Et je danse aussi d’Anne-Laure Bondoux et Jean-Claude Mourlevat

★★★★★ (5/5) — COUP DE ♥ — « ‘Et je danse aussi’ fut une très belle découverte livresque, avec laquelle j’ai passé un excellent moment. Mon impression sur ce roman restera cette bonne humeur qui transperce à travers chaque mot, chaque message échangés entre Pierre-Marie et Adeline. »

Et_je_danse_aussi_cover

Ce livre va vous donner envie d’aimer. Et de danser, aussi !

⇢ FICHE TECHNIQUE

Titre : Et je danse aussi
Auteur : Anne-Laure Bondoux & Jean-Claude Mourlevat
Editeur : Fleuve Editions
Genre : contemporain, épistolaire, littérature française
Parution : 12 mars 2015
Nombre de pages : 280

A voir aussi
+ en savoir plus sur Jean-Claude Mourlevat et Anne-Laure Bondoux
+ découvrir d’autres livres de chez Fleuve Editions

⇢ QUATRIEME DE COUVERTURE

La vie nous rattrape souvent au moment où l’on s’y attend le moins.

Pour Pierre-Marie, romancier à succès (mais qui n’écrit plus), la surprise arrive par la poste, sous la forme d’un mystérieux paquet expédié par une lectrice. Mais pas n’importe quelle lectrice ! Adeline Parmelan, « grande, grosse, brune », pourrait devenir son cauchemar… Au lieu de quoi, ils deviennent peu à peu indispensables l’un à l’autre. Jusqu’au moment où le paquet révèlera son contenu, et ses secrets…

Ce livre va vous donner envie de chanter, d’écrire des mails à vos amis, de boire du schnaps et des tisanes, de faire le ménage dans votre vie, de pleurer, de rire, de croire aux fantômes, d’écouter le Jeu des Mille Euros, de courir après des poussins perdus, de pédaler en bord de mer ou de refaire votre terrasse.

⇢ AVIS

8
NADEGE
★★★★★ (5/5)
COUP DE ♥

J’ai acheté un peu par hasard ce roman signé Jean-Claude Mourlevat (dont j’avais lu ‘Terrienne’, il y a quelques années) et Anne-Laure Bondoux. Pour la petite histoire, la librairie où je l’ai acheté faisait des pourcents dessus car il était abîmé (bien qu’il était assez intact pour moi). La 4ème de couverture annonçant un récit plein de bonne humeur, je n’ai pas hésité longtemps avant de le prendre.

‘Et je danse aussi’ reprend la correspondance entre Pierre-Marie Sotto, un écrivain de 60 ans, qui n’a plus rien écrit depuis plus de 2 ans et Adeline Parmelan, une de ses fidèles lectrices, qui lui a envoyé un ‘manuscrit’. Souhaitant couper court à toute demande de la part de la jeune femme, Pierre-Marie lui envoie le premier e-mail qui déclenchera cette relation longue de plusieurs mois, une amitié uniquement nourrie par les échanges écrits entre ces deux personnes.

Comme la 4ème de couverture l’annonce, on aura envie d’aimer et de danser, suite à cette lecture. Et je le confirme ! Enfin, peut-être pas danser, mais partager la bonne humeur, ça oui ! Chaque page m’a arraché un sourire et je n’ai eu qu’une envie, c’est de partager ce petit concentré de bonheur !

Pierre-Marie mais aussi Adeline sont tous deux de sacrés personnages. Le premier semble un peu taciturne aux premiers abords. Mais il se révèle très sensible au fil des e-mails qu’il envoie. Il peut bien dire que c’est l’âge qui lui fait avoir les larmes aux yeux à la lecture des mots d’Adeline, j’y ai cru à peine. Les hommes sont tellement pudiques quand cela touche à leur sensibilité.
Adeline est quant à elle, une jeune femme qui a très peu confiance en elle. Se plaisant à rappeler quelle ‘grande, grosse’ femme elle est. Mais j’ai accroché directement à ce petit bout de femme. Je me suis un peu reconnue en elle, dans cette peur de faire confiance aux hommes. Tout comme celle d’aller de l’avant, de quitter ce quotidien si rassurant. Par contre, j’ai la chance de ne pas connaître cette même poisse qu’elle !

