Le Voleur de Morts de Tess Gerritsen

Le_voleur_de_mort_une

★★★★★ (4,5/5) — « Je suis une passionnée d’histoire et si un auteur parvient à intégrer cette dimension à son récit, il fait mon bonheur ! C’est le cas de Tess Gerritsen avec ce roman. J’ai apprécié découvrir les premiers pas de la médecine, et surtout de la dissection sur des corps humains. »

Le_voleur_de_mort_cover_poche

« Soigner, c’est laisser son empreinte sur l’avenir. » — Oliver Wendell Holmes

⇢ FICHE TECHNIQUE

Titre original : The Bone Garden
Titre français : Le Voleur de Morts
Auteur : Tess Gerritsen
Editeur : Pocket
Genre : littérature étrangère, thriller
Parution originale : 18 septembre 2007
Parution française : 13 février 2014 (première parution par les Presses de la Cité le 8 novembre 2012)
Nombre de pages : 480

A voir aussi
+ en savoir plus sur Tess Gerritsen (site en anglais)
+ découvrir d’autres livres de chez Pocket

⇢ QUATRIEME DE COUVERTURE

Boston, 1830. La jeune Rose rencontre Norris, futur médecin. D’origine modeste, ce dernier vole des cadavres dans les cimetières, et les revend au marché noir afin de financer ses études. Quand une vague de meurtres sanglants secoue la ville, c’est sur lui que se portent tous les soupçons. De son côté, Rose comprend qu’elle est suivie et menacée…
De nos jours, dans le Massachusetts. Julia déterre un cadavre dans son jardin : le squelette d’une femme, assassinée il y a plus d’un siècle et dont elle va chercher à découvrir l’identité. Son enquête la mènera sur les traces d’un sinistre ancêtre de Jack l’Éventreur : le ‘Faucheur’.

⇢ AVIS

8
NADEGE
★★★★★ (4,5/5)

L’auteure Tess Gerritsen m’est bien connue car je suis une grande fan de la série télévisée ‘Rizzoli & Isles’, qui est inspirée de ses romans mettant en scène ces deux personnages. Et j’ai, de plus, lu il y a plusieurs mois, ‘Mauvais Sang’, qui vient juste avant celui-ci dans sa bibliographie. Je partais donc assez confiante, même si concrètement, je n’avais lu qu’un seul de ses romans jusqu’à maintenant. La 4ème de couverture était cependant pour moi, pleine de promesses. Et je n’ai donc pas été déçue, bien au contraire…

‘Le Voleur de Morts’ nous plonge dans un parallèle entre le présent et la période de 1830, où la médecine fait ses premiers pas. Les écoles formant les futurs médecins fleurissent dans les grandes villes. On fait alors la connaissance de Norris Marshall, un jeune homme ayant peu de moyens, mais un très grand intérêt pour cette discipline. Et surtout un talent inné pour celle-ci, ce qui lui vaut une certaine admiration de la part de ses professeurs. Mais une ombre va très vite planer au-dessus de lui, lorsque le ‘Faucheur de West end’ fait ses premières victimes. Norris se trouve malencontreusement sur les lieux des meurtres lorsque les corps sont découverts. Il devient très vite le suspect idéal.
Dans le présent, nous faisons la connaissance de Julia Hamill. Fraîchement divorcée, elle vient d’acheter une nouvelle maison où un corps est découvert, profondément enfoui dans le jardin de la propriété. Une macabre découverte qui la poussera à découvrir la vérité. Celle-ci lui sera fournie par Henry Page, le frère de la précédente propriétaire. A eux deux, ils remueront les fantômes du passé et découvriront ce qu’il s’est passé à cette fameuse époque de 1830.

Comme je l’ai déjà dit dans d’autres critiques de romans historiques, j’adore ce genre littéraire. Je suis une passionnée d’histoire et si un auteur parvient à intégrer cette dimension à son récit, il fait mon bonheur ! C’est le cas de Tess Gerritsen avec ce roman. J’ai apprécié découvrir les premiers pas de la médecine, et surtout de la dissection sur des corps humains. C’était vraiment intéressant mais également surprenant de voir comment les médecins de l’époque pratiquaient. Un élément m’a d’ailleurs ‘choquée’ lors de ma lecture de ces pratiques, qui est l’absence d’hygiène chez les médecins eux-mêmes. Ainsi, ils ne se lavaient jamais les mains entre chaque visite de patient. Dans le service des femmes en couche, comme on le disait à l’époque et que l’on suit ici, le médecin passe de patiente en patiente, les auscultant (je vous laisse supposer jusqu’où), sans aucune mesure d’hygiène. Cela nous semble tellement aller de soi maintenant, que j’ai été vraiment surprise de voir que ce n’était pas le cas à l’époque. Je ne suis donc pas étonnée de voir que tellement de femmes mourraient en couche suite à des infections, des fièvres… que les médecins eux-mêmes transmettaient aux patientes.

La petite note finale de l’auteure était d’ailleurs très intéressante. Elle concerne un personnage mis en scène dans le roman, issu de l’histoire médicale et sur lequel je vais revenir juste après. Le fait que Tess ait décidé d’intégrer un personnage réel à son histoire m’a beaucoup plu et apporte une plus-value au roman, pour moi.

