La sélection, tome 3 : L’Elue de Kiera Cass

★★★★☆ (4,25/5) — « Une fois de plus, Erika et Marion partagent des avis similaires sur ce livre. Les deux s’accordent à dire que même si elles sont éprises de la saga, la fin de cette histoire était précipitée, et que certains points auraient mérité plus de détails. »

lelue

« À mi-chemin entre Hunger Games (la chasse à l’homme en moins) et le Bachelor (la chasse à l’homme en moins), cette trilogie est un pur régal. » — Publishers Weekly

⇢ FICHE TECHNIQUE

Titre original : The One
Titre français : La sélection, tome 3 : L’Elue
Auteur : Kiera Cass
Editeur : Robert Laffont
Collection : R
Genre : littérature étrangère, dystopie, young adult
Parution originale : 16 mai 2014
Parution française : 15 mai 2014
Nombre de pages : 360

A voir aussi
+ en savoir plus sur Kiera Cass (site en anglais)
+ découvrir d’autres livres de chez Robert Laffont
+ chronique La sélection, tome 1
+ chronique La sélection, tome 2 : L’Elite

⇢ QUATRIEME DE COUVERTURE

Une seule candidate sera couronnée.

Trois cents ans ont passé et les Etats-Unis ont sombré dans l’oubli.
De leurs ruines est née Illeá, une monarchie de castes.
Mais un jeu de téléréalité pourrait bien changer la donne.

La Sélection a bouleversé la vie de trente-cinq jeunes filles. Déchirées entre amitié et rivalité, les quatre candidates encore en lice resteront liées par les épreuves qu’elles ont dû surmonter ensemble. Entre les intrigues amoureuses et celles de la cour, c’est une lutte de tous les instants pour demeurer fidèles à leurs idéaux.
America n’aurait jamais pensé être si près de la couronne, ni du coeur du Prince Maxon. À quelques jours du terme de la compétition, tandis que l’insurrection fait rage aux portes du Palais, l’heure du choix a sonné. Car il ne doit en rester qu’une…

L’ultime volet de la trilogie best-seller international.

⇢ AVIS

8
ERIKA
Note : ★★★★☆ (4/5)

J’étais plus qu’excitée à l’idée de lire ce troisième tome car je me préparais à découvrir de nombreux secrets excitants. On entre immédiatement dans le vif de l’action avec une attaque dès la première ligne, et je m’attendais donc à un volet riche en rebondissements. (Ne lisez pas la suite de ma chronique si vous n’avez pas lu les deux premiers opus.)

Au final, j’avoue être restée sur ma faim. Il y a plus de mouvements dans ce dernier tome mais malheureusement, une de mes craintes s’est avérée fondée : tout se démêle à la fin un peu trop rapidement et de manière assez prévisible. Pour moi, certains détails auraient mérités plus d’attention et je reconnais en être un peu chagrinée…
J’ai beaucoup d’affection pour cette série et c’est pour ça que je suis un peu déçue par ce tome car il met fin, d’une certaine façon, à l’histoire d’America, mais si je suis heureuse du dénouement, je suis ennuyée par le déroulement. L’auteure m’avait vendu du rêve avec la famille royale italienne, des candidates pleines de secrets, un nouveau visage pour le roi, des Rénégats du Nord représentés par deux personnages plein de promesses… et j’en passe. Et au final, les secrets ‘principaux’ sont découverts un peu bêtement et aucun détails n’est fourni pour le reste. Je suis terriblement frustrée car Kiera Cass était bien partie et avait tout ce qu’il fallait pour nous en mettre plein la vue.

Bien sûr cela n’enlève rien au charme de l’histoire et le récit a toujours un rythme soutenu qui nous transporte. Je n’ai, une fois encore, pas pu lâcher mon livre. De plus, je suis vraiment éprise de l’univers et je pense continuer sur ma lancée avec les deux autres tomes et les hors série. Je reste conquise par les personnages et charmée par cette saga, mais ce tome me laisse un goût d’inachevé que j’espère effacer avec les autres ouvrages.

Vous l’aurez remarqué, j’ai peu à dire sur ce troisième volet. Je suis partagée entre mon immense affection pour la saga et mon sentiment de ne pas avoir toutes les réponses à mes questions. En d’autres mots, j’ai l’impression que l’histoire n’est pas finie (alors qu’elle devrait l’être, la suite n’est que bonus) et j’espère sincèrement avoir plus à me mettre sous la dent avec ‘L’Héritière’ car je serais bien triste de finir sur une note aussi mitigée.

barre

8
MARION
Note : ★★★★★ (4,5/5)

Une fois encore je me retrouve partagée. En effet malgré -encore- quelques déceptions, ce tome a tout de même réussi à combler une grande partie de mes attentes, mais sans toutefois parvenir à répondre à toutes les questions que je me posais en l’abordant. Je me retrouve donc à bien aimer cette série, tout en étant pleinement conscience de ses lacunes, et c’est finalement un drôle de casse-tête.

