Hello Fucktopia : Un vrai conte de fées de Souillon

ban

★★★★★ (5/5) — « C’est une bande dessinée profonde, une réalité mise sur papier et exprimée artistiquement, et c’est ce que j’ai aimé. Souillon a réussi brillamment à aborder tous ces sujets tellement importants et à offrir une conclusion qui donne de l’espoir sans perdre en crédibilité. »

Hello_Fucktopia

Un style plus sombre, plus profond, plus intense.

⇢ FICHE TECHNIQUE

Titre : Hello Fucktopia : Un vrai conte de fées
Auteur : Souillon
Editeur : Ankama
Genre : bande dessinée
Parution : 21 novembre 2014
Nombre de pages : 80

A voir aussi
+ en savoir plus sur Hello Fucktopia
+ découvrir d’autres livres de chez Ankama

⇢ PRESENTATION DE L’EDITEUR

Entre découvertes et désillusions, la vie d’adulte n’est pas tous les jours un conte de fées !
Quand Mali débarque à Paris pour y suivre des études de dessin, elle expérimente les limites de sa toute nouvelle liberté. Entre euphorie et dépression, espoirs et désillusions se mélangent pour ne former qu’une teinte indéfinissable qui semble tout aspirer…

⇢ APERCU

extrait_p00 extrait_p03 extrait_p06 extrait_p11 extrait_p05 extrait_p13
D’autres planches ici.

⇢ AVIS

8
ERIKA
Note : ★★★★★ (5/5)

Suite à ma lecture du premier tome de Maliki j’ai appris que l’auteur avait réalisé un one shot bien éloigné du style qu’on lui connait, plus sombre. J’étais donc curieuse de découvrir ce livre plus mature, plus adulte et donc peut-être encore plus profond. ‘Hello Fucktopia’ a comblé mes attentes et je l’ai dévoré en moins d’une heure.

Mali est une jeune femme qui ressent un profond mal-être. Cela se ressent dans ses actions, même si en apparence elle reste souriante. Elle boit, elle fume, elle se drogue, elle expérimente des choses, et ça l’entraîne dans une souffrance intense qui n’arrange définitivement pas son état psychologique. C’est un personnage dans lequel je me suis parfaitement retrouvée (le moi du passé en tout cas), j’ai eu parfois le sentiment de voir une partie de ma vie défiler devant moi et ça a donc été une lecture intense. Je suis heureuse que Souillon ait réussi à rendre ce personnage féminin aussi réaliste.

Sans surprise, j’ai adoré le graphisme du livre. J’ai aimé les dessins, évidemment, mais également le design global de l’album. Je l’ai franchement trouvé magnifique. C’est le genre d’ouvrage que je manipule avec délicatesse tant je le trouve beau et ne veux pas l’abîmer…

Puisqu’il est impossible d’y échapper, passons maintenant à la comparaison entre les deux univers créés par l’auteur : ‘Maliki’ et ‘Hello Fucktopia’. Les points similaires sont bien sûr les dessins – si on fait abstraction des couleurs – et également le côté réaliste puisqu’autobiographique (il me semble, au moins partiellement) des deux oeuvres. Contrairement à ‘Maliki’, la palette de couleurs utilisée dans ‘Hello Fucktopia’ est plus sombre et va avec les thèmes abordés au fil des pages. Aussi, alors que le premier est une série d’albums déstructurés dans leur composition, le second est un one shot dont les planches se suivent et se rattachent pour ne former qu’une seule histoire. Il y a donc de très grosses différences entre les deux. C’était un pari risqué de la part de Souillon car le style est totalement différent de ce qu’il avait présenté jusqu’ici. Il est possible que certains n’apprécient pas le changement et je pourrais le comprendre, mais personnellement j’ai beaucoup aimé et je ne dirais pas non à un second one shot dans la même veine.

Parmi les nombreux points positifs, je dois aussi mentionner la petite pointe d’humour qui reste présente, bien que de manière légère. Je me revois encore rire quand Mali dit « Putain mais suicidez-vous les gars… » mais ça c’est personnel. C’est juste que j’ai souvent utilisé cette expression et j’ai aimé la retrouver ici.

Quoi qu’il en soit, c’est une bande dessinée profonde qui exprime la souffrance d’une jeune femme et les conséquences de sa peine. C’est une réalité mise sur papier et exprimée artistiquement, et c’est ce que j’ai aimé. Souillon a réussi brillamment à aborder tous ces sujets tellement importants (la maladie, l’amour, l’amitié, la sexualité, les études, les drogues…) et à offrir une conclusion qui donne de l’espoir sans perdre en crédibilité. (Oui, parce qu’on ne vit pas au pays des bisounours quand même.) J’ai vraiment adoré la fin, j’en aurai presque pleuré.
Je sais qu’un épilogue de dix pages, ‘Goodbye Fucktopia’, existe aussi et se trouve dans l’édition Painted Black. Je ne l’ai pas encore lu parce que j’ai pris l’édition classique mais je ne manquerai pas d’acheter la seconde prochainement. Ce sera l’occasion de relire la bande dessinée, en noir et blanc.

En conclusion, le style très différent pourrait rebuter certains fans qui ont aimé ‘Maliki’, d’autant qu’on est ici dans une lecture pour public averti, mais j’ai personnellement adoré le thème choisi et le travail réalisé par l’auteur. Souillon nous offre un album sublime et intense qui présente une femme en laquelle beaucoup pourront se retrouver. Et à toutes ces femmes (et hommes finalement), il offre de l’espoir avec une fin qui montre qu’un changement est possible, il faut juste le vouloir. Un très bon album que je recommande vivement !

⇢ ACHETER

Album — Fnac, Amazon (14,90€)
Painted Black Edition — Fnac, Amazon (19,90€)

2 commentaires

Laisser un commentaire