★★★☆☆ (3/5) — « C’est un livre très bien écrit et puissant émotionnellement parlant. Je n’ai cependant pas vraiment aimé cette lecture qui a été très difficile et m’a fait trop souffrir pour que je puisse l’apprécier réellement. »

David-Nicholls_Un-jour

« Un petit bijou d’humour narquois, une comédie chaplinesque où les coeurs battent à retardement, sous la bourrasque des désillusions. » — André Clavel (L’Express)

⇢ FICHE TECHNIQUE

Titre original : One Day
Titre français : Un jour
Auteur : David Nicholls
Editeur : 10/18
Genre : littérature étrangère, roman
Parution originale : 17 décembre 2008
Parution française : 02 février 2012 (première parution par Belfond le 03 février 2011)
Nombre de pages : 624

A voir aussi
+ en savoir plus sur David Nicholls (site en anglais)
+ découvrir d’autres livres de chez 10/18 et Belfond

⇢ QUATRIEME DE COUVERTURE

15 juillet 1988. Emma et Dexter se rencontrent pour la première fois. Tout les oppose, pourtant ce jour marque le début d’une relation hors du commun. Pendant vingt ans, chaque année, ils vont se croiser, se séparer et s’attendre, dans les remous étourdissants de leur existence. Un conte des temps modernes où la splendeur d’aimer a fait chavirer le monde entier.

⇢ AVIS

8
ERIKA
Note : ★★★☆☆ (3/5)

Une amie m’a offert ce livre il y a deux ou trois ans, pour mon anniversaire, et si j’avais directement aimé la couverture et le résumé, je n’ai pourtant pas pris le temps de le lire avant aujourd’hui. Lorsque j’ai récemment décidé de m’y plonger, j’ai lu des avis partagés et je me demandais si j’allais aimer ou non. Au final je suis moi-même très partagée par cette lecture qui m’a bouleversée.

L’histoire est assez simple, Emma et Dexter se rencontrent et une attirance mutuelle plane entre eux. Ils partiront cependant chacun de leur côté pour faire leur vie, et resteront des meilleurs amis qui se croisent environ une fois par an. A chaque rencontre, ils réalisent qu’ils s’adorent, qu’ils ont besoin l’un de l’autre, et la très fine ligne entre l’amitié et l’amour semble parfois prête à être franchie. Mais finalement non. Les années passent, les deux changent, et s’il est simple de passer de l’amitié à l’amour, ça l’est tout autant pour aller vers de la haine ou du mépris. La relation d’Em et Dex, comme ils aiment s’appeler, subira de nombreux tumultes.

J’ai beaucoup aimé cette relation. J’ai commencé à vraiment apprécier ces personnages quand Emma reprend Dexter, le gronde, lui apprend la vie, et qu’il s’excuse simplement, il l’écoute. On le sent différent avec elle et ça contraste avec le côté mauvais garçon que je lui trouve. Ils ont une relation mi-amicale mi-amoureuse vraiment pleine d’humour sur un fond de sensibilité plutôt perceptible. Sur ce point, l’histoire m’a fait penser au film ‘Love, Rosie’ (adaptation du livre ‘La vie est un arc-en-ciel’ de Cecelia Ahern), mais uniquement sur ce point…

A l’inverse de ce film, une ambiance extrêmement pesante englobe ce livre et plus les pages ont défilé, plus je me suis sentie oppressée. Dans cette histoire, Emma se pose énormément de questions sur sa vie et ses choix, tandis que Dexter semble détruire la sienne. Le lecteur les regarde donc, avec tristesse, et peut-être même pitié, avancer à reculons, vieillir et se dire que leur vie n’est pas ce qu’ils attendaient, et enfin, réaliser qu’ils ne sont pas heureux. Je n’ai pas pu m’empêcher de penser qu’ils avaient perdu du temps et aujourd’hui que j’avance moi-même vers la trentaine, je n’ai pu faire autrement que de m’identifier à ces personnages, surtout à Emma en fait, et de m’inquiéter moi-même de mon avenir, tout remettre en question.
L’auteur a donc parfaitement réussi à me faire ressentir le mélange d’émotions de ses protagonistes. Je n’avais cependant pas spécialement envie de vivre ce type de sentiments, et je me suis sentie plus mal qu’autre chose. Non pas parce que je doute de ma propre existence, mais simplement car je suis triste d’imaginer qu’il y a sûrement des Em et des Dexter dans le monde, des gens qui n’ont pas connu la réelle signification du mot ‘bonheur’.

L’histoire est assez simple et tourne un peu en rond. La seule chose qui m’a maintenue en haleine c’était l’espoir de les voir finir ensemble, l’envie d’une fin heureuse. J’avais en fait besoin d’espoir, besoin de lire qu’il était possible d’être heureux. C’était mon véritable désir, et j’attendais pour ça. Sauf que vers la fin j’ai commencé à être fatiguée d’attendre et j’avais l’impression d’aller de déception en déception. La fin d’ailleurs a été presque insupportable pour moi et j’ai failli fermer le livre à une cinquantaine de pages de la ligne d’arrivée.

D’une certaine façon j’ai apprécié l’aspect nostalgique que j’ai parfois ressenti et le parallèle avec ma propre situation, j’ai aussi plutôt aimé les protagonistes, notamment Emma, et le livre est d’excellente qualité selon moi. Mais le sentiment global de ma lecture a été trop pesant et m’a fait souffrir d’une mauvaise manière. Je n’ai rien contre les flots de larmes quand je lis un livre, mais là je n’ai pas pleuré, j’ai juste souffert, sans les larmes. C’était une sorte de peine qui pèse sur mon coeur et donc je ne parviens pas à me libérer. Ce n’est pas le type d’émotion que je recherche dans une lecture et même si je pense qu’elle plaira à beaucoup – et je le comprends – elle n’est pas faite pour moi. Je préfère les livres qui donnent de l’espoir, parce qu’on en a besoin pour avancer dans la vie. Ce genre de lecture me tire vers le bas et je n’apprécie pas.

En conclusion, c’est un livre très bien écrit, puissant émotionnellement parlant, avec des personnages réalistes qui rendent le récit parfaitement crédible, et je comprends totalement le succès du livre, comme du film (que je tenterai sûrement de voir prochainement). Je n’ai cependant pas vraiment aimé cette lecture qui a été très difficile, a fait remonter de vieux démons en moi et m’a fait trop souffrir pour que je puisse l’apprécier réellement. Un ouvrage qui n’est donc pas pour moi, mais qui n’est pas à jeter pour autant !

⇢ ACHETER

Broché — Fnac, Amazon (22,30€)
Poche — Fnac, Amazon (9,60€)