Notre mère de Koren Zailckas

notremèreban

★★★★★ (5/5) — « J’ai été captivée et touchée par ce livre où l’auteure a appuyé le côté psychologique, et a totalement maitrisé son sujet. Elle est parvenue à aborder de manière exceptionnelle un thème qui me fascine : l’esprit humain. »

9782264066749

« Un roman féroce où plane l’ombre d’un drame pour le moins inquiétant. Cruel et revigorant, ‘Notre mère’ fait rire du pire. » — Héléna Villovitch (ELLE)

⇢ FICHE TECHNIQUE

Titre original : Mother, Mother
Titre français : Notre mère
Auteur : Koren Zailckas
Editeur : 10/18
Genre : littérature étrangère, littérature contemporaine, roman, thriller psychologique
Parution originale : 29 septembre 2009
Parution française : 07 janvier 2016 (première parution par Belfond le 22 janvier 2015)
Nombre de pages : 427

A voir aussi
+ en savoir plus sur Koren Zailckas (site en anglais)
+ découvrir d’autres livres de chez 10/18 et Belfond

⇢ QUATRIEME DE COUVERTURE

Trois enfants, une belle maison, un couple uni : bienvenue chez les Hurst. Mais attention, sous le vernis de la famille idéale, se cachent de troubles secrets… Pourquoi Rose, l’aînée de la famille, a-t-elle subitement disparu un an auparavant ? Et qu’est-ce qui a poussé Violet, ado rebelle de seize ans, à attaquer son petit frère autiste à coups de couteau ? Dangereuse pour elle et pour les autres, mise à l’écart en hôpital psychiatrique, Violet réfléchit aux causes de sa détresse. Se dessine bientôt l’inquiétant portrait d’une mère abusive, avec qui le combat s’annonce dantesque. Entre thriller psychologique et roman familial, ce livre explore avec mordant les relations mère-fille et les méandres de la manipulation.

⇢ AVIS

8
ERIKA
Note : ★★★★★ (5/5)

En premier lieu, j’ai été attirée par la couverture, puis par le résumé. On m’a ensuite félicitée pour mon choix et plusieurs personnes m’ont dit que c’était un très bon livre. Je voulais un roman axé sur la psychologie et j’ai été servie. Ce n’est pas réellement un thriller, mais c’est tout comme, et le fait que cela se passe dans un cadre familial a eu un impact très fort sur moi. J’ai été captivée et touchée par ce livre où l’auteure a appuyé le côté psychologique, et a totalement maitrisé son sujet.

Violet est accusée d’avoir agressé son frère en étant sous l’influence de la drogue, et finit dans un hôpital psychiatrique. Mais elle ne se souvient pas de l’agression et va petit à petit essayer de remettre les pièces du puzzle en place. Rien ne semble tourner rond dans cette famille. Il y a Rose, la grande sœur partie en mauvais terme, Violet internée, William, le petit frère totalement envoûté par sa mère, puis Josephine, cette mère qui dégage quelque chose de maléfique, et enfin Douglas, le père qui semblerait presque normal à côté des autres.

« A l’hôpital, ce n’était pas vraiment la vie. On se serait cru dans un aéroport, un espace transitoire et déshumanisé où tous les vols étaient en retard et où les gens se traitaient les uns les autres avec moins de considération que des bagages. »

Le récit est séparé en deux points de vue, celui de Violet (extrait ci-dessus), et celui de William. Ils ne sont néanmoins pas les narrateurs et l’histoire est racontée d’un point de vue omniscient, permettant tout de même une immersion totale. Je n’ai personnellement eu aucune difficultés à m’imprégner des émotions de tous les personnages, tant les bonnes que les mauvaises. Il ne faut pas longtemps à l’histoire pour se mettre en place et l’auteure nous plonge rapidement dans la psychologie complexe de la famille Hurst. Comme je l’ai dit plus haut, ce point est extrêmement bien travaillé. Dans ‘Notre mère’ on retrouve des personnages manipulateurs, des enfants souffrant de dépendances ou de complexes, ou encore des alcooliques. Grâce à ces différentes facettes et à ses qualités d’auteure, Koren Zailckas est parvenue à aborder de manière exceptionnelle un thème qui me fascine : l’esprit humain. On retrouve d’ailleurs des discussions très intéressantes sur les narcissiques, les sociopathes ou encore les exhibitionnistes. Passionnant !

Outre le fait que j’ai trouvé le style d’écriture très bon et que j’ai apprécié la complexité humaine dépeinte dans le récit, j’ai été vraiment touchée par cette histoire. J’ai ressenti une réelle empathie pour certains personnages et je suis passée par différentes phases plus ou moins agréables, émotionnellement parlant. William est celui qui m’a le plus touchée, je crois, sûrement parce que c’est celui qui a la situation la plus difficile et la plus complexe, selon moi. Ce qui lui arrive m’a vraiment émue et même si je ne l’ai pas toujours aimé au fil des pages, je l’ai trouvé fascinant, d’une triste manière. Sa mère est elle aussi réellement intéressante, mais d’une tout autre façon.

Le fait que cela tourne autour de la famille, avec une grande partie reposant sur le personnage de la mère, figure emblématique d’un foyer, rend le tout encore plus dérangeant. Mais c’est aussi plus accrocheur pour le lecteur, je pense. On se dit que ça pourrait se passer chez nos voisins en ce moment même, et on vit encore plus intensément notre lecture.

Vous l’aurez compris, j’ai adoré ce livre. Je l’ai dévoré avidement, et je le recommande fortement. Si la quatrième de couverture (celle des éditions 10/18) vous attire, sachez qu’elle est très fidèle à l’histoire et que vous pouvez dès à présent vous plonger dans ‘Notre mère’, qui vous satisfera probablement !

⇢ ACHETER

Broché — Fnac, Amazon (21,50€)
Poche — Fnac, Amazon (8,40€)

2 commentaires

Laisser un commentaire