Hell de Lolita Pille

★★☆☆☆ (2/5) — « Ce livre n’est pas mauvais, j’ai bien peu à lui reprocher en terme de qualité, mais il ne me correspond pas et je n’y ai pas été plus sensible que ça. En quelques mots, il m’a laissée indifférente, et pourtant j’aurais pu aisément me retrouver en Hell. »

002

« Si les riches ne sont pas heureux, c’est que le bonheur n’existe pas. »

⇢ FICHE TECHNIQUE

Titre : Hell
Auteur : Lolita Pille
Editeur : Le Livre de Poche
Genre : littérature française, roman
Parution : 07 janvier 2004 (première parution par Grasset le 18 juillet 2003)
Nombre de pages : 155

A voir aussi
+ en savoir plus sur Lolita Pille
+ découvrir d’autres livres de chez Le Livre de Poche et Grasset

⇢ QUATRIEME DE COUVERTURE

« Je suis une pétasse. Je suis un pur produit de la Think Pink génération, mon credo: sois belle et consomme. » Hell a dix-huit ans, vit à Paris Ouest, se défonce à la coke, est griffée de la tête aux pieds, ne fréquente que des filles et des fils de, dépense chaque semaine l’équivalent de votre revenu mensuel, fait l’amour comme vous faites vos courses. Sans oublier l’essentiel: elle vous méprise profondément…
Jusqu’au soir où elle tombe amoureuse d’Andréa, son double masculin, séducteur comme elle, et comme elle désabusé.
Ensemble, coupés dum onde, dans un corps à corps passionnel, ils s’affranchissent du malaise qu’ils partagent. Mais les démons sont toujours là, qui veillent dans la nuit blanche de ces chasseurs du plaisir.
Entre romantisme et cynisme, voici les débuts d’un « adorable monstre » de dix-neuf ans.

⇢ AVIS

8
ERIKA
Note : ★★☆☆☆ (2/5)

Voici un livre que j’ai pioché dans ma PAL et que j’ai choisi parce qu’il était court. Heureusement, parce que je n’aurais pas pu le finir autrement. Non pas qu’il soit mauvais, j’ai bien peu à lui reprocher en terme de qualité, mais il ne me correspond pas et je n’y ai pas été plus sensible que ça. En quelques mots, il m’a laissée indifférente, et pourtant j’aurais pu aisément me retrouver en Hell.

Hell c’est une jeune femme qui s’appelle Elle, mais qui préfère s’inspirer de l’enfer pour se renommer, parce que c’est une rebelle, elle déteste le monde entier, elle pisse sur les lois et crache sur les pauvres. Et le pire dans tout ça, c’est qu’elle n’est pas la seule. Elle a un double masculin et il s’appelle Andrea. Au final ils se sont bien trouvés, mais les choses ne se passeront pas forcément comme ils le voudront et d’une certaine manière, c’est un juste retour des choses.

On sent à mon résumé tous le dégoût que provoque l’héroïne en moi. Pourtant, comme je l’ai dit plus haut, je me suis retrouvée dans la plupart des ses actes désespérés, dans son dégoût des autres et dans sa haine du monde entier. Je peux parfaitement comprendre cet état d’esprit et je ne suis pas loin de l’époque où je me mettais à l’envers pour oublier que j’étais misérable, jusqu’à ce que les effets retombent et que je me sente encore plus pitoyable, alors c’était reparti pour un tour… Bref, la décadence et l’auto-destruction ça me connaît et je n’ai aucun mal à en parler puisqu’il s’agit d’une époque de ma vie qui est révolue. Mais ici l’auteure a oublié de décrire quelque chose d’important, l’humanité de son personnage. Si j’ai réussi à la trouver en Andrea, je ne l’ai pas bien perçue en Hell, et c’est ce qui m’a dérangée. C’est une gamine méprisable et aussi flagrant soit son mal-être, je ne parviens pas à compatir parce que je ne trouve rien de bon en elle qui mériterait ma compassion. Même si elle dit être lucide (ce qui la rendrait sûrement plus humaine à mon sens) elle ne l’est pas, à la différence de son double masculin.

« Je n’aime personne et je ne fous rien, je ne veux pas tenter de me distraire, ou de m’occulter la vérité, la vie est une saloperie, et chaque seconde de lucidité est un supplice. »

« Je suis un artiste, et mon oeuvre, c’est Moi. »

Si Hell est une connasse, comme elle le dit elle-meme, Andrea est un vrai con. Mais j’ai réussi, en un chapitre où la narration lui est offerte, à lui trouver des côtés attachants, une part d’humanité qui a su me séduire et m’a permis de lui pardonner. C’est ce que je n’ai pas trouvée en Hell, et qui m’a très probablement empêchée d’avoir de la compassion pour elle, en dépit de sa souffrance presque palpable. Cela n’aurait pas été un problème si l’histoire n’était pas entièrement racontée par ses soins, à l’exception d’un chapitre.

Aussi, les stéréotypes présents concernant les personnes de classe moyenne sont assez décevants car trop cliché. On pardonnera cependant à Lolita Pille cet écart, car elle n’avait que dix-neuf ans lorsqu’elle a écrit ce récit, et si son personnage lui ressemble, ne serait-ce qu’un peu, on peut comprendre que sa rage ait pris le dessus sur la réalité. Il y a néanmoins bien trop de sentiments négatifs dans le roman pour que je puisse m’y retrouver. Je n’ai rien contre la souffrance émotionnelle, décrite sous n’importe quelle forme, mais lorsqu’elle n’a aucun sens, comme c’est le cas ici, pour moi, je ne parviens pas à apprécier.

Cependant, le livre n’est pas totalement déplaisant. La plume de l’auteure est unique et me donne envie de lire d’autres de ses écrits. Et si moi je n’ai pas été sensible à l’histoire, je dois lui reconnaître du charme, et je suis convaincue qu’elle a plu à un très large public. Je pense sincèrement que tout est une question de sensibilité. Et certains voient probablement quelque chose d’incroyable dans ces lignes, je peux le concevoir tant l’honnêteté de l’auteur est rare et unique. En conclusion, même si l’histoire est courte et se lit aisément, elle n’était pas pour moi. Je vais quand même me laisser tenter par le film, juste par curiosité !

⇢ ACHETER

Broché — Fnac, Amazon (15,30€)
Poche — Fnac, Amazon (5,10€)

6 commentaires

  1. Je n’ai pas lu le livre mais j’ai vu le film et il ne m’avait pas plu. Je n’ai pas compris le message que le réalisateur souhaitait faire passer (si message il y avait…) et j’avais accroché ni aux personnages ni à leurs histoires =/
    Je ne sais pas à quel point le film est fidèle au bouquin mais je retrouve le même ressenti dans ta critique du livre donc je ne pense pas que je vais l’apprécier ^^;)

    Reply
    • J’allais te dire la même chose, que je ne sais pas si le film est fidèle au livre mais qu’en te lisant je retrouve ma pensée après ma lecture… Du coup je vais regarder le film juste par curiosité, avec un peu de chance je trouverai un peu d’humanité dans Hell cette fois, mais je ne m’attends pas à apprécier plus que le roman. Et je te déconseille effectivement le livre pour le coup xD

      Reply

Répondre à Pauline Annuler la réponse.