Lacan et la boîte de mouchoirs – Saison 1 de Chris Simon

★★★★☆ (3,8/5) — « C’est un roman qui vaut le détour. Le sujet abordé est intéressant et il est globalement bien exploité, à mon sens. L’appréciation du livre dépendra des goûts et de la sensibilité de chacun au style de l’auteure. »

mouchoirs

« Tu peux faire ta propre psychanalyse, mais tu ne pourras jamais assister à la psychanalyse d’un autre. Cette série psy est ton unique chance ! »

⇢ FICHE TECHNIQUE

Titre : Lacan et la boîte de mouchoirs
Auteur : Chris Simon
Editeur : Éditions du Réalisme Délirant (auto-publication)
Genre : littérature française, roman
Parution : 24 février 2014
Nombre de pages : 92

A voir aussi
+ en savoir plus sur Chris Simon

⇢ QUATRIEME DE COUVERTURE

Envie d’essayer la psychanalyse, mais vous n’avez pas encore franchi le pas ? Curieuse ou curieux de savoir ce qu’il se passe derrière la porte d’un cabinet de psy quand vous n’y êtes pas ? Voici l’occasion !

Lacan et la boîte de mouchoirs vous fait entrer discrètement dans le cabinet d’un psychanalyste en pleine séance avec ses patients. On y rencontre Lacan, Freud et une drôle d’absence…

⇢ AVIS

8
ERIKA
Note : ★★★★☆ (3,8/5)

Comme je le disais un peu plus tôt sur Instagram, j’ai reçu ce livre dans le cadre des partenariats de Livraddict. Je tiens donc à remercier l’équipe du site de m’avoir choisie mais également l’auteure qui m’a non seulement offert ce livre, mais a eu la gentillesse de le dédicacer et de l’accompagner d’un petit mot. J’ai beaucoup apprécié l’attention et j’en ai été touchée.

L’histoire tourne autour de trois personnages. Judith, la patiente et narratrice (même si elle laisse sa place à Maxime à deux reprises), Hervé Mangin, le psy, et Maxime, le patient. Ils sont tous les trois sympathiques et assez uniques, en particulier Maxime qui apparaît comme une personne légèrement dérangée. De mon côté j’ai une certaine affection pour Hervé Mangin mais c’est celui qui a le moins été exploité, alors j’espère en apprendre plus sur lui dans les prochaines tomes.

Ce que j’ai trouvé réellement intéressant dans ce livre, c’est la possibilité d’entrer dans la tête de quelqu’un, de tout voir en détails et sans filtre. Rédiger à la première personne n’est pas innovant en soi mais ici j’ai trouvé qu’on pénétrait bien plus dans les méandres de l’esprit. Judith n’est pas folle, elle n’a pas de problème particulier selon moi (ou ce n’est pas visible) elle est comme vous et moi, sauf qu’ici, le lecteur peut lire tout ce qu’il y a dans sa tête et c’est ce qui est unique et si singulier. Il y a toujours une certaine limite à notre connaissance d’une personne puisque nous sommes incapables d’entrer dans son esprit. Du coup, j’aime particulièrement qu’un auteur nous autorise l’impossible de la sorte. C’est l’aspect magique de la lecture, n’est-ce pas ?

Puisque je parle d’auteur, je dois mentionner que Chris Simon a un style d’écriture agréable et j’ai bien aimé sa manière de manier les mots, notamment certaines métaphores. Lorsqu’il y en a trop cela peut vite devenir incompréhensible mais ici c’était la juste dose.

Globalement j’ai apprécié cette lecture, mais deux éléments m’ont empêchée de mettre la note maximale à ce roman. L’un comme l’autre n’engagent que moi, ce ne sont pas de réelles critiques, plutôt des ressentis. J’ai personnellement trouvé que c’était trop court pour pouvoir bien s’attacher aux caractères. Il est très important pour moi de réussir à ‘créer un lien’ avec au moins un personnage dans une histoire, sans quoi je ne peux pas continuer. (Cependant, il existe deux autres volumes à cette trilogie. J’ai donc espoir qu’en les lisant, mon sentiment négatif s’efface.)
Le second élement est lié à l’aspect psychologique présent dans le livre. Le résumé m’a attirée immédiatement à la mention de la psychanalyse. Je n’ai jamais caché mon affection pour la complexité humaine, l’esprit, les sentiments et tout ce qui compose l’être humain. J’avais donc certaines attentes qui n’ont pas forcément été comblées. Ce n’était que présomption de ma part à cause du terme ‘psychanalyse’ donc je ne peux pas réellement le reprocher à quiconque si ce n’est à moi-même, mais j’ai quand même été déçue que les personnages ne soient pas assez ‘atteints’ pour nous offrir plus de diversités dans leurs pensées.

Outre ces deux points, je n’ai rien à reprocher à ce livre. J’avais quelques craintes au fil de ma lecture — que je mentionne juste après — mais finalement elles ne se sont pas confirmées.
En effet, n’ayant aucune connaissance concernant Freud, Lacan ou autres grands noms du domaine de la psychologie, j’avais peur que cela soit compliqué pour moi de comprendre les différentes mentions. Cependant cela n’a pas été le cas et rien ne m’a freinée dans ma découverte du livre.
Aussi, j’étais inquiète que Chris Simon ne parvienne pas à me donner envie de lire les prochains tomes. J’appréciais ma lecture mais sans cette attache aux personnages, qui m’est pourtant indispensable, je craignais de ne pouvoir aller plus loin. Mais je me trompais totalement parce que la fin de cette première saison nous oblige à lire la suite. Je ne sais pas quand je m’y pencherai, mais je le ferai sans nul doute !

Je terminerai en disant que je pense que ‘Lacan et la boîte de mouchoirs’ est une série qui vaut le détour. Le sujet abordé est intéressant et il est globalement bien exploité, à mon sens. L’appréciation du livre dépendra des goûts et de la sensibilité de chacun au style de l’auteure. De ce fait, je vous invite à télécharger gratuitement la première séance de psychanalyse en version numérique sur Amazon afin d’avoir un aperçu du livre et du style d’écriture. Si vous appréciez, alors vous passerez sans aucun doute un agréable moment avec la lecture du tome complet.

⇢ ACHETER

Broché — Amazon (12,65€)

1 commentaires

Répondre à Lily Rose Annuler la réponse.