America, fidèle à elle-même, ne parvient toujours pas à se décider, et au bout du troisième tome, ce petit jeu de « Maxon, mais Aspen, mais Maxon » commence à être un peu vu et revu. Côté compétition, elle est pleine de bonnes idées et bonnes intentions, mais je ne sais pas pourquoi elle s’obstine à toujours mettre ses gros sabots pour rester fidèle à ses convictions : après tout, on a remarqué depuis le premier volume que ce n’est pas la bonne solution, il serait tout de même temps de passer à une autre tactique. Un peu de subtilité ne ferait de mal à personne, surtout quand on voit qui il y a en face.
Pour rester sur les personnages, je dois dire que ‘L’Elue’ ouvre plusieurs voies concernant un bon nombre d’entre eux, mais je suis assez déçue que ces pistes n’apparaissent que si tard, et surtout, qu’elles restent pour la plupart totalement inexplorées. Il y aurait franchement eu matière à faire quelque chose de bien plus explosif et prenant, mais malheureusement, Kiera Cass a choisi d’ouvrir beaucoup d’hypothèses sans pour autant aller jusqu’au bout de sa lancée, ce qui est bien dommage.

Spoiler :
Je pense notamment au père d’America, dont on découvre coup sur coup la maladie (héréditaire, alors quid d’America ?) et le rôle qu’il a apparemment joué, mais que l’auteure laisse tomber aussi vite qu’elle les a sortis de son chapeau ; je pense aussi à Kriss, dont on parle trente secondes à la fin du collier et de sa signification, mais là encore, coup d’épée dans l’eau ; je pense enfin également à cette jeune fille que rencontre America à Angeles, mais dont nous n’aurons plus de nouvelles par la suite.

Et pourtant, malgré ces quelques déconvenues, je me dois de reconnaître que, si ce tome se lit aussi vite que les précédents, il s’y passe un poil plus de choses, que certains personnages prennent enfin de l’étoffe (les candidates restantes, la Reine…), et m’a paru généralement plus intéressant que le précédent. Une très bonne surprise pour moi donc, qui attendait ‘quelque chose’ depuis la fin du premier tome.
Quant à l’histoire en elle-même, quoique toujours coincée à l’intérieur de l’enceinte du Palais, elle prend une tournure plus politique et engagée malgré le fait que l’accent reste -et c’est bien normal- sur le triangle amoureux dans lequel sont empêtrés nos héros.
Je regrette cependant que la fin arrive un peu vite, et me soit apparue comme un peu trop facile, mais au final elle passe plutôt bien, et je finis cette lecture sur une note positive.

Je ressors donc de ce premier volet des aventures d’America avec une bonne impression, et j’ai hâte de me lancer dans les livres suivants. Le style reste assez simpliste, mais c’est sûrement ce qui permet de dévorer ces romans aussi rapidement, et ma foi, j’ai passé un agréable moment en compagnie de tout ce petit monde. Je cours donc de ce pas sortir le tome 4 de ma bibliothèque afin de le commencer au plus vite ; )

⇢ ACHETER

Broché — Amazon (16,90€)
Ebook — Amazon, Fnac (12,99)

7 commentaires

  1. J’ai adoré le premier mais j’ai trouvé le 2eme et 3eme tome moins bons alors j’ai arrêté de lire cette série. Je pense qu’entre la parution du premier tome et les suites, j’ai « grandi » et j’ai moins accroché à la saga

    Reply
  2. Le véritable défaut de cette saga est pour moi le manque d’explication et d’intérêt pour la dystopie, ce qu’il s’est passé en détails pour que l’Amérique en arrive là et comment arrivent-ils avec précision à gérer la situation actuelle. On n’a que des bribes qui comblent les interrogations du lecteur. En même temps, Kiera Cass arrive à nous tenir en haleine du début à la fin et quel plaisir de découvrir à chaque tome comment elle décrit les ressentis de ses personnages et les différentes relations entre eux.

    Reply
    • On en vient même à trouver que ça ne ressemble pas à une dystopie. Si l’idée de départ se base sur les principes dystopiques, le tout se transforme finalement en simple romance pimentée, c’est super dommage = / Mais comme tu le dis, l’auteure sait nous tenir en haleine donc rien que pour ça, chapeau !

      Reply
  3. J’ai enchaîné les trois tomes chez Erika la semaine dernière sans prendre le temps de m’arrêter. Bien que je les ai dévoré, je ressors un peu déçu de cette trilogie.
    Avec l’histoire des renégats, du père d’America, des italiens, etc. il y avait énormément de potentiel sur les plans historiques et politique. Malheureusement j’ai trouvé que l’auteure n’avait pas su exploité ces filons.
    A la place, elle s’est concentrée sur une romance, certes très agréable mais qui tourne un peu en rond par moment (et légèrement niaise aussi mais ça c’est parce que je ne suis pas très romantique alors les scènes un peu trop rose bonbon ont tendance à me crisper XD).
    Bref, je lirai quand même les autres livres car j’ai beaucoup aimé les personnages et je n’ai pas envie de les quitter tout de suite mais je suis frustrée… ça aurait pu être tellement mieux TT

    Reply

Répondre à Pauline Annuler la réponse.