Chevaux de Foudre d’Aurélie Wellenstein

ccc

★★★★ (5/5) — COUP DE ♥ — « J’ai dévoré ce roman jeunesse en quelques heures seulement, prise par l’univers de ces courses de Chevaux de Foudre et l’envie d’en savoir plus sur Alix, Marcus et Ira. Aurélie Wellenstein signe ici un très beau livre, très prenant et plus qu’agréable à lire, où le fantastique est parfaitement dosé pour se mêler de façon très juste et naturelle à l’Histoire. »

Wellestein A — Chevaux de Foudre

⇢ FICHE TECHNIQUE

Titre : Chevaux de Foudre
Auteur : Aurélie Wellenstein
Editeur : Magnard
Genre : jeunesse
Parution : 13 avril 2015
Nombre de pages : 224

A voir aussi
+ en savoir plus sur Aurélie Wellenstein

⇢ QUATRIEME DE COUVERTURE

Alix a tout perdu. Son père, sa terre, et même son nom. Devenue esclave à Rome, elle est précipitée dans le monde des courses du Déluge. Ces compétitions violentes et sans pitié voient s’affronter les fulgurs, des chevaux de foudre dont le corps s’électrise quand l’orage éclate.
Monter sur leur dos, c’est mettre sa vie en jeu, mais la liberté couronne les vainqueurs. Aidée par Marcus, le prodige de son équipe, Alix va lier son destin à Ira, un étalon indomptable, aussi beau que mortel…

⇢ AVIS

8
MARION
Note : ★★★★★ (5/5)
COUP DE ♥

Je suis tombée par hasard sur ce livre d’Aurélie Wellenstein, une auteure que je ne connaissais pas du tout, mais la magnifique couverture de François Baranger m’a immédiatement parlé : l’Antiquité, les arènes, toute l’intensité des courses de chevaux, ce sont là des éléments qui ont toujours su me fasciner. Ajoutez-y une petite touche de fantastique, et vous voici plongés dans l’univers fascinant de la Rome antique des fulgurs !

Dès les premières pages, nous sommes plongés dans l’ambiance de cette antiquité particulière : un puissant orage, et voici que déboulent les fulgurs lancés au grand galop, de magnifiques chevaux sauvages aux robes couleurs de nuage de tempête dont le corps s’électrise et se gave d’énergie au contact de la foudre. Nous sommes immédiatement témoins de leur puissance, de leur tempérament de feu ainsi que de leur dangerosité.
C’est pourtant vers eux qu’Alix est irrésistiblement attirée, vers Ira, ce fougueux étalon capturé en même temps qu’elle. Ira est grand, beau, immense, noir, et d’une puissance impressionnante puisque même le collier de Faraday dont se servent les Romains pour neutraliser les fulgurs n’est pas suffisant pour contenir son électricité. Mais Alix n’est qu’une esclave, et c’est à Marcus, champion de leur équipe, que reviendra l’honneur de monter Ira pendant les courses du Déluge.

Ce livre est court, à peine plus que 200 pages, et en le reposant, j’étais à la fois heureuse et quelque peu frustrée. Je m’explique.
Je suis heureuse d’avoir découvert ce livre, de m’être laissée tenter par sa couverture et de ne pas m’être arrêtée au fait que je ne parvenais pas à le trouver en ebook. En effet, on découvre ici en compagnie d’Alix la Rome ancienne, son effervescence, la société très stratifiée qui la composait, mais il y a en plus l’omniprésence de cette menace aussi dangereuse qu’excitante des orages. Car qui dit orages, dit courses du Déluge, et les Romains de cette Rome-là raffolent plus que de raison de ces courses meurtrières et électriques.
Le mélange entre action, romance, histoire et vie quotidienne de l’époque est pour moi très réussi, les quelques mots de latin distillés ici et là passent très bien, et l’élément ‘électricité’ s’y intègre de façon étonnamment crédible. Il y a de plus ce message de non violence envers les animaux qui est sous-jacent tout au long du livre, et j’ai aimé cette prise de position affirmée.
J’ai aimé également voir l’évolution d’Alix, du désir de liberté et de vengeance à l’acceptation progressive et à l’envie de s’ouvrir un peu, grâce à la complicité qu’elle développe avec Marcus le cavalier prodige et Ira l’étalon de foudre.

J’ai cependant dit plus haut avoir été frustrée. En effet, j’ai été déçue du fait que ce soit un livre ‘jeunesse’, car j’aurai aimé en savoir plus. En savoir plus sur les fulgurs, sur leurs origines, sur Alix, sur Marcus, sur leurs passés respectifs, sur la condition d’esclave, sur la vie quotidienne dans la Rome antique, sur ces orages qui semblent régir la vie de tout ce petit monde, sur ces courses du Déluge aussi magnifiques que mortelles, j’aurai aimé tout savoir et bien plus encore. Tout va vite, on n’a pas le temps de s’ennuyer, la fin est tout de même assez prévisible bien que très bien amenée, et pour un livre jeunesse, c’est exactement ce qu’il faut, mais… Mais je suis une adulte qui en veut toujours plus, et plus de ce monde-là, écrit par cette plume-là, ça n’aurait certainement pas été de refus ! L’auteure a réellement su m’emmener dans son univers et m’y faire accrocher, ce qui explique sûrement ma petite déception quant à la longueur du roman.

Comme vous l’avez deviné, j’ai dévoré ce roman jeunesse en quelques heures seulement, prise par l’univers de ces courses de Chevaux de Foudre et l’envie d’en savoir plus sur Alix, Marcus et Ira. Aurélie Wellenstein signe ici un très beau livre, très prenant et plus qu’agréable à lire, où le fantastique est parfaitement dosé pour se mêler de façon très juste et naturelle à l’Histoire. Une auteure que je recommande, donc !

⇢ ACHETER

Broché — Amazon, Fnac (12,90€)
Ebook — Amazon, Fnac (8,99€)

Laisser un commentaire