Leur complicité qu’ils tissent au fil de leurs échanges m’a profondément touchée également. Je l’avoue, je rêverais d’avoir une telle correspondance avec un de mes auteurs préférés. Et Jean-Claude Mourlevat et Anne-Laure Bondoux m’ont fait toucher ce petit bout de rêve à travers leur récit.
A travers l’autre, Adeline et Pierre-Marie ont trouvé une oreille attentive, à laquelle ils osent confier des choses, qu’ils n’ont jamais dit, même à leurs plus proches amis. En tant que lecteur, on est intégré dans cet échange, et c’est comme si, nous formions un trio d’amis avec les deux personnages. C’est une sensation vraiment très agréable, et que j’ai beaucoup appréciée.

Mais alors que je m’attendais à une histoire d’une grande simplicité, les auteurs ont apporté une touche de mystère au récit. Une histoire personnelle qui ajoute une dimension toute particulière à l’histoire initiale et qui m’a poussée à m’interroger, à émettre des petites hypothèses sur les vraies raisons qui ont poussé Adeline à envoyer ce ‘manuscrit’. Ce dénouement m’aura d’ailleurs très surprise, car je ne m’attendais pas à une telle conclusion.
Tout ce mystère aura, en tout cas, rendu ce roman encore plus passionnant qu’il ne l’était déjà. Je suis contente qu’il n’ait cependant pas pris le pas sur le caractère initial du roman. C’est un petit plus qu’on accueille avec plaisir.

Après les personnages et l’histoire, je vais partager avec vous d’autres petits éléments qui m’ont également beaucoup plu dans ce roman. Ainsi, les petites illustrations qui peuplent les pages, souvent à la fin d’un e-mail de Pierre-Marie ou d’Adeline. Des enveloppes, la tête du chat de Pierre-Marie, une théière, un vélo et surtout des poussins, comme on en trouve sur la couverture du livre ! C’est peut-être bête, mais tous ces petits dessins m’ont mise de bonne humeur dès que je les voyais ! Comme quoi, parfois il n’y a pas besoin d’un long récit…

Ensuite, les magnifiques passages écrits tantôt par l’un ou par l’autre. En voici un petit florilège :

« Même si on ne rattrape jamais le temps perdu, on peut décider de ne plus en perdre. » (Adeline, p.15)

« En attendant, oui, dansez, chantez, embrassez qui vous voulez. » (Pierre-Marie, p.18)

« La sensualité, elle est dans les mots, dans l’histoire, et dans tout ce qu’on y investit. » (Pierre-Marie, p.107)

« S’il y a une leçon que je peux tirer de notre histoire, c’est celle-là : on ne maîtrise rien, on ne contrôle jamais l’autre. » (Adeline, p.150)

« Il n’y a pas de hasard, mais des occasions. » (Adeline, p.231)

« Une douleur se partage-t-elle, Pierre-Marie ? La mienne, en tout cas, a perdu de son pouvoir de nuissance à mesure que nous nous écrivons. Remplacée, peu à peu, par le plaisir de faire votre connaissance, elle n’est plus grand chose à présent. » (Adeline, p.239)

Et finalement, les autres correspondances de Pierre-Marie. Avec José et Max, qui font partie de ses meilleures amis. Avec Oliver, qui est plus bien plus qu’un éditeur. Mais aussi avec sa fille Gloria. Sans oublier, ses déboires avec Lisbeth. Bien que, je l’avoue, la correspondance entre lui et Adeline m’a manqué, ces nouveaux échanges donnant lieu à un petit silence entre eux.

Le seul petit regret que j’aurais à émettre, serait la conclusion qui laisse place à une fin ouverte. J’aurais préféré savoir ce que cette fin réservait véritablement à Pierre-Marie et Adeline. Mais, cela n’est pas pour moi un point négatif. C’est pourquoi, j’ai donné la note maximale à ce roman.

‘Et je danse aussi’ fut une très belle découverte livresque, avec laquelle j’ai passé un excellent moment. Mon impression sur ce roman restera cette bonne humeur qui transperce à travers chaque mot, chaque message échangés entre Pierre-Marie et Adeline. Et c’est tout naturellement que je considère ce roman, comme un véritable coup de coeur ! Et je vous le conseille de tout coeur ! Que vous ayez besoin ou non d’un peu de réconfort, les auteurs ne pourront que vous l’apporter grâce à cette histoire.

⇢ ACHETER

Broché — Amazon (18,90€), Fnac (21,40€)
Poche — Amazon (6,95€), Fnac (8,10€)

5 commentaires

    • Je suis ravie de t’avoir donné l’envie et surtout que cette lecture t’ait autant plu ! 🙂
      C’est vraiment un roman comme je n’en avais jamais lu et qui m’a fait un bien fou au moral ! A conseiller de toute urgence, aux personnes ayant le leur dans les chaussettes ! ^-^

      Reply

Répondre à Cassandre Annuler la réponse.