Pas celle que tu crois de Mhairi McFarlane

banmc

★★★★★ (5/5) — « Ce livre est une petite merveille. C’est un cocktail d’émotion, d’humour et de profondeur. Dire que je l’ai apprécié serait un euphémisme, je l’ai vraiment adoré et dévoré. Je pensais passer un bon moment lecture avec mais c’était tellement plus que ça. »

9782280352055

« Le parfait équilibre entre comédie et émotion. » — Grazia

⇢ FICHE TECHNIQUE

Titre original : Who’s That Girl?
Titre français : Pas celle que tu crois
Auteur : Mhairi McFarlane
Editeur : Harlequin
Collection : &H
Genre : littérature étrangère, romance, comédie
Parution originale : 06 septembre 2016
Parution française : 05 octobre 2016
Nombre de pages : 486

A voir aussi
+ en savoir plus sur Mhairi McFarlane (site en anglais)
+ découvrir d’autres livres de chez Harlequin

⇢ QUATRIEME DE COUVERTURE

Lorsque, suite à un énorme malentendu, Edie est surprise en train d’embrasser le marié lors du mariage d’un de ses collègues, elle se laisse condamner sans réagir, incapable de se défendre. Aussitôt mise à l’écart au bureau et par tous ses contacts sur les réseaux sociaux, elle finit par accepter la proposition de son patron : quitter Londres pour la ville de son enfance, Nottingham, afin d’y suivre un acteur en vogue dont elle doit écrire la biographie.
Sauf que, faute de moyens, elle doit s’installer chez son père et cohabiter avec sa sœur excentrique et définitivement insupportable. Comme si ce n’était pas suffisant, la première rencontre avec Elliot Owen, le fameux acteur, est catastrophique. Quand le destin s’acharne à ce point, il ne reste plus que deux possibilités : subir ou réagir. Alors, Edie laissera-t-elle les autres décider à sa place ou bien choisira-t-elle de leur prouver à tous, ainsi qu’à elle-même, qu’elle n’est pas celle qu’ils croient ?

⇢ AVIS

8
ERIKA
Note : ★★★★★ (5/5)

J’ai découvert cette auteure avec son livre ‘Comme si c’était toi‘ et je m’étais promis de lire ses autres histoires, tant j’avais apprécié celle-ci. Il aura fallu attendre un Masse Critique de Babelio pour que cela se produise, et je ne peux qu’en être extrêmement reconnaissante car j’ai adoré ‘Pas celle que tu crois’. Je commence donc par remercier chaleureusement l’équipe de la plateforme mais également Harlequin. Grâce à eux j’ai pu découvrir ce livre que j’ai tellement aimé.

Dans celui-ci, Edie assiste au mariage de ses deux collègues mais sera surprise en train d’embrasser le marié — surprise par la mariée elle-même — et verra sa vie prendre un tournant dramatique. Rejetée par tous ses collègues alors que le second coupable se voit pardonné sans trop de difficultés, elle retournera dans la ville de son enfance, Nottingham, afin de se faire un peu oublier tout en continuant à travailler. Son patron lui confit l’écriture de la biographie du célèbre Elliot Owen. Mais entre les embrouilles avec sa soeur, les difficultés à travailler avec cet acteur et l’acharnement de ses collègues contre elle, la vie d’Edie n’est pas de tout repos.

Ce livre est une petite merveille. C’est un cocktail d’émotion, d’humour et de profondeur. Dire que je l’ai apprécié serait un euphémisme, je l’ai vraiment adoré et dévoré. Je pensais passer un bon moment lecture avec mais c’était tellement plus que ça. De sa plume efficace et avec une pointe de légèreté rendant le tout plus supportable, Mhairi McFarlane aborde des sujets puissants, notamment celui du regard que porte les autres sur nous et combien cela peut nous affecter et nous faire changer notre propre vision de nous-même. Elle dépeint à la perfection l’impact douloureux que cet acharnement peut avoir et j’ai trouvé le thème exploité avec subtilité. Mais l’auteure ne s’arrête pas à ce sujet, elle parle également de combien internet peut être néfaste ou encore du suicide et de cette maladie terrible qu’est la dépression. Je suis familière avec la plupart des sujets et j’ai donc été particulièrement touchée par l’histoire d’Edie, et ses sentiments ont été entièrement partagés. C’est probablement la raison principale pour laquelle j’ai aimé ce livre.

