Never Never, tome 3 de Colleen Hoover et Tarryn Fisher

never3ban

★★★★★ (4,5/5) — « Globalement j’ai trouvé les rebondissements bien pensés et correctement amenés. Aussi, le récit est encore intense et riche en émotions. C’était un bon final et je termine avec grand regret cette aventure qui était peut-être un peu trop courte quand on aime. »

nevernever3

« Hoover et Fisher ont combiné leurs talents uniques pour offrir un délicieusement tordu conte de tromperie, amour et amitié qui vous laisse vous interroger longtemps après la fin. » — Vilma’s Book Blog

⇢ FICHE TECHNIQUE

Titre : Never Never
Auteurs : Colleen Hoover et Tarryn Fisher
Editeur : CreateSpace Independent Publishing Platform (auto-publication)
Genre : littérature étrangère, romance, new adult
Parution : 16 janvier 2016
Nombre de pages : 130

A voir aussi
+ en savoir plus sur Colleen Hoover (site en anglais)
+ en savoir plus sur Tarryn Fisher (site en anglais)
+ chronique Never Never, tome 1
+ chronique Never Never, tome 2

Ce livre n’est pour le moment disponible qu’en version originale (en anglais).

⇢ QUATRIEME DE COUVERTURE

Ensemble, Silas Nash et Charlie Wynwood doivent creuser plus profondément dans leur passé pour trouver qui ils étaient et qui ils veulent être. Avec le temps qui défile, le couple fait la course aux réponses nécessaires avant de tout perdre.

Peuvent-il récupérer ce qu’ils avaient un jour ?
Et est-ce que cela les fera redevenir ce qu’ils ont un jour été ?

⇢ AVIS

8
ERIKA
Note : ★★★★★ (4,5/5)

Après avoir adoré ma lecture du second tome je n’ai pas hésité une seconde et je me suis plongée dans le troisième et dernier volet de la trilogie ‘Never Never’. J’ai trouvé que c’était un bon final et je termine avec grand regret cette aventure qui était peut-être un peu trop courte quand on aime.

Je vais m’abstenir de présenter à nouveau les personnages, mais je dois cependant dire que je suis cette fois totalement amoureuse de Silas. Depuis le début c’est quelqu’un que j’affectionne mais maintenant j’en suis dingue. Il m’a fait vibrer et j’ai eu des frissons à plusieurs reprises à cause de lui. Aussi, j’ai envié Charlie de l’avoir à ses côtés. Parmis les autres personnages, j’ai adoré Landon, le petit frère de Silas, et je suis contente qu’il ait été assez présent dans ce tome. On retrouve également Janette, la soeur de Charlie, mais je ne m’en sens pas vraiment proche. Je pense que les deux filles de cette histoire ont des caractères moins attractifs que les deux garçons. Mais comme le public visé par ce livre est majoritairement féminin, je pense que c’est normal.

Concernant l’histoire, on continue à avancer et à obtenir des réponses à nos questions. J’ai beaucoup aimé la surprise liée à Cora et je ne m’y attendais pas du tout. Je dois dire que globalement j’ai trouvé les rebondissements bien trouvés et correctement amenés. Par exemple, j’ai adoré la raison donnée pour cette perte de mémoire autour de laquelle tourne l’histoire. J’avais très peur de ne pas apprécier l’idée des auteurs mais finalement j’adhère à 100 % à ce choix que j’ai trouvé beau et poétique. C’est en accord avec mes propres croyances donc j’y ai été très sensible.

Autre petit point positif : les différentes références à la France. Par exemple, la première maison de la famille de Charlie avait un nom français et a ensuite été appelée ‘Jamais Jamais’ (qui se dit ‘Never Never’ en anglais mais le nom est bien en français dans le texte). Ou bien encore le moment où ils parlent d’un toast français au Nutella. Ce ne sont que des petits détails mais en tant que française ça reste toujours agréable de voir combien les auteurs étrangers aiment citer notre pays.
Justement, puisque je mentionne ces deux mots que le couple se répète, ‘Never Never’, je ne dirais pas ce qu’ils renferment mais j’aime beaucoup la signification et je crois l’avoir dit à ma précédente chronique mais je trouve ce simple ‘Never Never’ vraiment fort. Ces mots résonnent en moi et ont pris une certaine importance dans mon esprit. Je m’en sens très proche.
Pour terminer avec les points positifs, j’ai adoré la fin de l’épilogue que j’ai trouvée amusante. Si Colleen Hoover et Tarryn Fisher avaient écrit plus que ça, ça aurait pu être lourd comme idée, mais elles ont fait ça de manière subtile et j’ai bien aimé.

Ce volume, et donc la fin de la trilogie, aurait peut-être pu être un peu plus travaillée mais considérant la taille des livres, cela ne m’étonne pas que cela soit, d’une certaine manière, assez vite expédié. Paradoxalement, je vois mal comment elles auraient pu faire plus sans que cela donne l’impression de trainer en longueur… Je pense néanmoins qu’un seul livre regroupant les trois et avec peut-être un peu plus de détails par endroits pourraient en faire un roman à succès.

J’ai mis à ce tome la même note qu’au premier, un tout petit peu moins que le second, simplement car après avoir été totalement transportée par la deuxième partie, j’ai trouvé celle-ci un brin plus fade. C’est vraiment léger mais je voulais marquer la différence entre deux tomes que j’ai adorés et celui-ci qui a presque été un coup de coeur pour moi. Cependant, je persiste à recommander cette courte trilogie qui, bien que disponible uniquement en anglais, est accessible à tous car elle se lit facilement et qu’elle est vraiment courte. J’ai passé un moment délicieux avec cette lecture et je ressors marquée par les émotions que j’ai ressenties au fil des pages. C’était encore un beau récit de la part d’une auteure que j’adore, Colleen Hoover, et d’une que je découvre, Tarryn Fisher.

⇢ ACHETER

Broché — Amazon (9,68€)
Ebook — Amazon (0,99€ en ce moment)

2 commentaires

  1. Bonjour, avec une amie nous avons une question en suspens sur la fin du tome 3.
    On comprend que l’histoire se reproduit avec leur fille qui fricotte avec le fils du voisin mais ce qui nous laisse VRAIMENT perplexe c’est au sujet de ce voyage à miami. Silas dit « oh non, ça ne va pas recommencer ! »
    Je comprends pas le lien avec miami…

    Reply
    • Bonsoir. Je viens de regarder dans mon livre et il lui parle de Miami un peu au pif, il aurait pu donner n’importe quel nom de ville, en fait. Il voulait juste voir si elle se souvenait de son anniversaire parce qu’il a senti qu’elle n’était pas comme d’habitude. Le « ça ne va pas recommencer » c’est dans le sens « non, ils ne vont pas eux aussi perdre la mémoire », puisque c’est justement ce qui se passe, comme eux avant ^^

      Reply

Laisser un commentaire