Si c’est la fin du monde de Tommy Wallach

scladmban

★★★☆☆ (2,75/5) — « Malgré un résumé alléchant et intrigant, je ne suis pas parvenu à rentrer pleinement dans l’univers présenté par Tommy Wallach. Je pense avoir eu de trop grandes attentes envers ce roman, c’est pourquoi je ressors déçu et perplexe de ma lecture. »

scladm

« Ce que j’aime à penser de l’univers, c’est que tout est un événement, le résultat d’une situation. »

⇢ FICHE TECHNIQUE

Titre original : We All Looked Up
Titre français : Si c’est la fin du monde
Auteur : Tommy Wallach
Editeur : Nathan
Genre : littérature étrangère, jeunesse, drame
Parution originale : 26 mars 2015
Parution française : 07 janvier 2016
Nombre de pages : 468

A voir aussi
+ en savoir plus sur Tommy Wallach (site en anglais)
+ découvrir d’autres livres de chez Nathan

⇢ QUATRIEME DE COUVERTURE

Et si une météorite avait deux chances sur trois… de faire exploser la Terre dans deux mois ? Alors que la fin de la terminale approche pour Peter, Anita, Andy et Eliza, une météorite apparaît dans le ciel : elle a deux chances sur trois de percuter et faire exploser la Terre deux mois plus tard.
Tout à coup, l’avenir n’a plus la même importance… L’anarchie s’installe peu à peu : violence et pillages se multiplient, beaucoup arrêtent de travailler, la nourriture commence à manquer.
Les quatre adolescents doivent décider maintenant ce qu’ils feront du reste de leur vie, et peut-être, paradoxalement, en profiter pour être enfin libres et heureux, même pour peu de temps…

⇢ AVIS

8
STEVEN
Note : ★★★☆☆ (2,75/5)

Alors que je viens tout juste de me prendre une vraie claque avec la lecture de Treize raisons de Jay Asher, dont ma chronique ne devrait plus tarder, j’ai décidé de continuer ma découverte de ce genre littéraire en me lançant dans un nouveau drame.

Malheureusement, même si le résumé de Si c’était la fin du monde est particulièrement alléchant et que l’idée est plutôt bonne, ce roman m’a énormément déçu et m’a vraiment laissé perplexe. Pourtant, les premiers chapitres m’ont vraiment séduit. J’ai fait la connaissance d’un groupe de lycéens à la fois différents et complémentaires, n’attendant pas les mêmes choses de la vie mais se battant tout de même pour parvenir à leur réussite sociale et/ou professionnelle. Jusque-là, rien d’anormal. Il s’agit simplement de personnages communs, parfois trop stéréotypés, allant du premier de la classe, en passant par le sportif et en finissant par la petite racaille des bas quartiers. Rien n’est laissé au hasard, si bien que chaque lecteur se retrouvera forcément dans un des personnages ou du moins en partie car dans l’univers de Tommy Wallach, la vie des adolescents ne semble se résumer qu’à deux choses : la drogue et le sexe. Je veux bien croire que c’est lié à l’âge mais là c’est un peu trop omniprésent pour être totalement réaliste.
Quoiqu’il en soit, la routine de tout ce petit monde se voit basculée lorsque le président en personne affirme qu’une météorite se dirige droit sur la planète et qu’il y a un risque de 66% que celle-ci l’atteigne… Je pensais sincèrement que le récit de l’auteur allait évoluer sur quelque chose de plus éthique et philosophique. Non pas que j’attendais une histoire de vie ou n’importe quelle autre morale, mais quelque chose s’y rapprochant et d’assez émouvant. J’aurais apprécié découvrir ce que pouvait ressentir chaque protagoniste face à son destin scellé et non une histoire remplie de haine et de violence à n’en plus finir. Je ne comprends toujours pas pourquoi il est question de fin du monde tellement cet aspect est tout simplement relégué au dernier plan. J’ai surtout l’impression que Tommy Wallach se sert de cette catastrophe pour faire naître un univers où l’humain se révèle être de la pire espèce. D’autant plus qu’il n’y a pas forcément de fil conducteur entre chaque péripétie, ce qui m’a fortement gêné au cours de cette lecture. Je ne souhaite pas avoir à me prendre la tête pendant que je lis mais quand même, un minimum de cohérence n’est pas du luxe. Ici, j’ai juste suivi un compte à rebours, accompagné de jeunes perdus et totalement antipathiques, auxquels je ne suis malheureusement pas parvenu à m’attacher. Bien que certains personnages étaient assez divertissants à suivre, j’ai vraiment dû me faire violence pour ne pas abandonner ma lecture.

Je n’ai d’ailleurs pas grand chose à dire sur la plume de l’auteur, si ce n’est qu’elle se dévoile assez fluide et parfois même assez percutante. Je pense que mon manque d’intérêt et mes passages à vide proviennent surtout de la direction qu’il entreprend avec son oeuvre. Si vous vous attendez à verser quelques larmes ou tout simplement à vous questionner sur la vie, comme j’aurais voulu le faire, passez votre chemin. Je pensais sincèrement ressortir bouleversé, ou au minimum ému de cette lecture, mais il n’en est rien. Pourtant sa finalité avait de quoi être touchante mais j’ai été noyé par des scènes de violence gratuite, ne rentrant pas forcément dans le contexte et servant plutôt de défouloir à l’auteur. Cependant, et malgré mon importante déception, j’ai passé un bon moment-lecture et il est clair que ce roman n’était tout simplement pas fait pour moi. Point positif tout de même : les chapitres servent de décompte jusqu’à l’arrivée de l’astéroïde, offrant un certain rythme à ce roman.

En conclusion, malgré un résumé alléchant et intrigant, je ne suis pas parvenu à rentrer pleinement dans l’univers présenté par Tommy Wallach. Je pense avoir eu de trop grandes attentes envers ce roman, c’est pourquoi je ressors déçu et perplexe de ma lecture.

⇢ ACHETER

Broché — Amazon (17,90€)

Laisser un commentaire