Le Père Noël assassiné ! de Kenneth B. Andersen

leperenoelassassineban

★★★★★ (4,5/5) — « Avant de vous lancer dans ce conte pour adultes, oubliez tout ce que vous pensez savoir sur Noël et préparez-vous à pénétrer au cœur de l’enfer. Jusqu’au dernier chapitre vous serez pris dans un tourbillon mêlant horreur et magie à n’en plus finir ! »

le-pere-noel-assassine-couv

« L’assassinat du Père Noël. »

⇢ FICHE TECHNIQUE

Titre original : Julemandens Død
Titre français : Le Père Noël assassiné !
Auteur : Kenneth B. Andersen
Editeur : Pocket Jeunesse
Genre : jeunesse, littérature étrangère
Parution originale : 30 aout 2013
Parution française : 17 novembre 2016
Nombre de pages : 381

A voir aussi
+ en savoir plus sur Kenneth B. Anderson (site en anglais)
+ découvrir d’autres livres de chez Pocket Jeunesse

⇢ QUATRIEME DE COUVERTURE

Plus de sapins, plus de rennes, plus de lutins et surtout plus de cadeaux ! Le 1er décembre, le Père Noël a été assassiné par un monstre sanguinaire, et ses petits assistants massacrés par une horde de créatures maléfiques. Depuis, la magie de Noël a laissé place à l’effroi. Mais comment sauver Noël, quand la seule personne assez puissante pour combattre cette malédiction n’était autre que le Père Noël lui-même ? Katrine, Frederik et Jesper ont vingt-quatre jours pour empêcher l’humanité de s’enfoncer à jamais dans les ténèbres…

⇢ AVIS

8
STEVEN
Note : ★★★★★ (4,5/5)

Même si je n’ai pas forcément de lectures attitrées pour la période de Noël, j’ai vraiment été content de tomber sur ce roman totalement en décalage par rapport à cette période festive. Je n’ai donc pas hésité longtemps avant de me le procurer et quelle fraîcheur fut cette lecture.

Cette réécriture de conte, si je peux l’appeler ainsi, m’a vraiment transporté dans un univers incroyable où règne suspens, violence et horreur. Quand bien même le résumé laissait prévoir une effroyable lecture, je ne pensais pas que ça serait à ce point. Kenneth B. Andersen livre au lecteur une histoire des plus captivantes qu’il m’ait été donné de lire et ce grâce à son côté extrêmement cru et sanglant. Amateur de films du genre, je n’ai pas été effrayé une seule fois au cours de ma lecture même si je l’ai trouvée parfois assez dérangeante. J’ai vraiment pris plaisir à suivre les traces de ce trio de jeunes adolescents. En aucun cas leur âge ne m’a dérangé et j’ai d’ailleurs trouvé ce choix assez judicieux. Placer de jeunes adultes face à de telles situations accentue encore plus ce sentiment de mal-être que j’ai pu ressentir à certains moments. Le plus bluffant reste que l’auteur tisse un réel lien entre toutes ces scènes sanglantes, alliant angoisse et suspens. Il ne se contente pas de dépeindre son univers horrifiant mais le rend vraiment vivant et addictif. Sans excès, il parvient à mélanger horreur et magie et crée un véritable page-turner qui m’a pris au piège. À tel point que plus j’avançais dans cette histoire, plus je sentais monter en moi une certaine tension. Ainsi, je n’ai pu lâcher ce roman jusqu’à ce qu’arrive la dernière page qui m’a laissé sans voix. Même une fois la fin, l’auteur ne lâche pas son idée et se montre cruel et machiavélique.

De plus, j’ai fortement apprécié que derrière son travail ingénieux, Kenneth B. Anderson apporte une sorte de critique sur ce qu’est devenue cette célèbre fête d’origine religieuse. Sans entrer dans un quelconque débat, j’admets que mon avis rejoint le sien et c’est certainement pour ça que j’ai encore plus apprécié ce roman et les intentions qui se cachent derrière. Ne trouvant plus aussi magique qu’avant cette fête, ce roman est parvenu à me la faire redécouvrir. À travers son sombre récit, il décrit notre société telle qu’elle est aujourd’hui et délivre finalement un message rempli d’espoir. Tout comme notre monde, rien n’est forcément totalement bon ou mauvais dans son univers à la richesse incroyable dont chacun des lieux, visités au cours de ce périple, m’a vraiment émerveillé. Les descriptions, aussi succinctes soient-elles, permettent une immersion totale et cauchemardesque bien que magique à d’autres moments. C’est là tout le talent et le paradoxe de la plume de Kenneth B. Andersen. De plus, comme l’auteur de ‘La véritable histoire de Noël‘, il offre la possibilité au lecteur de dévorer, comme moi, son roman ou alors de le déguster tel un calendrier de l’avent. Ainsi, son récit est naturellement divisé en vingt-cinq chapitres, permettant de créer un rythme inégalable et insatiable.

Je vous recommande fortement ce conte pour adultes mais avant de vous lancer, oubliez tout ce que vous pensez savoir sur Noël et préparez-vous à pénétrer au cœur de l’enfer. Jusqu’au dernier chapitre vous serez pris dans un tourbillon, aussi dérangeant, qu’envoûtant, mêlant horreur et magie à n’en plus finir !

⇢ ACHETER

Broché — Amazon (17,50€)

12 commentaires

      • Je n’ai pas encore lu Partials mais au vu du résumé, ça n’a aucun rapport avec la saga John Cleaver. Mais personnellement, j’adore ! La psychologie du personnage principal est passionnante (il est sociopathe) et j’adore suivre le cheminement de ses pensées et ses réflexions sur ce qui l’entoure. Le premier tome est plutôt intense avec des descriptions des embaumements à te retourner l’estomac et une enquête originale. Le deuxième met un peu plus de temps à démarrer mais il est toujours aussi intéressant et la fin rattrape très bien le coup de mou du début ^^
        Je pense m’attaquer au tome 3 prochainement ! Si tu apprécies les policiers et les anti-héros aux tendances meurtrières, je te le conseille, ça sort des sentiers battus ^^

        Reply
  1. La couverture ne m’attirait vraiment pas, le résumé pas plus que ça, mais vu tous les avis positifs que j’ai pu lire dessus, je commence à me dire que j’aurai peut-être du moi aussi me lancer dans cette lecture !

    Reply
    • Personnellement c’est tout l’inverse ! J’ai vraiment adoré l’idée et la couverture de ce roman. Ce n’est pas grave, tu as déjà une lecture de prévue pour Noël prochain, quoi que tu peux aussi le lire après les fêtes 😉

      Reply

Laisser un commentaire