La Fournaise, tome 3 : La métamorphose d’Alexander Gordon Smith

★★★★★ (4,5/5) — « Alors que l’auteur nous avait déjà habitués à de l’action, celle-ci est encore plus poussée et s’intensifie au fil des pages à tel point que je me suis demandé s’il ne voulait pas laisser pour morts ses personnages. Comme au lecteur, aucun répit ne leur sera réservé. »

lafournaise3

« J’étais devenu un sujet d’expérimentation pour les atrocités scientifiques de la Fournaise… »

⇢ FICHE TECHNIQUE

Titre : La Fournaise, tome 3 : La métamorphose
Auteur : Alexander Gordon Smith
Editeur : Pocket Jeunesse
Genre : littérature étrangère, jeunesse, science-fiction
Parution française : 17 avril 2014
Nombre de pages : 269

A voir aussi
+ en savoir plus sur Alexander Gordon Smith (site en anglais)
+ découvrir d’autres livres de chez Pocket Jeunesse
+ chronique La Fournaise, tome 1 : Enfermé
+ chronique La Fournaise, tome 2 : L’isolement

⇢ QUATRIEME DE COUVERTURE

La deuxième tentative d’évasion d’Alex, Zed et Simon a échoué. La Fournaise les a rattrapés. Et elle est en train d’en faire des monstres. Peu à peu, Alex se transforme en col noir, un des sbires du directeur. Un être sans âme. Cette fois, les ténèbres coulent directement dans ses veines. Pour s’en sortir, Alex ne peut compter que sur lui-même.

⇢ AVIS

8
STEVEN
Note : ★★★★★ (4,5/5)

Lorsque je me suis lancé dans ce troisième tome je craignais de finir cette lecture frustré et quelque peu blasé du fait que ce roman soit le dernier de cette saga à avoir été traduit. Heureusement pour moi et malgré une fin ouverte, ce roman répond à toutes mes questions et conclut en quelques sortes cette série.

Comme avec le deuxième volume, l’auteur reprend son histoire là où il l’avait laissée ce qui m’a permis encore une fois de plonger immédiatement dans un récit à l’atmosphère extrêmement glauque et oppressante. Alors que je pensais avoir tout découvert sur la Fournaise et ses horreurs, il est parvenu à me surprendre plus d’une fois au travers des différentes révélations apportées, même si je les ai parfois trouvées hors contexte et tirées par les cheveux. Je m’attendais à cette direction au vu des nombreux indices laissés auparavant, cependant je n’imaginais pas que ces révélations seraient à l’origine de cet institut. Je ne peux vous en dévoiler plus, mais de véritables guerres auront lieu lors de ce périple et j’ai comme précédemment été bluffé par cette aventure haletante où sortir vivant paraît impossible. Après deux tentatives d’évasion échouées, c’est assez contrarié que j’ai suivi l’agonie de notre héros, Alex, ainsi que celles de ses co-détenus.

En effet la transformation d’Alex, déjà amorcée dans le second tome, est l’aspect principal de ce livre. J’appréciais déjà énormément ce personnage mais je me suis encore plus attaché à lui lorsqu’il sombrait, involontairement, dans une fureur mortelle. Petit à petit notre protagoniste devient une véritable machine à tuer que seul le directeur parviendra à contrôler. Cette mutation sera aussi physique que morale, ainsi, tandis que ses muscles se nourrissent du Nectar – poison injecté aux détenus – son esprit, lui, se nourrira de ses blessures profondes afin de les effacer complètement de sa mémoire. Seules la rage de vaincre et l’envie de tuer rempliront son esprit jusque là insoumis à ce dispositif. Heureusement et comme je m’en doutais, une infime partie humaine parvient à survivre au plus profond de son âme mais réussira-t-il à s’y accrocher ?
Lors de ces différentes expériences, c’est une autre guerre qui aura lieu dans la tête de notre héros et plus d’une fois il se montrera perdu et tiraillé entre ce qu’il était et ce qu’il est devenu. Pour ne pas l’aider dans ce combat intérieur, ses amis deviendront ses ennemis, et vice-versa, et il ne pourra compter que sur sa propre volonté pour parvenir à surmonter ce mal-être.
Alors que les autres personnages ne m’avaient pas particulièrement marqué précédemment, j’ai trouvé que Zed et Simon étaient bien plus travaillés lors de cette lecture. Le trio qu’ils forment avec Alex se démarque fortement par la solidité des liens qui les unissent. A cause des terribles épreuves qu’ils ont traversées lors de leurs séjours au sein de cette prison, c’est soudé qu’ils agissent et de ce fait ils se sauveront mutuellement la vie plus d’une fois.

