Le jeu du maître, tome 3 : Fin de partie de James Dashner

lejeudumaitre3ban

★★★★☆ (4,25/5) — « Erika et Steven donnent une note similaire à ce troisième et dernier tome. Ils ne partagent pas le même avis et ne relèvent absolument pas les mêmes détails, mais pensent tous les deux que c’est un tome globalement bon même si la série ne les satisfait pas pleinement. »

lejeudumaitre3

« La ligne entre la réalité et le virtuel s’amincit… »

⇢ FICHE TECHNIQUE

Titre original : The Game of Lives (The Mortality Doctrine #3)
Titre français : Le jeu du maître, tome 3 : Fin de partie
Auteur : James Dashner
Editeur : Pocket Jeunesse
Genre : littérature étrangère, jeunesse, science-fiction
Parution originale : 17 novembre 2015
Parution française : 16 mars 2017
Nombre de pages : 327

A voir aussi
+ en savoir plus sur James Dashner (site en anglais)
+ découvrir d’autres livres de chez Pocket Jeunesse
+ chronique Le jeu du maître, tome 1
+ chronique Le jeu du maître, tome 2 : La Révolution

⇢ QUATRIEME DE COUVERTURE

Michael, Sarah et Bryson sont sortis de prison avec pour seule refuge une mystérieuse adresse dans les Appalaches. Ils ne sont pas les seuls à vouloir arrêter Kaine. D’autres Tangentes ont élaboré une stratégie pour contrecarrer son plan de cyber-domination. Mais pour cela, les trois amis n’ont pas le choix : ils doivent se replonger dans le Sommeil du VirNet, quitte à y risquer leur vie.
La ligne entre la réalité et le virtuel s’amincit… et le véritable ennemi pourrait bien ne pas être là où on l’attend.

⇢ AVIS

8
ERIKA
Note : ★★★★★ (4,5/5)

J’ai repoussé la lecture de ce livre jusqu’à finalement me décider il y a quelques temps parce que j’essaie de rattraper mon retard sur mes séries. Comme je n’aime pas laisser tomber en cours de route, j’ai décidé d’aller au bout même si je n’étais pas particulièrement fan de l’univers. Au final, j’ai eu une bien bonne surprise avec un dernier tome qui m’a davantage plu que les autres.

Dans celui-ci, Michael et ses amis se font des alliés mais aussi de nouveaux ennemis. Les motivations et buts de chacun se dessinent et il est temps pour notre héros de choisir son camps et de se battre. C’est dans un univers mi-réel mi-virtuel que se déroule cet acte final au cours duquel Michael fera tout pour sauver la race humaine de l’invasion virtuelle.

Je suis toujours assez confuse au niveau de l’univers, je pense que j’aurais moins de difficultés avec des films que des livres, mais cette fois cela ne m’a pas empêchée d’apprécier ma lecture. Je me suis sentie plus à l’aise qu’avec les deux premiers tomes, peut-être parce que cette fois je m’y suis plus ou moins retrouvée et que j’ai réussi à différencier le réel du virtuel (plus ou moins…) Mais je persiste à penser que ce monde et cette ambiance ne sont pas faits pour moi.
Fort heureusement, les personnages, eux, m’ont séduite. Je regrette qu’ils ne soient pas assez exploités mais j’ai quand même été ravie de retrouver Bryson, mon personnage préféré, et j’ai même fini par beaucoup aimer Michael à un certain point de l’histoire.

Ce troisième opus se lit avec beaucoup de facilité, mieux que les deux autres. Aussi, les sujets qui y sont abordés, ou sous-entendus, sont assez intéressants. Je pense l’avoir déjà mentionné dans mes deux précédentes chroniques mais je le redis : l’intelligence artificielle et les risques du virtuel combinés au désir de pouvoir sont bien représentés dans ce livre.

Je ne peux pas m’empêcher de comparer cette série avec L’Epreuve, que j’ai tant aimée, et je suis forcée de constater que celle-ci n’est pas un coup de coeur, elle, et que j’ai moins accroché. Mais je ne peux que reconnaître la créativité de James Dashner et sa plume fluide. Et si cette saga ne m’a pas transcendée, je pense qu’elle peut plaire aux amateurs du genre. D’où cette note élevée qui ne correspond peut-être pas à mon appréciation mais que j’ai voulu objective.

8
STEVEN
Note : ★★★★☆ (4/5)

Comme avec les tomes précédents, Erika et moi avons décidé de terminer cette saga sur une nouvelle lecture commune. Malheureusement, alors que j’étais assez impatient de connaître la conclusion apportée par James Dashner, je dois avouer que celle-ci n’est pas à la hauteur de mes espérances.

Je m’explique. Dans mes précédentes chroniques je n’ai cessé de faire les louanges de l’intensité de cette aventure, cependant, je n’ai pas ressenti la même énergie au cours de ce dernier chapitre et bien qu’il soit rempli d’action, le tout à manqué quelque peu de punch et se dévoile finalement assez monotone. J’ai donc suivi l’histoire de Michael sans rentrer pleinement dedans. Même l’univers m’a semblé parfois assez redondant. Pourtant, j’apprécie toujours autant sa complexité et sa richesse mais j’aurais apprécié quelques innovations et des surprises de la part de l’auteur.
Heureusement, tout n’est pas que déception et j’ai apprécié retrouver Michael et ses fidèles compagnons, Sarah et Bryson. L’alchimie et les sentiments qui émanent de ce trio sont toujours aussi palpables et permettent un réel attachement. D’autant plus que James Dashner ose quelques choix parfois assez émouvants.

Concernant l’histoire en elle-même, j’ai vraiment trouvé fascinant la très fine barrière entre le virtuel et la réalité. Souvent au cours de ma lecture je ne savais plus si ce que je lisais était réel ou non. En ce point, le talent de l’auteur est impressionnant et remarquable. De plus, jusqu’à la fin, je me demandais comment pouvait se terminer cette saga. Ainsi, il m’a fallu quelques heures seulement pour arriver à sa finalité, qui me satisfait globalement du fait qu’elle réponde à toutes mes questions, même si je m’attendais à quelque chose de plus percutant. Malgré tout, j’ai vraiment été étonné de certaines révélations autour de certains personnages et, là encore, la limite entre le bien et le mal est réellement minime.

En conclusion, malgré un manque de renouveau de la part de James Dashner, j’ai apprécié m’immerger une dernière fois dans son univers riche et complexe, où la frontière entre virtualité et réalité n’existe presque pas… A l’image de notre monde actuel.

⇢ ACHETER

Broché — Amazon (16,90€)

Laisser un commentaire