Clipped Wings de Helena Hunting

Hunting H — Clipped Wings 2

★★★★★ (4,8) — « C’est une série qui m’a surprise par l’intensité des émotions que j’ai ressenties, une jolie romance qui se lit bien, racontée d’une façon juste, intense et sensible, et que j’ai dévorée avec un grand plaisir. »

Hunting H — Clipped Wings

« Un roman qui vous touche en plein cœur : à couper le souffle ! » — Tara Sue Me (‘La Soumise’)

⇢ FICHE TECHNIQUE

Titre : Clipped Wings
Auteur : Helena Hunting
Editeur : City Editions
Genre : new adult, romance érotique

Détails des volumes
T1 — Bad Boy (Clipped Wings) 382 pages
Parution originale : 4 mars 2014 | Parution française : 7 mai 2014

T2 — Dark Love (Inked Armour) 386 pages
Parution originale : 8 mai 2014 | Parution française : 27 août 2014

A voir aussi
+ retrouvez Helena Hunting sur Facebook

⇢ QUATRIEME DE COUVERTURE

T1 — Bad Boy

Longs cheveux noirs, courbes sexy, Tenley est une jeune femme magnifique. Hayden, le tatoueur auquel elle demande un dessin complexe pour orner son dos, est fasciné. Derrière les apparences, il devine une jeune femme très sensible, avec des tragédies et des blessures. Hayden, lui, est tout ce dont Tenley a toujours rêvé : un homme beau et fort, un vrai bad boy qui éveille chez elle le désir d’explorer leurs corps. Prise au piège d’une vie compliquée, la jeune femme voit aussi en Hayden un moyen de s’évader et de laisser les secrets derrière elle. L’intense passion physique qu’ils vivent pourra-t-elle résister au poids du passé ? Intense, déchirant, sombre et sensuel : une histoire d’amour incomparable.

T2 — Dark Love

Ensemble, ils ont vécu une intense passion : Tenley, jeune femme fragile s’est jetée à corps perdu dans son amour pour son « bad boy », le beau et ténébreux Hayden. Il a tatoué de magnifiques motifs sur le corps de la jeune femme et y a imprimé sa marque. Mais les jeunes amants sont rattrapés par leurs passés respectifs. Hayden est tourmenté par des cauchemars concernant le meurtre de ses parents. 
Quant à Tenley, la tragédie que sa famille a vécue laisse une blessure qui ne cicatrise pas. Alors qu’Hayden se rapproche de la vérité concernant la mort de ses parents, il doit réussir à faire taire son sentiment de culpabilité. Sinon, il risque de perdre la femme qu’il aime. Une femme qui parvient peu à peu à briser son armure et à trouver le chemin de son cœur…

⇢ AVIS

8
MARION
Note : ★★★★★ (4,8/5)

Ça fait un petit moment que cette série traînait dans ma bibliothèque sans que je ne trouve le courage de lui consacrer un article, et pourtant lors de la sortie de chacun des tomes la composant, je les ai dévorés avec un plaisir non dissimulé.
C’est à l’occasion de l’achat du livre suivant de l’auteure (‘Hard Boy’) que je me suis dit qu’il fallait vraiment que j’en fasse un, histoire d’expliquer un peu mieux pourquoi j’aime le style Helena Hunting.

Hayden et Tenley sont deux personnages très difficiles, tant par leurs passés très sombres que par la culpabilité qu’ils en éprouvent encore et dont ils ne parviennent pas à se défaire. C’est d’ailleurs ce qui va provoquer leur rencontre : Tenley décide de se faire tatouer le dos pour exorciser son mal-être, et Hayden est justement un artiste tatoueur très doué dont le shop est situé en face de l’appartement de Tenley.

