L’ordre rouge, tome 1 : Extra lucide de E.S. Carter

★★★★★ (4,8/5) — « Ce roman m’a réconciliée avec le dark erotica tant il est bien travaillé. Ce n’est toujours pas mon genre littéraire préféré mais si on me propose d’autres livres de cette qualité, je dis oui ! C’est un excellent ouvrage, addictif et captivant. »

ebook-feyness

⇢ FICHE TECHNIQUE

Titre original : Red Order, tome 1 : Feyness
Titre français : L’ordre rouge, tome 1 : Extra lucide
Auteur : E.S Carter
Editeur : Juno Publishing
Genre : littérature étrangère, dark erotica
Parution originale : 12 août 2016
Parution française : 07 septembre 2017
Nombre de pages : 256

A voir aussi
+ en savoir plus sur E.S. Carter (site en anglais)
+ découvrir d’autres livres de chez Juno Publishing

Note : Cette chronique a été réalisée à partir de la version anglaise.

⇢ QUATRIEME DE COUVERTURE

Je ne vois pas les morts.
Je vous vois, vous.
Je vois toutes vos incarnations.
Je vois l’histoire de votre âme.

Je peux voir votre aura trempée dans le sang de vos vies antérieures.
La plupart des gens sont intrinsèquement bons ou mauvais.
Certains flottent entre l’obscurité et la lumière.
Peu de gens peuvent changer le tissu de leur essence ; c’est un combat que la plupart sont trop faibles pour gagner.

Il était autrefois l’obscurité.
Un mal si pur que son âme est noire et pourtant je suis attirée par lui comme un papillon vers une flamme.

Quelques fois, j’ai l’impression de me noyer, les vagues de mes sentiments me volant l’air de mes poumons.
D’autres fois, je ne ressens rien du tout.
Je suis incertaine, ce qui est pire; haletante pour trouver l’air ou mourir de cette soif.

⇢ AVIS

8
ERIKA
Note : ★★★★★ (4,8/5)

Marion m’a offert ce livre à Noël et je ne saurais assez l’en remercier. J’avais été attirée par la belle couverture et par le résumé qui était très intriguant mais j’ignorais qu’il s’agissait de dark erotica. J’ai toujours eu du mal avec ce genre littéraire, à l’exception de la série ‘Indebted‘ qui avait été un énorme coup de coeur.
Je déteste qu’on minimise le syndrome de Stockholm ou qu’on fasse paraître normal de kidnapper quelqu’un pour en faire un objet sexuel (pire encore, qu’on appelle ça du BDSM en oubliant que cette pratique est consentie). J’ai été déçue par plusieurs auteurs qui se sont aventurés dans le dark erotica et ont eu le malheur de mal l’exploiter et de là est née en moi une aversion pour ce genre littéraire. Fort heureusement, ‘Feyness’ a changé la donne !

Dans cette histoire bien cruelle, Faye est offerte par son père à Cole. Elle passe d’un monstre à un autre, toujours captive d’hommes détestables. La jeune femme a perdu sa mère dans un accident qui lui a aussi coûté le bleu d’un de ses yeux et lui a offert une sorte de don de voyance. Elle ne perçoit pas l’avenir, elle voit des souvenirs au contact des gens et des couleurs dans leur aura. Ce don arrivé tragiquement lui donne néanmoins un avantage et il lui permettra de mieux comprendre son mari. Car contrairement à ce qu’on pourrait croire, Cole n’est pas que ténèbres, il a sa part de lumière. L’inverse est aussi vrai pour Faye qui se réjouira d’apprendre que son mari a décidé de tuer son père. Une finalité qui n’est pas pour lui déplaire.

Si le livre manque un peu d’action, je dois avouer que cela ne m’a pas empêchée de le dévorer. Je voulais tellement continuer l’aventure avec ces personnages fascinants et connaître le dénouement final, que j’en venais à lire dans le noir à l’aide de mon téléphone portable, à défaut de pouvoir allumer la lumière. J’ai été happée par ce récit et je l’ai trouvé vraiment intéressant. E.S. Carter a su exploiter la psychologie humaine avec habilité et m’a rendue totalement accro.

J’ai beaucoup aimé les personnages principaux mais j’ai aussi adoré Luke et Grim qui ont des personnalités vraiment bien travaillées. La noirceur de leur âme et la manière détachée dont ils se comportent m’ont captivée et je ne dirais pas non à plus de lignes sur eux. L’auteure nous offre un chapitre pour chaque mais cela ne m’a pas rassasiée.

‘Feyness’ prouve qu’il est possible d’aborder des thèmes très sombres sans pour autant donner l’impression que les actes sont naturels et justifiés. J’avais du mal avec ce type de lecture à cause des auteurs qui rendaient un crime presque normal, mais quand le sujet est traité comme ici, en montrant bien que ce n’est pas anodin et qu’il y a tout un jeu derrière la psychologie des personnages, là j’apprécie.

Quoi qu’il en soit, ce roman m’a réconciliée avec le dark erotica tant il est bien travaillé. Ce n’est toujours pas mon genre littéraire préféré mais si on me propose d’autres livres de cette qualité, je dis oui ! C’est un excellent ouvrage, addictif et captivant.

⇢ ACHETER

Broché (anglais) — Amazon (11,07€)
Ebook — Amazon (4,49€)

2 commentaires

  1. Je ne connaissais pas du tout le dark erotica, tu viens de me faire découvrir quelque chose ! Et en plus tu m’as rendue curieuse avec ce bouquin… C’est mal de tenter les pauvres âmes tu sais ? xD

    Reply
    • C’est un style dont il faut se méfier, selon moi, parce que les auteurs peuvent vite faire n’importe quoi avec xD Mais si tu tombes sur le bon livre je pense que tu peux aimer ** Y’a un travail sur la psychologie des personnages qui est plutôt sympa ! Après, je ne sais pas si c’est un genre littéraire très courant en France mais je suppose que ça existe. Personnellement je n’en ai lu qu’en anglais mais si tu lis dans cette langue, aucun soucis.

      Reply

Répondre à ocelitaussi Annuler la réponse.