Mais à ce stade de mon avis, j’aimerais souligner un premier regret qui est directement en lien avec l’aspect historique, ou tout du moins le parallèle que l’auteure fait dans son roman. Ainsi, j’ai regretté que le passé prenne le pas sur le présent. Je m’explique : les scènes du passé intervenaient le plus souvent, lorsque des évènements du présent les y amenaient (la découverte du corps dans le jardin de Julia par exemple). Mais ensuite, l’auteure retranscrit majoritairement les évènements de 1830, laissant en suspend pendant une grande partie du roman, les évènements de notre époque. J’ai trouvé cela dommage, car nous n’assistons pas réellement aux trouvailles de Julia et Henry. On les devine seulement à travers l’histoire que Tess nous raconte. Même si le passé était très intéressant, j’aurais aimé voir plus en profondeur les impacts qu’ils ont eu sur notre présent, ou tout du moins sur la vie de Julia, en sachant qu’un lien est clairement là entre les deux histoires.

Après l’histoire, venons-en aux personnages. Dans le passé, nous faisons donc la connaissance de Norris Marshall qui est un personnage qui m’a vraiment beaucoup plu. Le charme qui se dégage de son attitude vis-à-vis de la médecine, mais aussi de Rose – dont je vais parler dans un instant – m’a vraiment marquée. Et je suis vraiment déçue du destin que l’auteure lui réserve. Mais je dois l’avouer, cela donne un final auquel je ne m’attendais pas, cela est donc pour un mieux. Vient ensuite la belle Rose Connolly. Nous faisons sa connaissance, alors qu’elle est au chevet de sa soeur, qui doit donner naissance à un enfant. Elle a à peine 17 ans, mais une force de caractère et une rage de survivre et de défendre sa nièce, qui sont plus qu’admirables. Je me suis beaucoup attachée à elle également. Je souhaiterais ensuite mentionner le personnage d’Oliver Wendell Holmes, le fameux médecin issu de notre histoire. C’est un personnage qui évolue tout d’abord dans l’ombre. Fils de bonne famille, il fait partie d’un cercle qui semble inaccessible à Norris, jusqu’à ce qu’il se lie d’amitié avec lui, ainsi qu’avec Edward Kingston et Charles Lackaway. Je l’avoue, je n’avais pas spécialement fait attention à lui, jusqu’à la fin où sortant de l’ombre, il se révèle être un personnage capital. Je suis vraiment admirative de son parcours, qui nous est relaté par l’auteure dans une note à la fin du roman. Et notamment, de son courage pour enfin instaurer le lavage des mains dans la médecine !

Dans le présent, nous faisons la connaissance de Julia et Henry. Je me suis vraiment attachée à leur petit duo. A Henry, ce vieil homme bougon, passionné d’histoire. Et de Julia, femme fragile suite à son divorce. Ils forment une belle paire. Mais comme je l’ai dit plus haut, avec le partage inégal entre le présent et le passé, nous les côtoyons finalement très peu et je le regrette vraiment. Car une véritable amitié semble naître entre eux, et nous n’y assistons pas en direct, nous tombons devant le fait accompli, si je peux le dire ainsi. Même chose pour le relation qui naît entre Julia et Tom, le neveu de Henry. Mais en ce qui concerne ce dernier personnage, j’ai beaucoup aimé le mystère que l’auteure a instauré en ce qui concerne son identité. Un rebondissement final qui a été très bien agencé.

De nombreux autres personnages interviennent dans l’histoire (et surtout dans les évènements de 1830), dont l’un est au coeur du mystère du ‘Faucheur’, mais j’ai finalement très peu de choses à dire sur eux. Je vous laisse ainsi les découvrir par vous-même, si l’envie vous en dit de découvrir ce roman ! Par contre, j’ai eu le plaisir de faire la connaissance d’un personnage, qui m’est déjà, d’une certaine manière familière, et qui n’est autre que Maura Isles !

Pour en venir maintenant au final du roman, je peux dire que celui-ci est explosif. Toutes les vérités (ou presque) éclatent au grand jour, dont certaines auxquelles je ne m’attendais pas. Ce qui est un gros point positif pour moi ! Soyez donc averti que vous risquez d’être surpris, notamment quant aux identités de certains personnages, du rôle de certains aussi. J’ai cependant un second et dernier regret à ce stade (que je vous invite à ne pas lire, au risque d’être un peu spoilé), c’est qu’on ne sait finalement pas quelle est l’identité du ‘Faucheur’ (du moins, celle-ci n’a pas été clairement établie !) Ensuite, nous n’avons pas d’explications sur le lien entre Julia et Rose (que l’on devine à travers les rêves de la première sur la seconde), tout comme sur le lien entre Julia et Tom (car je pense que celui-ci est lié au premier). J’aurais bien aimé que toutes les cartes soient dévoilées à la fin, mais autant dire que le roman se termine encore avec une part de mystère.

Après cette longue critique (je vous remercie d’ailleurs si vous l’avez lue jusqu’au bout), vous pouvez deviner aisément que j’ai adoré ce roman, malgré les deux petits points négatifs que j’ai relevés. Ceci n’enlève rien au ‘charme’ de ce roman, qui se dévoile dans cette dimension historique que j’apprécie énormément et dans ce très grand final. C’est un roman que je vous recommande si vous êtes amateurs de thriller, celui-ci ne pourra que vous plaire !

⇢ ACHETER

Broché — Amazon (22€), Fnac (24,95€)
Poche — Amazon (8€), Fnac (9,40€)

2 commentaires

    • Tu en as déjà lu d’elle ? 🙂 Je te conseille ‘Mauvais Sang’ que j’ai lu également, et qui est excellent, si tu ne l’as pas déjà lu ! 😉
      Et maintenant que j’ai lu ses deux récits hors ‘Rizzoli & Isles’, je pense me lancer très bientôt dans cette série !

      Reply

Laisser un commentaire