L’histoire est racontée alternativement par l’un puis par l’autre, et ce choix de narration permet une plongée très rapide et facile dans les vies de chacun des héros. On suit avec eux leurs hésitations et leurs peines, leurs envies et leurs bonheurs, et l’on y découvre aussi des petits fragments de leurs passés que l’autre ignore, et qui nous permettent à nous lecteurs, de mieux comprendre certains choix et réactions.
La relation entre Hayden et Tenley est très animale, instinctive, explosive. Elle repose tout d’abord principalement sur cette attirance physique irrépressible, avant que les sentiments ne prennent le dessus sans même qu’ils s’en rendent compte. Ils se ressemblent beaucoup, manquent d’assurance, ne comprennent pas leur intérêt mutuel, sont sans cesse sur le qui-vive dans la crainte que l’autre ne disparaisse tout à coup, et pourtant les gestes sont là, les attentions aussi, et c’est bien tout ce qui compte.
La plume de l’auteure est fluide et très à fleur de peau, la psychologie de chacun est soignée, et je trouve que la naissance de la relation entre Hayden et Tenley, tout en attirance et en pudeur émotionnelle, est très bien dépeinte. Contrairement à ce qu’on trouve habituellement dans les livres de genre ‘new adult’, j’ai trouvé ici une certaine profondeur psychologique et émotionnelle que je n’avais jamais croisées jusque là dans cette littérature, et c’est ce qui m’a particulièrement plu.

En outre, le fait que l’auteure ait choisi l’univers du tatouage et des piercings pour y faire évoluer ses personnages est aussi une nouveauté, d’autant que ce qu’elle y décrit est assez proche de la réalité. Étant moi-même tatouée et piercée, et fréquentant donc par là-même ce genre de salon, j’ai apprécié de retrouver dans le livre un environnement relativement réaliste, et un aperçu plutôt juste sur les artistes tatoueurs, leurs codes de conduite, leur rigueur, et ce qu’ils peuvent apporter aux gens.
De plus, certains à-côtés inhérents aux modifications corporelles sont abordés avec justesse, comme par exemple la marginalisation qu’être couvert de tatouages peut entraîner vis-à-vis des gens ‘bien pensants’ qui ne vont pas au-delà du physique, la volonté de se différencier des autres, le fait de vouloir graver quelque chose d’important sur soi pour mieux pouvoir l’oublier et passer à autre chose, comme si l’avoir dans la preau permettait de poser des jalons pour mieux pouvoir construire à partir de ce passé. Comme l’exprime Hayden à un moment, « J’avais toujours considéré l’art corporel comme un moyen d’exorciser ses démons, mais il ne s’agissait pas du tout de cela, en fait. Les tatouages permettaient à la fois d’extérioriser et d’intérioriser ses sentiments. Tout comme moi, Tenley avait décidé de cacher la perte de ses proches sous son armure d’encre.« 

Le seul point négatif que j’ai relevé quant à ce livre est la traduction du titre. Pourquoi passer de ‘Clipped Wings’ (‘Ailes brisées’, ce qui correspond parfaitement à l’histoire) à ‘Bad Boy’ ? De ‘Inked Armour’ (Armure d’encre) à ‘Dark Love’ ? J’avoue ne pas avoir compris le choix de l’éditeur : alors que les titres et couvertures VO sont somme toute plutôt bien trouvés, leurs équivalents français font un poil plus ‘racoleurs’, et je trouve ça un peu dommage — ceci dit, et je l’avoue bien volontiers, c’est l’image de l’homme tatoué en couverture qui m’a arrêtée, donc finalement peut-être que le calcul n’est pas si mauvais que ça ?

En bref, c’est une série qui m’a surprise par l’intensité des émotions que j’ai ressenties, peut-être tout simplement parce que je n’avais pas de grandes attentes en commençant cette lecture. La narration à deux m’a permis d’entrer à la fois dans l’esprit d’Hayden et dans celui de Tenley, de mieux les comprendre l’un et l’autre, de mieux saisir leurs appréhensions et leurs attentes, et j’ai aimé ce principe d’alternance narrative.
C’est une jolie romance qui se lit bien, racontée d’une façon juste, intense et sensible, et que j’ai dévorée avec un grand plaisir.

⇢ ACHETER

T1 — Bad Boy
Broché — Amazon, Fnac (17,95€)
Poche — Amazon, Fnac (8,20€)
Ebook — Amazon, Fnac (6,49€)

T2 — Dark Love
Broché — Amazon, Fnac (occasion)
Poche — Amazon, Amazon (8,20€)
Ebook — Amazon, Fnac (13,99€)

1 commentaires

Laisser un commentaire