Comme je l’ai évoqué, ce qui me surprend le plus avec ce troisième tome c’est la plume de l’auteur. Je pensais vraiment finir par me lasser de l’endroit où prend place son aventure mais c’est tout l’inverse. Alexander Gordon Smith a créé un immense labyrinthe dont il est difficile de s’échapper et où l’on se retrouve éternellement entourés de ses ‘entrailles’. A l’aide de ses multiples descriptions, j’ai souvent cru y être moi-même piégé et malgré l’aspect sinistre de cet enfer, j’appréciais fortement y découvrir de nouvelles parcelles et autres parties jusque-là encore inconnues. Cet endroit et cet univers m’ont fasciné autant qu’ils m’ont dérangé et cela encore plus lorsque l’auteur en dévoile les origines. Ce dernier a eu l’audace de s’inspirer du passé de l’Histoire pour en copier certaines parties. Le résultat est par conséquent fortement original même s’il m’a quelque peu déçu. J’ai apprécié ces révélations mais j’aurais aimé qu’elles soient un plus poussées et réfléchies ou surtout totalement uniques.
Bien vite, celles-ci sont oubliées tant le récit est haletant et rythmé de par son écriture percutante. Je ne pouvais m’empêcher de tourner les pages même si j’allais de cauchemar en cauchemar et il faut bien avouer que c’est ce que j’ai fortement apprécié. Alors que l’auteur nous avait déjà habitué à de l’action, celle-ci est encore plus poussée et s’intensifie au fil des pages à tel point que je me suis demandé s’il ne voulait pas laisser pour morts chacun de ses personnages. Comme au lecteur, aucun répit ne leur sera réservé et la finalité de ce roman m’a complètement laissé sans voix de par cette accalmie qui contraste énormément avec le reste de la saga. Cette fin sonne comme le calme avant la tempête. Celle qui s’abattra sur nos héros et que je n’aurais certainement pas la possibilité de lire, me frustrant énormément.

En conclusion, Alex Gordon Smith livre aux lecteurs français un troisième tome qui pourrait tout aussi bien être le dernier de cette saga grâce à ses nombreuses révélations, et dont la finalité nous laisse entrevoir un peu de repos et de couleurs après ces nombreux jours passés enfermés et torturés dans les profondeurs de la Terre.

⇢ ACHETER

Broché — Fnac, Amazon (17,50€)

11 commentaires

  1. Je ne suis pas spécialement fan des bouquins avec un univers oppressant comme ça (bien que j’aime me faire peur de temps en temps XD) mais avec cette dernière critique tu m’as convaincue !
    Je l’ajoute donc à ma wishlit ^^

    Reply
  2. Je ne connaissais pas du tout cette saga, mais tes 3 chroniques me donnent envie de la découvrir (ce qui n’arrange ni ma PAL ni ma Wishlist) et pourtant, j’ai un peu peur que cet univers ne corresponde pas à ce que j’apprécie. Je me laisserai sûrement tenter par la premier tome, histoire de découvrir l’histoire. Merci pour cette découverte !

    Reply
  3. Je viens de finir le tome 3 et je comprends un peu mieux pourquoi la maison d’édition française a décidé de s’arrêter à ce tome. Celui-ci nous offre une « semi-fin » qui laisse place à l’imagination et à une possible suite.
    Mais j’aime tellement cette saga que je compte bien aller jusqu’au bout de l’aventure, ça se lit vraiment tout seul ! ^^

    Reply

Répondre à Bénédicte - Un monde livresque Annuler la réponse.