« Mon père dit toujours qu’il ne faut regretter que le mal qu’on inflige intentionnellement. Quoi qu’il arrive, ça, ce sera toujours notre faute. Mais quand tu ne l’as pas fait exprès, il ne sert à rien de te rendre malade. C’est normal que tu te sentes mal, seulement il faut savoir passer à autre chose. »

Aussi, on retrouve ici des notes très positives sur la confiance en soi et l’estime de soi, mais aussi une approche intéressante des fausses apparences et du masque que chacun porte avant de sortir de chez lui… ‘Pas celle que tu crois’ est un véritable récit sur les êtres humains et leurs émotions, ainsi que sur la vie. Je pense que beaucoup s’y retrouveront et apprécieront autant les jolies leçons en demi-teinte que la fiction derrière laquelle elles sont dissimulées.

« Je te plains. Au moins, même quand je me dégoûte, je me rappelle qui je suis. Toi, tu as un masque pour chaque occasion. Quand tu es seul, tu dois redevenir invisible. Qui es-tu quand personne ne te regarde ? » (Cette dernière phrase en particulier a résonné en moi, elle m’a sincèrement parlé.)

J’ai apprécié le fait que tous ces sujets intéressants soient présentés en étant enrobés dans une fiction parfaitement bien pensée et correctement ficelée. Car si je félicite Mhairi McFarlane pour le message qu’elle a fait passer à travers ces lignes, je dois aussi reconnaître qu’elle a su créer une histoire captivante, celle-ci étant jouée par des personnages fort sympathiques.
J’ai immédiatement apprécié Edie, et la parfaite description qu’en a fait l’auteure m’a permis de bien la visualiser dès le début. Je me suis retrouvée en elle sur certains points et cela m’a donc permis de bien me plonger dans l’aventure. J’ai également apprécié ses deux amis d’enfance qui m’ont bien fait rire, mais j’ai encore plus aimé Elliot et son frère. J’ai été charmée par Fraser, et je suis tombée amoureuse d’Elliot, que j’ai appris à découvrir au fil des pages. Je l’ai trouvé très intéressant et j’ai adoré voir sa relation avec Edie évoluer.
En d’autres mots, on nous offre ici d’excellents personnages !

« Les vraies amitiés, c’est comme une compil de tes chansons préférées. Parfois, tu appuies sur « pause », mais quand tu appuies sur « play », ça reprend pile là où tu t’étais arrêté. Tu connais les paroles par coeur et tu sais ce qui vient ensuite. »

J’ai aimé tellement de passages et j’ai vibré à la lecture de tant de phrases, qu’il m’est impossible de tout citer. Je vais donc m’arrêter là et terminer en mentionnant l’humour dont l’auteure a bien su jouer. J’ai ri a plusieurs reprises et j’ai adoré l’ambiance globale de l’histoire. C’était exactement ce que j’attendais d’un livre de Mhairi McFarlane et j’ai été ravie. C’est un super roman avec un bon rythme et une bonne dose de tout ce que j’aime. Il confirme mon idée que cette auteure est une incontournable et je le recommande vivement, en espérant que vous y serez aussi sensible que moi.

⇢ ACHETER

Broché — Amazon (14,90€)

9 commentaires

    • J’espère que tu aimeras si tu le lis, personnellement je l’ai adoré ** Mais je pense que ça dépend de la sensibilité de chacun concernant les sujets mentionnés ^^

      Reply
    • Je suis contente qu’on partage le même avis ** J’en ai encore à lire d’elle mais je peux te conseiller ‘Comme si c’était toi’ qui m’a aussi beaucoup plu !

      Reply

Laisser un commentaire