de février est consacré à la chick-lit, à l’érotisme et à la romance.

On est dans la pure chick-lit, avec un témoignage très féministe de Lena Dunham, créatrice de la série « Girls » – pour ceux qui connaissent, ce qui n’est pas mon cas. J’ai acheté ce livre car sa 4ème de couverture promettait tout ce que j’aime dans un roman pour filles : plans drague foireux, accidents sexuels, bannir à jamais le mot régime de notre vocabulaire ! Je tiens à dire que le résumé ne ment pas, car c’est exactement ce que Lena Dunham nous sert dans son livre MAIS j’ai cependant été déçue par ma lecture. Voici pourquoi…

L’ouvrage est divisé en 5 parties : l’amour et le sexe, le corps, l’amitié, le travail et le grand tout. C’est une présentation que j’ai appréciée. Chaque sujet est abordé en lui-même, avec son lot d’anecdotes. Cependant, dans chacune des sections, la chronologie des évènements est absente. Lena parle d’une chose, puis une autre pour ensuite revenir à la première tout de go. Je me suis perdue à plusieurs reprises dans ma lecture, ce qui m’en a fait décrocher directement à chaque fois, ce qui est assez désagréable pour moi.

Ensuite, l’ouvrage était beaucoup trop axé sur le sexe pour moi. Je suis loin d’être prude, mais je ne compte plus le nombre de fois où elle mentionne les termes ‘ziquer’ et ‘fouffe’. Un peu, j’admets, vu qu’elle nous parle de ses accidents sexuels et autres expériences, mais trop c’est trop, surtout si c’est pour, en plus, tourner en rond tout du long. C’est surtout cet aspect-ci que j’ai retenu de l’ouvrage, alors qu’elle en a abordé plein d’autres. C’est dommage…

Cependant, l’ouvrage a quelques points positifs tout de même. Pour en revenir à la présentation, j’ai également beaucoup apprécié les classements divers qu’elle fait : 18 de mes tirades improbables en mode aguicheur, 15 enseignements prodigués par ma mère, dont je retiens : « Le respect ne s’obtient pas par l’intimidation ou la tyrannie intellectuelle. C’est quelque chose qui se construit tout au long de la vie en traitant les gens comme on aimerait être traité et en gardant ce cap. » / « Garde tes amis au chaud. Achète un truc sympa à tes ennemis. » Et j’en passe. Ce sont les seuls éléments qui m’ont fait sourire durant ma lecture.

Le chapitre sur sa sœur m’a également beaucoup plu. C’est le seul où j’ai vraiment ressenti de la sincérité dans ses propos. Il n’était pas question de parler pour juste parler, comme j’en ai eu l’impression pour le reste. J’ai vraiment ressenti l’amour qu’elle porte à sa sœur, et j’y ai été sensible, étant également très proche de la mienne.

Les petites illustrations qui peuplent les pages sont très sympathiques également. Cela égaie l’ensemble et c’est agréable en lisant je trouve.

En conclusion, ma critique est très brève mais j’ai très peu de choses à dire sur cette lecture. Je l’ai appréciée, mais sans plus, d’où ma note en plus des deux gros points négatifs que j’ai mentionnés.
De plus, je m’attendais à sourire, voir à rire durant ma lecture comme cela m’arrive souvent avec ce genre de livre d’ordinaire. Cela n’a pas du tout été le cas ici, ce qui en ajoute à ma déception. Je reconnais que la lecture était facile, la plume de Lena est simple. Mais je n’y ai pas pris spécialement de plaisir et je ne me suis pas passionnée pour l’histoire. Le talent de Lena Duhnam peut-être reconnu par les plus grands – ce que je ne remets aucunement en doute – mais sa vie est pour moi loin d’être intéressante au point d’en faire un livre.

⇢ ACHETER

Broché — Amazon (20€), Fnac (22,70€)
Poche — Amazon (7,30€), Fnac (8,50€)

1 commentaires

Laisser un commentaire