La Passion selon cinq matous de Martine Pilate

La_passion_selon_cinq_matous_une

★★★★☆ (4/5) — « Je vous conseille de vous laisser tenter par un moment tout en douceur avec ces cinq boules de poils, dont leur vision du haut de leurs quatre pattes n’est pareille à aucune autre ! »

La_passion_selon_cinq_matous_cover

« Les racines d’un homme ne sont pas toujours uniquement là où il est né ou bien là où il a grandi, elles peuvent être là où les émotions et les sentiments auront empli son existence. »

⇢ FICHE TECHNIQUE

Titre : La Passion selon cinq matous
Auteur : Martine Pilate
Editeur : France Loisirs (Belgique Loisirs)
Collection : Piment
Genre : humour, littérature française
Parution : mai 2010 (première parution par Lucien Souny le 03 mars 2009)
Nombre de pages : 284

A voir aussi
+ découvrir d’autres livres de chez France Loisirs / Belgique Loisirs

⇢ QUATRIEME DE COUVERTURE

Paresseusement, Tiger fait sa sieste au soleil avant d’aller retrouver ses compères, Doudou la fripouille, le beau Félix, Rapapouègue le sans-famille et la belle Calamity, seul élément féminin de cette confrérie. A l’heure de l’apéro, dans ce village du Sud, les cinq chats rejoignent les papés qui n’en finissent pas de refaire le monde, et surtout de commenter les derniers points du cru. Justement, l’installation d’André, un parisien vieux garçon qui vient d’acheter une maison vigneronne au pays, attise la curiosité des uns et des autres. Celle des anciens, qui se mettent en tête de lui trouver une femme, et surtout celle de Rapapouègue, qui rêve de se faire adopter et de goûter à la vie douce de ses compagnons…

⇢ AVIS

8
NADEGE
★★★★☆ (4/5)

J’ai reçu ce roman de la part de ma meilleure amie qui a fait un tri dans sa bibliothèque il y a quelques semaines. L’ayant lu elle-même, elle m’avait confié que c’était une histoire sympathique, sans prise de tête. Une lecture qui me convenait parfaitement, c’est pourquoi il n’a pas traîné très longtemps dans ma bibliothèque.

Nous sommes invités par Martine Pilate à faire la connaissance de cinq boules de poils : Tiger, Calamity, Doudou, Félix et Rapapouègue. Cinq compères qui ont l’habitude de se retrouver quotidiennement aux côtés des vieux papys du village qui partagent leurs soirées en petit comité à se raconter leur jeunesse, les derniers commérages… Parmi ceux-ci, l’arrivée d’André, un jeune parisien, venu passer les vacances à la campagne.

Comme annoncé sur la quatrième de couverture, l’auteure nous conte une « chronique villageoise pleine d’humour et de finesse ». J’ai passé un agréable moment durant cette lecture, qui m’a fait sourire à plusieurs reprises. Notamment, grâce aux cinq matous qui offrent un regard tout particulier, voire clairvoyant sur nos vies d’humain. J’ai apprécié ces passages pleins de sagesse et souvent rédigés en fin de chapitres, comme pour clôturer un point de l’histoire.

La présentation du roman se fait en chapitres très courts, qui racontent un pan de l’histoire du village ou nous content les mésaventures (le plus souvent) des habitants. Nous suivons également l’évolution de certains personnages – tel André – mais aussi des chats ! L’ensemble donne un certain rythme, qui fait que je ne me suis ennuyée à aucun moment et que les pages se tournaient presque d’elles-mêmes.

J’ai également apprécié la complicité entre les habitants et les chats, que j’ai trouvée touchante. Je suis une amoureuse de ces boules de poils (j’en ai moi-même cinq) et je me suis reconnue dans ces têtes à têtes, ces discussions où l’on pense que nous sommes les seuls à participer, mais où il y a des regards qui ne trompent pas… La personnalités des cinq félins fait vraiment la richesse des ‘personnages’ de ce roman !

En conclusion, ce roman fut une lecture légère et ensoleillée, teintée d’humour qui m’a fait sourire à plusieurs reprises. Je vous conseille de vous laisser tenter par un moment tout en douceur avec ces cinq boules de poils, dont leur vision du haut de leurs quatre pattes n’est pareille à aucune autre !

⇢ ACHETER

Broché — Amazon (d’occasion)
Poche — Amazon (8,50€), Fnac (12€)

4 commentaires

Laisser un commentaire