L’enfant de Noé d’Eric-Emmanuel Schmitt

★★★★★ (5/5) — « Ce roman a été une magnifique découverte livresque. L’histoire m’a beaucoup touchée, par son sujet mais également par ses personnages. Le style de l’auteur est également très agréable à lire et sa plume m’a beaucoup plu. Je vous le conseille de tout coeur. »

L_enfant_de_noe_cover

« Il (‘L’enfant de Noé) est plein de questions que pose chaque instant d’une vie terrestre. Tout est drôle, tout est triste. L’innocence est un don du ciel, l’expérience aussi. » – Patrick Besson (‘Marianne’)

⇢ FICHE TECHNIQUE

Titre : L’enfant de Noé
Auteur : Eric-Emmanuel Schmitt
Editeur : Le Livre de Poche
Genre : historique, littérature belge, littérature contemporaine
Parution : 30 janvier 2008 (première parution par Albin Michel le 14 avril 2004)
Nombre de pages : 120
Distinction : sélection 2008 du Prix des Lecteurs

‘L’enfant de Noé’ est le quatrième volet du Cycle de l’invisible.

A voir aussi
+ en savoir plus sur Eric-Emmanuel Schmitt
+ suivre Eric-Emmanuel Schmitt sur Facebook
+ découvrir d’autres livres de chez Le Livre de Poche

⇢ QUATRIEME DE COUVERTURE

« – Nous allons conclure un marché, veux-tu ? Toi, Joseph, tu feras semblant d’être chrétien, et moi je ferai semblant d’être juif. Ce sera notre secret, le plus grand des secrets. Toi et moi pourrions mourir de trahir ce secret. Juré ?
– Juré. »
1942. Joseph a sept ans. Séparé de sa famille, il est recueilli par le père Pons, un homme simple et juste, qui ne se contente pas de sauver des vies.
Mais que tente-t-il de préserver, tel Noé, dans ce monde menacé par un déluge de violence ?
Un court et bouleversant roman dans la lignée de Monsieur Ibrahim… et d’Oscar et la dame rose qui ont fait d’Eric-Emmanuel Schmitt l’un des romanciers français les plus lus dans le monde.

⇢ AVIS

8
NADEGE
★★★★★ (5/5)

J’ai un peu honte de dire que cela faisait très longtemps que ce roman était dans ma PAL. Une nouvelle fois, je l’avais trouvé en brocante il y a bien 2-3 ans maintenant. C’est le thème de la Seconde Guerre mondiale qui m’a attirée au départ. Mais Eric-Emmanuel Schmitt n’est pas un auteur qui m’est inconnu et j’avais un bon souvenir de ma lecture d’ ‘Oscar et la Dame Rose’ que j’avais lu durant mon adolescence. Je partais donc assez confiante avec cette lecture et celle-ci s’est révélée encore plus douce que je ne le pensais.

Dans ‘L’enfant de Noé’, l’auteur nous raconte l’histoire de Joseph, un enfant vivant à Schaerbeek en Belgique avec ses parents. C’est la période de l’occupation. Les juifs n’ont pas encore été ennuyés par les nazis, jusqu’au jour où nous faisons la connaissance du petit garçon. Nous assistons alors à la séparation de Joseph et ses parents, qui l’ont confié à un couple qu’ils connaissaient. Ensuite, son départ avec le père Pons – celui qui aurait créé la pierre ponce pour Joseph – vers la Villa Jaune, une école couplée à un internat qui recueille notamment les enfants juifs. Tandis que la journée Joseph assiste aux cours de catéchisme et aux messes, le soir il apprend la Tora avec le père Pons. Car s’ils venaient à tous disparaître, il serait le seul à pouvoir transmettre la parole des juifs.

C’est un roman très court (à peine 120 pages), je l’ai donc lu – voire dévoré – en une seule journée. Il se lit également très facilement, en raison de la plume simple et fluide de l’auteur, qui est très agréable à lire. J’ai eu l’impression qu’il se mettait ‘au niveau’ de l’enfant qu’est Joseph. Il m’a semblé l’entendre lui et non l’auteur qui se cache derrière la plume.

Ensuite, le thème de la Seconde Guerre mondiale me passionne beaucoup et la manière dont l’auteur l’a abordé, par la voix de la résistance, des clandestins, m’a beaucoup plu, car ce récit était alors éclatant de vérité pour moi. Nous assistons à la guerre à travers le regard de Joseph, des yeux innocents d’enfant et c’est ce qui fait également le charme de ce roman.

A côté de l’aspect historique, l’aspect religieux est également bien abordé. On peut même penser qu’il est le sujet central de l’histoire. Tout d’abord avec Joseph, qui doit cacher qu’il est juif et se faire passer pour un parfait chrétien. Ensuite avec sa découverte de son identité de juif et ce que celle-ci implique, grâce au père Pons. Et finalement, au travers du grand questionnement de Joseph sur lui-même, sur son appartenance à la religion chrétienne ou à la religion juive.
Sur ce point, j’ai appris énormément de chose en lisant ce roman et j’ai alors senti qu’il y avait une véritable recherche ou une vraie démarche de partage de ses connaissances par l’auteur.

En ce qui concerne les personnages, nous côtoyons principalement Joseph et le père Pons. Leur relation m’a beaucoup touchée, car le père se révèle être un vrai modèle pour le petit garçon. Leur secret autour de leur apprentissage de la religion juive les rapproche énormément et crée un véritable lien entre eux. Il leur permet également de passer au dessus du statut de sauveur et de sauvé.
Nous faisons aussi la connaissance de Rudy, qui est le meilleur ami de Joseph au sein de la Villa Jaune. C’est également un juif caché par le père. Il y a ensuite le couple Sully qui a recueilli le petit garçon avant son départ pour la Villa Jaune. Et enfin, il y a les parents de Joseph. Un véritable moment d’émotion nous est livré en ce qui les concerne. Mais je vous laisse le découvrir en lisant le roman !

Ce roman a été une magnifique découverte livresque. L’histoire m’a beaucoup touchée, par son sujet mais également par ses personnages. Le style de l’auteur est également très agréable à lire et sa plume m’a beaucoup plu. Je vous le conseille de tout coeur.

⇢ ACHETER

Broché — Amazon (15,20€), Fnac (17,05€)
Poche — Amazon (5,10€), Fnac (5,70€)

3 commentaires

Répondre à Nadège Annuler la réponse.